Profil de Thomas B. > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Thomas B.
Classement des meilleurs critiques: 404
Votes utiles : 804

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Thomas B. (Marseille)
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
INNOCENCE
INNOCENCE
par BRIAN DELEEUW
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Prévisible, 20 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : INNOCENCE (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Vous me pardonnerez cet écart de conduite, puisque je vais me transformer momentanément en nègre de la critique littéraire amateure, mais voici l'avis sans concession d'une dévoreuse de polars qui ne jure plus aujourd'hui que par Mankell et Lemaître et qui a eu la délicatesse de me donner son avis éclairé de spécialiste sur cet ouvrage. Un avis laconique et sans appel :

1. Le point de vue narratif est intéressant
2. Le style est agréable
3. La fin nous laisse sur notre faim car des zones d'ombre persistent
4. En résumé, peu de suspense, peu de surprises et donc l'angoisse peine à s'installer car tout est prévisible
5. En définitive, tout cela se lit parfaitement bien, mais il n'en reste rien

Vu de l'extérieur, cette conclusion me paraît tout à fait appropriée puisque bon nombre de romans contemporains venus d'Amérique de Nord mérite une telle qualification. Donc je ne peux pas dire que je suis surpris. Vous voilà prévenus.


Géopolitique du sport
Géopolitique du sport
par Pascal Boniface
Edition : Broché
Prix : EUR 17,50

3.0 étoiles sur 5 Géopolitique du lieu commun, 20 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Géopolitique du sport (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
La synthèse de cet ouvrage en une phrase : le sport est un puissant outil diplomatique de soft power. Ceux qui n'auraient jamais entendu parler de mondialisation, du village global de Marshall McLuhan ou qui n'auraient pas eu vent du plus récent Mainstream de Frédéric Martel trouveront peut-être là matière à réflexion. Pour les autres, les spécialistes du sport, même du dimanche, et les amateurs passionnés des questions de mondialisation, il ne s'agit nullement d'un scoop et la déception est inéluctable. Cet ouvrage est agaçant car son introduction et sa table des matières nous évoquent la promesse d'une analyse nouvelle et approfondie mais étonnamment pour quelqu'un de cette acabit et de cette position, c'est toujours la même sentence - qui dépasse à peine celle du pilier de comptoir - qui est assénée et ressassée à longueur de page, parfois même de manière bancale et tarabiscotée, si bien que notre esprit finit par vagabonder et que l'on sait à la moitié de l'ouvrage qu'il va falloir boire le calice jusqu'à la lie. En plus de ces répétitions, de légères contradictions, quelques fautes de frappe et des légendes approximatives ou peu claires font également trébucher la lecture par moments, donnant le sentiment général d'un devoir d'étudiant bâclé sur la fin pour être rendu à l'heure. Le seul intérêt de cette lecture réside finalement dans le rappel de faits historiques où la politique et le sport se sont téléscopés (diplomatie du ping-pong entre les USA et la Chine en 1971, la guerre du football entre le Honduras et la Salvador en 1969, le bain de sang de Melbourne en 1956 impliquant les équipes de Water-Polo de Russie et d'Hongrie, l'UEFA empêchant l'Azerbaidjan et l'Arménie de tomber dans le même groupe depuis 2008), même si cet ouvrage est loin d'être exhaustif en la matière. Une compilation plus large et plus rigoureuse de ces interactions historiques aurait été en fin de compte préférable à cette analyse superflue qui enfonce des portes déjà ouvertes (notamment le chapitre du Qatar qui malgré quelques pistes intéressantes ne se contente de ce que l'on sait déjà ou presque). Un brouillon d'idées à revoir...


Philips BDP3490/12 Lecteur BluRay 3D et DVD avec technologie Smart TV et son Dolby Digital
Philips BDP3490/12 Lecteur BluRay 3D et DVD avec technologie Smart TV et son Dolby Digital
Prix : EUR 86,68

4.0 étoiles sur 5 Fonctionnel, 18 août 2014
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Rien à redire à propos de ce lecteur de Blu-Ray et de DVD, en tous points équivalent à un appareil tel que le Sony BDP-S390 si ce n'est que ce modèle Philips lit lui les Blu-Ray 3D (encore vous faudra-t-il être équipé d'un écran compatible 3D). Le branchement par HDMI est facile, des sorties optiques existent pour branchement vers un amplificateur audio, une entrée de façade USB est également disponible pour lire des fichiers vidéos de divers formats (avi, jpg, mp4). La télécommande est un peu moins gracieuse que celle des Sony, mais hormis ce petit détail, cet appareil est parfait pour le prix.


John garcia
John garcia
Prix : EUR 17,85

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Desert Soul Session, 18 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : John garcia (CD)
La bonne surprise que voilà, d'autant plus savoureuse qu'on ne l'attendait pas de sitôt. John Garcia s'érigeant en gardien du temple, le temple du Stoner dont la première divinité s'appelle évidemment Kyuss. Faut-il encore rappeler qui est ce personnage à l'organe si particulier ? Après quelques tentatives en dents de scie dont il restera quelques morceaux d'Hermano à faire pâlir d'envie tous ces groupes d'adolescents faussement rebelles, la voici la consécration, l'album sévèrement burné, l'album qui sent bon le désert, la route 66 et le bourbon. On imaginait John Garcia crevant de jalousie devant le succès planétaire de son ex-compagnon Josh Homme qui n'en finit plus de devenir le leader charismatique et imaginatif du Rock tout entier. Que Nenni. La voilà la riposte. Certes, elle sera certainement plus confidentielle, plus localisée, mais pour sûr que cette oeuvre fera son chemin dans le réseau sous-terrain des rock-critiques pour prendre de plus en plus de valeur avec l'âge, un peu comme l'album de Jim Martin après des lendemains qui chantaient pourtant bien sous le soleil de Faith No More. C'est peut-être la première pierre d'une nouvelle carrière à venir. Ce son Stoner si pur, ce mixage malin qui sature l'espace dans une sobriété paradoxale, que rêver de mieux pour habiller des compositions habiles qui puisent pourtant leurs racines dans ce que l'Amérique a de plus honnête. Tout cela rappelle, en plus réussie, la dernière galette d'un autre des membres fondateurs de ce courant, un certain Brant Bjork, qui constituait déjà non pas un coup de maître mais un retour apprécié par les fans sur le devant de la scène. La réunion de ce noyau dur sans Josh sous la forme de Vista Chino n'a pas autant marqué les esprits. John Garcia, lui, seul, enfonce le clou avec ses tripes et avec panache, il sait faire tourner ses riffs entêtants en boucle sans jamais nous ennuyer. Et des vagues de souvenirs nous submergent, de Kyuss à Down (Confusion comme un écho à la vision de la Nouvelle Orleans d'Anselmo), en passant par Corrosion of Confirmity, ce sont tous ces colosses que convoque John à cette petite orgie auditive. Ca ne s'explique ni se détaille morceau par morceau, ça se vit. A plein volume.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 19, 2014 2:08 PM MEST


Manfrotto MB MP-BP-30BB Sac à Dos pour Appareil Photo Noir
Manfrotto MB MP-BP-30BB Sac à Dos pour Appareil Photo Noir
Prix : EUR 185,61

5.0 étoiles sur 5 Idéal, 13 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Manfrotto MB MP-BP-30BB Sac à Dos pour Appareil Photo Noir (Accessoire)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
A première vue, ce sac à dos paraît bien cher. Mais ça, c'est avant de l'essayer. Sangles et coutures robustes, design élégant, finition soignée, profond volume, nombreux compartiments détachables, poches discrètes et pratiques constituent les qualités de ce sac bien pensé. L'ordinateur 15 pouces est bien logé et protégé dans son compartiment, et de plus guère discernable. L'ouverture par le haut permet d'attraper le boitier à l'ouverture sans ouvrir tout le sac, et cerise sur le gâteau, en enlevant les compartiments pour le matériel photographique, ce Manfrotto se transforme en bagage cabine, compagnon de voyage idéal pour le backpacker voyageant léger. Chic et polyvalent, une réussite.


Telegraph Avenue
Telegraph Avenue
par Michael CHABON
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

3.0 étoiles sur 5 High Fidelity Black poussif, 13 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Telegraph Avenue (Broché)
Amateurs de films tels que Presque Célèbre ou High Fidelity, mélomanes compulsifs dévoreurs de bacs à disques, ce livre de disquaire est à priori pour vous. Sauf que, ce roman californien ne décolle jamais vraiment et ses multiples références au cinéma de Tarantino n'y font rien. On a peine à le dire, un livre n'étant généralement jamais trop long, mais il est ici difficile de croire à ces personnages trop funky pour être honnêtes, trop comiques pour être réels. Le style n'est pas à incriminer, l'auteur ayant par ailleurs un style souple et certaines inspirations littéraires indéniables. Mais le canevas est trop bancal pour étirer cette histoire sur plus de 600 pages quand il n'y a véritablement que 250 pages à tirer d'un sujet si mince. Dommage, car l'univers de la galette d'occasion est bien retranscrit et ces références musicales à la funk et au jazz américains, des Temptations à Herbie Hancock, éveillent évidemment la curiosité. Mais c'est malheureusement une épreuve de le terminer...


Métier : Réalisateur - Quand les maîtres du cinéma se racontent
Métier : Réalisateur - Quand les maîtres du cinéma se racontent
par Mike Goodridge
Edition : Relié
Prix : EUR 25,90

4.0 étoiles sur 5 Oecuménique, 2 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Métier : Réalisateur - Quand les maîtres du cinéma se racontent (Relié)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ouvrage souple publié en Chine, voilà un recueil qui, malgré les apparences numériques, ne se veut pas être une référence encyclopédique en matière de cinéma destinée à prendre la poussière sur le plus haut rayon de votre bibliothèque. Il s'agit plutôt et simplement d'un recueil d'entretiens roboratifs et passionnants qui se lira certes rapidement, par petits bouts et en quelques heures depuis la table de chevet, à raison d'un ou deux réalisateurs par jour. S'il n'y a pratiquement rien à apprendre pour les plus experts dans le domaine, en revanche c'est une autre histoire pour les amoureux épisodiques du 7ème art car ce livre réussit une jolie petite prouesse comme seul le cinéma sait d'ordinaire en produire : il donne envie. Envie d'en savoir plus sur des approches si différentes, envie de voir les films de ces auteurs dont les univers nous sont pourtant si étrangers (c'est le cas pour moi avec Olivier Assayas et Guillermo Del Toro par exemple). Et c'est là sa principale qualité : on en ressort avec une liste de films à découvrir ou à redécouvrir, avec un oeil nouveau de spectateur mais aussi de critique, avec la certitude que ces oeuvres n'ont pas été produites gratuitement mais avec coeur et passion. Ici point de considérations trop techniques, d'analyses trop méticuleuses. A travers ces anecdotes de tournage et ces recettes de transposition en images de l'oeuvre écrite que le réalisateur s'est souvent approprié dès l'élaboration du scénario - original ou non - on navigue pendant 190 pages sur des mers d'imagination (à l'image de ce grand rêveur de Terry Gilliam). La magie du cinéma est donc reproduite fidèlement, même si on lui reprochera effectivement ces portraits "Héritage" un peu trop laconiques et faciles, vite expédiés, qui rehaussent indirectement les portraits des réalisateurs plus contemporains mais nous donnent si peu à connaître de ses auteurs qui n'ont pu (Bergman, Ford, Hitchcock, Kurosawa) ou n'ont voulu (Godard) y participer. On lui trouvera aussi, parallèlement, un petit côté visionnaire pour avoir si bien su faire parler un certain Nuri Bilge Ceylan, palme d'or à Cannes en ... 2014. A lire, assurément.


Leapfrog - 81408 - Jeu Educatif Electronique - Tablette Tactile Leappad 2+ Personnalisable - Rose
Leapfrog - 81408 - Jeu Educatif Electronique - Tablette Tactile Leappad 2+ Personnalisable - Rose
Prix : EUR 94,64

3.0 étoiles sur 5 Condamnée, 1 août 2014
Solide:4.0 étoiles sur 5 Amusant:4.0 étoiles sur 5 Educatif:4.0 étoiles sur 5 
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Il n'y a pas de gros reproches à faire à cet appareil qui aurait trouvé son public s'il était apparu dans les années 90. Mais aujourd'hui, il ne souffre guère la comparaison avec le premier iPad : autonomie catastrophique, "batteries" non fournies (l'investissement dans un jeu de 4 piles rechargeables est obligatoire), stickers décoratifs un peu cheap, applications à faible durée de vie et bien trop chères (de 6 à 25 euros), offre de logiciels assez restreinte en comparaison de ce que l'on trouve sur l'Apple Store... Dommage, car il s'agit pourtant d'une tablette peu chère, fournie avec un jeu à télécharger gratuitement, ergonomique et solide qui plait aux enfants de 4 à 7 ans (faire des vidéos ou des photos, écouter de la musique, s'amuser en dessinant, s'occuper de son animal de compagnie) dont le centre d'applications LeapPad est également facile à installer. Mais son coût en applications et en accessoires supplémentaires la rendent peu compétitive par rapport aux tablettes d'adultes. Elle est donc condamnée à disparaître plutôt qu'à s'améliorer (je serais au passage bien en peine de vous dire ce que cette deuxième version apporte de plus par rapport à la précédente).


Lego Juniors - 10672 - Jeu De Construction - Batman
Lego Juniors - 10672 - Jeu De Construction - Batman
Prix : EUR 29,01

4.0 étoiles sur 5 Le nouveau ancien Légo, 30 juin 2014
Solide:4.0 étoiles sur 5 Amusant:5.0 étoiles sur 5 Educatif:3.0 étoiles sur 5 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lego Juniors - 10672 - Jeu De Construction - Batman (Jouet)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ces Légo juniors sont censés aider les petits de 4 à 7 ans à faire le pont entre leurs Duplo et les Légo standard de leurs grands frères, une sorte de transition en douceur prévue par les oracles du Marketing toujours soucieux du bien-être des ignorants consommateurs. Tout cela reste un peu subjectif, car il n'y a pas un gros changement dans l'élaboration générale du jouet. Même si la notice prépare bien les enfants (elle ressemble en cela à celle des Playmobils mais est-ce vraiment une nouveauté ?), cela reste un peu long et ardu pour les petits de 5 ans qui ne prendront en charge qu'une partie seulement de cette étape de construction. Davantage que cet aspect discutable d'amélioration de l'aide à la construction, je retiens de mon côté un univers bien retranscrit, proche du Batman de Tim Burton par son côté kitsch et coloré. Au final, un jouet indémodable et solide qui ravit toujours les enfants de tout âge.


Et quelquefois j'ai comme une grande idée
Et quelquefois j'ai comme une grande idée
par Antoine Cazé
Edition : Broché
Prix : EUR 24,50

4.0 étoiles sur 5 Torrentiel, 30 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Et quelquefois j'ai comme une grande idée (Broché)
Voilà certainement un livre à ne pas mettre entre toutes les mains. Le lecteur occasionnel sera vite submergé par la tâche qui l'attend et qui consiste à venir à bout de ces 800 pages en suivant le rythme saccadé des crues et décrues de la Wakonda, tantôt difficilement, comme à travers l'épais feuillage d'une jungle, tantôt allègrement, le sourire aux lèvres sur un chemin de campagne. Ce roman vous emporte, vous assomme, vous exténue, exactement comme cette irrémédiable rivière épuisante et infatigable qui grignote ses berges et ses rives la nuit venue. On est en plein dans la grande littérature américaine, celle de Thoreau et de Mark Twain, la nature sauvage étant le grand personnage principal auxquels les personnages font sans arrêt allusion. Le procédé narratif est effectivement d'une grande originalité mais ne gâche rien, car les points de vue s'entrecroisent, parfois même dans la même phrase, si bien qu'on a toujours l'impression que quelque chose va se produire, et il se produit toujours quelque chose avec ces personnages hauts en couleur, ces hillbillies de l'Ouest américain. Après 100 jours de solitude, on en ressort exsangue avec l'impression d'avoir vécu une aventure, d'avoir traversé un chef-d'oeuvre et il ne vous reste plus qu'une envie : découvrir le film tiré de cette oeuvre avec Henry Fonda et Paul Newman (Sometimes A Great Notion qui est le titre original du roman, Le clan des irréductibles en français). Un grand merci à Dominique Bordes de la maison d'édition Monsieur Toussaint Louverture pour avoir permis aux lecteurs français de découvrir ce grand roman 50 ans après sa parution aux Etats-Unis.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20