Profil de Stephane > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Stephane
Classement des meilleurs critiques: 5.668
Votes utiles : 482

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Stephane (Nouméa, New Caledonia)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18
pixel
Quand meurent les grands fleuves : Enquête sur la crise mondiale de l'eau
Quand meurent les grands fleuves : Enquête sur la crise mondiale de l'eau
par Fred Pearce
Edition : Broché
Prix : EUR 19,80

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef-d'oeuvre écologique, 1 septembre 2011
Je me croyais dans une mouvance de protection de l'environnement en me déplaçant en vélo ou à pied, vivant sur un voilier en utilisant les énergies naturelles (photovoltaïques et éoliennes), utilisant l'eau avec soin des cuves de mon navire, triant mes déchets, jetant les périssables par-dessus bord pour qu'ils aient une utilité et encore d'autres attentions dans la vie de tous les jours.

Mais à la lecture de cet essai prodigieux, tout mon monde est tombé à l'eau, et c'est du coup le cas de le dire ! Je me rends compte que le seul moyen d'avoir une vraie attention à l'environnement, c'est de s'extirper radicalement du monde de la consommation qui pour servir les hommes asservis, que nous sommes, consomme des quantités d'eau que la Terre ne possède bientôt plus !
Nous mettons la planète à genoux, elle croule sous notre nombre d'habitants devenu excentriquement supportable. Nous ne faisons aucun effort pour l'aider puisque nous continuons à voguer dans la surconsommation et le confort, afin de renier toujours plus les vraies difficultés d'une Vie "sauvage", mais saine, sur notre planète.

Le compte-à-rebours n'est pas à venir, il a commencé depuis longtemps. Les pouvoirs successifs et en place nous le cachent afin d'affermir leurs positions, comme le fait une religion, mais la chute n'en sera que plus effrayante pour ceux qui tomberons. Si nous aimions un tant soit peu notre espèce, les autres et surtout notre planète d'accueil, nous aurions changé notre axe de développement en acceptant de nous limiter en nombre et en préservant la ressource Mère.
Au contraire de cela, nous bafouons tout bon sens, nous nous multiplions, restons aveugles aux alarmes de la nature bien calés dans les sièges tout cuir des SUV dévoreurs de l'environnement, nous nous abrutissons des programmes TV (personnellement je n'ai plus de TV depuis plus de 10 ans et n'en vit que mieux pour avoir vécu les deux états) qui ne sont là, que pour cacher les méfaits des pouvoirs derrière des émissions abêtissantes, mais qui font tout l'intérêt de nos discussions insipides.

Tôt ou tard, la nature, bien plus forte que nous, reprendra ses droits (crues, éruptions volcaniques, climats insupportables à l'humain, choc de météorite, ...) et nous qui ne sommes rien, nous disparaîtrons. Certains disent alors : "eh bien ! profitons-en...". C'est bien égoïste car ces gens se disent qu'ils ne seront pas de ceux qui vivront la chute, mais ce sera fatalement alors leurs descendants.

Je pose alors une question : Est-ce se conduire en égoïste qui montre que nous sommes capable d'aimer nos enfants ?


Le livre de saphir
Le livre de saphir
par Gilbert Sinoué
Edition : Poche
Prix : EUR 10,00

3.0 étoiles sur 5 Beau roman historique, 1 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le livre de saphir (Poche)
Sur le fond, comme à l'accoutumé, Gilbert Sinoué nous livre une roman parfaitement renseigné et nous voguons avec précision dans les arcanes politico-religieuses du 14ème siècle espagnol. Une période charnière quant à l'établissement des religions dans la contrée avec la période forte de l'expulsion des arabes vers le continent africain.

Sur la forme, l'auteur a voulu faire cohabiter trois personnages principaux d'obédiences religieuses différentes, un représentant de chaque grand monothéisme (juif, musulman et catholique pour les chrétiens). Cela a pour effet de nous décrire chaque pan de l'histoire à travers une interprétation propre à la religion qui habite le personnage en cause. Rapidement, le lecteur comprend qu'une religion, quelle qu'elle soit, inspire les mêmes sentiments à un être humain, seule la forme sous lesquels ils se manifestent en est différente. Il se trouve qu'en fait ces différences créent les désaccords, et le fond prédateur des hommes a transformé ces derniers en guerres fratricides où le sang coulait en quantité inversement proportionnelle à la minceur du différent !

Cependant, un bémol à l'engouement, car bien que je voue une admiration sans borne à l'auteur, il m'a semblé qu'il n'arrive pas à se démêler clairement du contexte qu'il a mis en place. S'il se veut pragmatique et didactique dans la plus grande proportion de l'oeuvre, en remettant en cause les croyances bâties par l'homme lui-même, il cède au surnaturel qui de fait s'oppose au déroulement de la démonstration faite tout au long du récit. J'attendais une fin autre ...

Cependant, un roman à lire pour s'enivrer du style agréable et profond de l'auteur.


Le cauchemar d'Innsmouth
Le cauchemar d'Innsmouth
par H. P. Lovecraft
Edition : Poche
Prix : EUR 4,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 L'élite du genre, 1 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le cauchemar d'Innsmouth (Poche)
Ayant déjà tout dit dans mon commentaire du "Mythe de Cthulhu", je ne peux que réitérer mon profond attachement aux histoires fantastiques de cet auteur qui a tout inventé des histoires fantastiques que nous lisons ou regardons aujourd'hui. Les auteurs et réalisateurs actuels s'inspirent dans une proportion énorme des concepts inventés par Lovecraft sans jamais le dépasser.
Seul le cinéma et ses moyens permettent parfois de mieux caractériser, rendre plus pragmatique, les noirceurs et contextes inquiétants qui peuplaient l'esprit de Lovecraft, mais jamais ils ne surpassent le maître.

A lire absolument pour toucher des yeux l'oeuvre d'un style centenaire jamais pris en défaut.


To Live Is to Die: The Life and Death of Metallica's Cliff Burton
To Live Is to Die: The Life and Death of Metallica's Cliff Burton
par Joel McIver
Edition : Broché

4.0 étoiles sur 5 Out of hand biography, 8 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : To Live Is to Die: The Life and Death of Metallica's Cliff Burton (Broché)
I liked a lot to be deep into that book. I learnt as much as about Cliff's life than Metallica's members ones. The story spreads by the book is very accurate and seems to be very well acquainted. More than reading about Cliff's life events, we can understand why he became that big great bass player, why Metallica picked him up, what he used to bring to the Metallica's early music, how he has been a big part in the Metallica family foundation and finally how he is directly or indirectly the Master of Puppets' writer, actually the more powerful, harmonic and melodic album among all the Metallica's albums.
If you are into the technic of music, you'll be really happy to discover Cliff's influences and what he did with parts of what he listened. The three chapters about the three albums he played on are pure fun for music player because each song is dissected practically second by second and explain contributions of each player of the band to make each song a really big song in is own category.

Cliff Burton did deserve a biography of that kind because he was certainly at that time one of the biggest bass player in the world. More than a bassist, he was a musician. To be perfectly aware about that fact, just pick up a bass and try to play melodies he composed, there are pure pieces of genius, you'll be bewitched by what you'll play, sometimes simple but greatly efficient and sometimes technically unreachable if you don't practice hours and hours but they all lead you to heaven where Cliff is actually teaching bass to God !

Read it, it's fantastic and brilliant ...


L'ennéagramme
L'ennéagramme
par René de Lassus
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Intéressant pour mieux se connaître, 8 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'ennéagramme (Poche)
Ne connaissant pas du tout le principe de la technique de l'ennéagramme, je me suis laissé porté par les explications très pratiques et didactiques de l'auteur.
On y découvre ainsi un outil très efficace pour comprendre et définir le type d'une personne. Mais l'outil n'est pas restrictif au point de donner une simple "définition" d'un caractère, il tient également compte de l'évolution d'un être dans ses tranches d'âges clés (aux alentours de 20 ans puis 40), puis des effets de la quantité de stress qui peut agir sur un esprit à un instant donné. Toutes ces amalgames permettent d'apercevoir un même type dans des contextes différents et d'en saisir la compréhension qu'il en fait et les traductions qu'il en découle dans son comportement.

Ce n'est pas un ouvrage destiner à offrir des recettes toutes faites à qui souhaite trouver moins de conflit et plus de confort dans son comportement. C'est avant tout une analyse honnête de ce que nous pouvons chacun être selon un type. Ensuite, à chacun de comprendre au mieux les rouages de celui qui lui est propre et tenter de s'adapter au quotidien dans les situations qu'il rencontre, afin de toujours tendre vers l'intégration de son type et non la régression voire la pathologie.


Se libérer du connu
Se libérer du connu
par Jiddu Krishnamurti
Edition : Poche
Prix : EUR 4,60

14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un guide vers notre propre nature, 17 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Se libérer du connu (Poche)
Ce livre est destiné aux personnes qui souhaitent passer de l'état d'individu (esclave des moeurs de la société (TV, voiture, propriétaire, ...), d'un dogme religieux ou autre, de son enseignement, de son éducation, ...) à l'état d'Etre Humain.

Nous nous disons tous des Etres Humains mais les dogmes successifs de l'Histoire pèsent sur chacun de nous et recouvrent nos yeux, à tel point que nous ne savons même plus quelles sont les caractéristiques de notre race animale, ainsi que ce que sont nos outils de perceptions nous permettant de déterminer nos sentiments, agréables ou non.
Les contextes judéo-chrétien et religieux plus généralement (le capitalisme reprenant les grandes lignes de ces dogmes n'en est pas différent) ont façonnés nos esprits en analyse exclusive du bien et du mal (d'un point de vue dictée et non ressenti bien sûr) pour mieux nous rendre aveugles et obéissants aux pouvoirs en quête de puissance par la richesse d'argent.

Krishnamurti nous ouvre sa vision simple de l'Etre Humain et tente, par les mots, de décrire le fonctionnement de nos sentiments, phénomènes nous permettant de réagir au contexte qui nous entoure. Peindre l'abstrait avec des mots n'est pas simple mais il réussit le tour de force de nous sensibiliser et nous amener sur le chemin de notre propre découverte.
Bien sûr, il ne faut pas attendre de quelconques recettes de sa part, sinon cela deviendrait une initiation dogmatique. Non, Krishnamurti nous sensibilise puis nous pose des questions, laissées en suspend, auxquelles chacun amène sa réponse afin d'assurer sa propre compréhension.

La clé à garder à l'esprit tout au long de la lecture est la suivante : vivre chaque instant du présent comme si le passé n'avait jamais été (la remise en question permanente pour une analyse pointue de chaque situation, cela évite les certitudes grossières sources de conflits internes ou externes à terme).
Cette première remarque entraîne la seconde, il faut mourir au passé, tuer le passé en permanence, car il est perpétuellement ancien et ne s'adapte jamais parfaitement au présent qui nous occupe. Réfléchir à travers lui est une perte de temps car la situation passée est révolue dans un contexte qui lui était propre, il est plus important d'employer ce temps à sonder le contexte présent pour y développer une conduite personnelle adaptée.
Dernière remarque, ne pas se projeter car imaginer le futur prend comme base le passé, qui rappelons-le doit être tué au fil du temps.

Il est temps de voir et entendre ce qui "est" et non pas être en recherche perpétuelle de ce qui "devrait être".

En bref, une lecture faite de retours en arrière pour une assimilation accrue de l'information et un grand pas du petit individu que vous incarnez vers l'Etre Humain que vous êtes...


Les Reines pourpres, Tome 2 : Les larmes de Brunehilde
Les Reines pourpres, Tome 2 : Les larmes de Brunehilde
par Jean-Louis Fetjaine
Edition : Poche

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La félonie continue, 7 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Reines pourpres, Tome 2 : Les larmes de Brunehilde (Poche)
Dans la pure lignée du premier tome, on reste séduit par la précision historique, le talent de conteur de l'auteur et sa volonté permanente de situer le lecteur dans le contexte politique et géographique afin qu'il en tire le meilleur parti.
On mesure parfaitement le positionnement des personnages de poids des divers royaumes, leurs allégeances, leurs trahisons, leur courage, leur oeuvre à chacun, leurs trajectoires. Une véritable fresque historique se met en place devant vos yeux, vous n'avez plus qu'à vous laisser guider par l'auteur.

La pirouette du début de tome est très bien installée et nous installe dans la logique globale du roman.

Si vous êtes amateur de l'épopée mérovingienne, ce roman vous permettra à n'en pas douter de pénétrer ce monde particulier, alors que les rois francs étaient encore à leur apogée (certes le déclin se faisait déjà sentir car les guerres intestines duraient déjà de longue date).
Sont à conseiller également les essais de G. Bordonove : Clovis puis Charlemagne dans la collection "Les Rois qui ont fait la France" ainsi que L'histoire des rois francs de Grégoire de Tours, un personnage important de l'époque que l'ont croise dans le présent tome.


Sa Majesté des Mouches
Sa Majesté des Mouches
par William Golding
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Lecture plate, 8 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sa Majesté des Mouches (Poche)
Très interpelé et intrigué par le sujet, car je reste un fervent adepte du "retour à la case départ" (à la philosophie stoïcienne) pour notre société qui arrive à une extrémité de fonctionnement pathétique qu'elle ne saura pas négocier à l'instar d'autres civilisations du passé, engluées alors dans les mêmes problématiques, je me suis pris d'intérêt pour cet ouvrage.

Malheureusement, le style très plat et le manque de visualisation des scènes du roman m'ont fait abandonné aux environs de la moitié de l'oeuvre (chose très inhabituelle pour moi). Peut-être ne suis-je pas sensible au récit, ni calé sur la fréquence de narration de l'auteur, mais je n'ai trouvé aucun intérêt au final dans cette lecture partielle ... peut-être plus tard je relirai le roman et alors comprendrai-je ?


Plaisirs de femmes
Plaisirs de femmes
par Marie Boman
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Moments intimes, 8 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plaisirs de femmes (Poche)
Quelques nouvelles érotiques écrites par des auteures, ce qui pimente la sauce dans l'esprit masculin.

Les histoires, scènes, descriptions, sujets sont tous très très différents. Certaines nouvelles sont très directes, crues, osées quand d'autres sont sous-entendues, élaborées ou bien timides.
Cela crée un contraste de lecture qui ne va pas pour déplaire tant la lecture est parfois "tendue" !

Un moment de divertissement agréable.


Les reines pourpres
Les reines pourpres
par Jean-Louis Fetjaine
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Zoom sur les petits-fils de Clovis, 7 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les reines pourpres (Poche)
C'est un fabuleux roman qui nous plonge au coeur du 6ème siècle de notre ère pour nous présenter la Vie et ses frasques de l'époque.
L'auteur prend un grand soin à situer son lecteur dans l'Histoire, le contexte, les interactions entre les personnages, les hiérarchies sociales et bien d'autres points utiles à une compréhension maximale de l'oeuvre.

Récemment sorti de l'essai de Bordonove sur Clovis et les méroviengiens, il est aisé de se rendre compte que ce roman conte l'Histoire et seulement l'Histoire sans facéties.

Le style est prenant. Les personnages attachants quelque soit leur condition, on ressent aisément chacun de leurs traits de caractère et comprend leurs préoccupations à chacun pourvu de faire avancer l'Empire selon leurs vues politiques. On distingue également l'atmosphère religieuse qui n'est encore pas bien affermie. Les chrétiens tentent de s'imposer en force face à une religion païenne encore latente à la Vie dure. On sait que la "victoire" chrétienne sera totale, mais était-ce pour le mieux ou seulement pour engendrer les guerres fratricides protestants-catholiques ... !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18