Profil de Abenaki > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Abenaki
Classement des meilleurs critiques: 346
Votes utiles : 1019

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Abenaki "Livre et musique" (Gard et Paris)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17
pixel
attila, fleau de dieu un film de pietro francisci avec anthony quinn - sophia loren
attila, fleau de dieu un film de pietro francisci avec anthony quinn - sophia loren

3.0 étoiles sur 5 Bon film bourré d'anachronisme, 17 septembre 2014
"Attila, le fléau de Dieu" n'est certainement pas un chef-d'œuvre. Malgré une affiche alléchante (Quinn et la très belle Loren) il souffre quand même d'un certains nombre de défauts. Je ne suis pas sûr que les acteurs soient tous à la hauteur par exemple. Et principalement, pour ceux qui s'intéressent à l'histoire, l'anachronisme.

D'un point de vue historique le film est bourré de fautes (comprenez d'"inventions") et d'erreurs (comprenez historique).
Le film situe le début de l'action en l'année 452 avec Attila qui partage l'empire hun avec son frère Bleda. Ors Bleda avait déjà été assassiné sur ordre d'Attila en 445. Les Huns et les Romains sont encore des alliés au début du film alors que l'alliance avait déjà éclaté depuis quelques années. L'envahisseur est en pleine gloire dans le film, en pleine monté de puissance et sur le point de culminer avec la prise de Rome. Ors en 452, Attila avait subit une sérieuse défaite à la bataille des champs Catalauniques en Gaule l'année précédente, mettant ainsi fin à son invasion du territoire gallo-romain. Aetius, qui demeure dans l'histoire comme "le dernier des Romains" meurt dans le film au cours d'une bataille imaginaire qui n'a jamais eu lieu. En vérité il sera assassiné en 453 sur ordre de l'Empereur Valentinien III. Attila arrive à proximité de Rome et rebrousse chemin après sa rencontre avec le Pape Léon qui prit l'initiative spontanée de lui barrer la route. Durant un entretien en tête à tête, le défenseur de la foie, selon le film, aurait trouvé des paroles bénies qui auraient touché le cœur du chef barbare-nomade mais qui ne restèrent pas, malheureusement pour l'humanité, dans la postérité. Belle fin de film c'est certain. Ors, s'il est vrai que le Pape Léon rencontra Attila, ce fut de manière tout à fait officielle et non seul du reste. Et Attila n'accepta la paix que dans des conditions forcées par la maladie qui faisaient des ravages dans son armée. L'Impératrice Placidia n'est pas morte à Ravennes comme dans le film mais à Rome. Quand à Honoria, son nom est resté dans l'histoire principalement pour la question de mariage avec le roi des Huns qui n'a jamais eu lieu mais qu'Attila ne repoussa pas en vérité (par intérêt bien sûr). En dehors de cette histoire d'union, elle disparait de l'histoire et l'on ne sait ce qu'elle advint. On nous parle aussi d'un chef/roi à la tête d'une armée invaincue. En 452, Attila n'avait connu que deux batailles rangées (dont celle de 451). une gagnée, l'autre perdue. Pour le reste, les guerres hunniques étaient principalement des attaques de villes et villages, des sièges aussi avec tout ce que cela impliquait (pillage, massacre, viols...) Et en 452, Attila fit certes des ravages en Italie du Nord mais ne s'approcha pas de Rome. Et les sièges ne furent pas systématiquement des victoires (ainsi Orléans résista victorieusement en 451, comme en prémices à sa résistance près de dix siècles plus tard face aux Anglais).

Bref voici quelques précisions pour démontrer que le cinéma, même avec des films dit "historiques", qu'il s'agisse de série B sympathique comme ici ou de chef-d'œuvre (Spartacus, les Cheyennes, la flèche brisée et bien d'autres...) ne sont certainement pas des cours d'Histoire avec un grand "H". Même les œuvres retraçant des autobiographies ne font pas exception bien souvent (Ed Wood).

Enfin pour finir, je ne peux juger la qualité de ce dvd au prix prohibitif du reste, surtout pour une série B. Mais seulement le film. Il possède bien sûr le charme désuet des films anciens de cette époque avec les couleurs vives. Et l'on sent aussi que, même si le film ne dure pas longtemps (à peine 1h30) on a voulu vraiment bien faire. Preuve en est que l'on y trouve en dehors de l'action, également de l'amour, de la trahison, la bravoure et la lâcheté aussi. Mais également un ton parfois moralisateur un peu lourd.
Un sympathique moment de cinéma de quartier à passé, et qui nous rappellera une époque nostalgique, celle des salles de cinéma avec les vendeuses qui circulaient le long des rangs avec leurs "bonbons, boisson, caramel et chocolat".


Fidele
Fidele
Prix : EUR 27,94

5.0 étoiles sur 5 Version de chez nos cousins., 9 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fidele (CD)
ATTENTION JE NE NOTE PAS L'ALBUM QUE JE NE CONNAIS QUE TRES PARTIELLEMENT. J'AIME LE PEU QUE J'EN CONNAIS MAIS NE PEUX PAS AVEC SINCERITE JUGE L'ENSEMBLE.
En vérité je voulais juste signalé, comme cela n'est pas précisé sur amazon, qu'il s'agit de la version canadienne de l'album "MISTER D" avec une pochette et un titre différent. Ni plus ni moins. Où presque....un petit plus quand même : ici pas besoin d'acheter une version luxe pour avoir les 4 titres bonus. Ils y sont déjà et le tout en un seul cd.
Je mets quand même 5 étoiles pour ne pas retirer d'étoile à une œuvre que ne mérite peut-être pas d'être sanctionné.
Vive Dick.


Spartacus
Spartacus
par Eric Teyssier
Edition : Broché
Prix : EUR 22,50

4.0 étoiles sur 5 Une histiore travestie en légende., 31 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Spartacus (Broché)
Bien écris et facile à lire, voici un ouvrage que je conseille sincèrement sur un personnage qui demeure assez énigmatique car n'étant le héros d'aucune nation, d'aucun peuple, pas même vraiment d'un mouvement.
SPARTACUS.. C'est un nom qui claque. Lire l'ouvrage de Teyssier, c'est aussi en coller une à la légende du personnage. Nous avons ici une belle preuve que le cinéma n'est pas un cours d'histoire. Et tous ceux qui pensent connaître l'histoire du révolté thrace grâce au film (chef-d'œuvre du reste) de Kubrick vont devoir réviser leurs fiches.

Tout d'abord, l'auteur nous présente l'époque et la société romaine. Puis nous donne un cours en quelques pages seulement sur l'histoire de la gladiature. Très intéressant. On s'aperçoit alors très vite que les gladiateurs au temps des faits (-73/-71 av. J.-C.), n'ont plus grand chose à voir avec ceux de la Rome du IIème ou IIIème siècle de notre ère.
La révolte de Spartacus n'avait certainement pas pour but de mener des dizaine de milliers d'esclaves et/ou de gladiateurs hors d'Italie. Teyssier nous explique clairement qu'à l'origine, ils n'étaient que quelques dizaines et que le Thrace aurait probablement préféré que cela reste ainsi. Ils seraient alors devenu un groupe de renégats parmi tant d'autres à travers tout l'Empire naissante, particulièrement redoutable certes du fait d'être tous des gladiateurs, mais avec le temps, le Sénat les auraient peut-être bien oublié.
Mais leurs premiers succès contre les toutes premières légions romaines, leur audace aussi et leur efficacité ont fait ameuter des dizaines, puis des centaines et enfin des milliers d'esclaves venant de partout. Et c'est sans le vouloir que Spartacus s'est retrouvé avec une armée improvisée.
Les gladiateurs étant la lie de la société chez les Romains, ils ne furent guère pris au sérieux et surtout, le Sénat ne voulut pas les considérer comme des ennemis digne d'intérêt. Ce fut la grosse erreur du Sénat et de Rome. Cela résultera sur presque deux ans de guerre.

L'aubaine des révoltés fut aussi l'époque. A ce moment là, Rome avait envoyé ses meilleurs généraux faire la guerre avec leurs meilleurs légions en Espagne d'une part (Pompée contre Sertorius) et de l'autre il y avait la guerre en Bythinie contre Mithridate VI, roi de Pont (Légions romaines commandées par Lucullus). A ceci s'ajouta les pirates qui harcelaient très efficacement les navires de ravitaillement pour Rome et les braises d'une guerre civile non encore complètement éteintes. Donc les conditions étaient idéalisées pour la révolte des esclaves.
Maintenant il faut bien voir les faits d'un point de vue historique. Loin d'être un combattant pour la liberté des esclaves, Spartacus étaient avant tout un gladiateur évadé d'une école de gladiateurs (à Capoue). Son armée probablement non désirée devenant un "pot pourri" multilingues, les ethnies très diverses, beaucoup d'entre eux n'étant attendu nul part, l'idée de quitter l'Italie s'est imposée plus qu'elle ne fut un but. Mais après la première désillusion (impossibilité de traverser le Pô) et l'illusion sicilienne, force est de reconnaître que l'exode des révoltés étaient sans but. Rien à voir donc avec le film de Kubrick. Il ne fut jamais question de marcher sur Rome (pas de machine de siège). Les chefs étaient nombreux, le seul moyen de se faire à peu près comprendre était des rudiments de latin. Bref, Spartacus n'était pas le chef suprême. Il fut même parfois contesté, perdit de nombreux alliés qui se détachèrent de lui (pour aller se faire massacrer ailleurs), et c'est visiblement contre son grès qu'il mena la dernière bataille qui semblait perdue d'avance.

Autre image d'Épinal écornée : il n'y avait probablement guère de femmes, d'enfants ou de vieillards dans l'armée de Spartacus. Trop handicapant, ils auraient considérablement ralenti une si importante troupe dont l'un des principaux moyens de survie était d'être constituée de personnes qui lui étaient utile. Encore un exemple? Les gladiateurs révoltés n'épargnaient pas leurs prisonniers romains. Ils furent des centaines (peut-être des milliers) à être exécutés ou immolés. Nous sommes très loin d'un guide "Moïsien" avec un immense mouvement de solidarité vers la liberté. Chacun se battait plus pour soit même plutôt que pour tous.
Enfin nous apprenons aussi que la mort par la crucifixion de masse que connurent les derniers survivants (estimés à 6000 sur...environ 80 000 à 100 000) était une peine réservée au rebut de l'humanité chez les Romains. Les révoltés savaient donc tout à fait ce que pouvait avoir comme conséquence une défaite et que la mort sur le champ de bataille était la meilleure fin qu'ils pouvaient espérer. Là-dessus l'auteur exagère à mon avis un peu sur les bilans des batailles. Ne dit il pas que si une armée de 10 000 Romains étaient vaincus, Rome perdaient 10 000 soldats? Il n'y avait donc jamais de survivant dans les batailles? Il en va de même pour chaque affrontement.

Tout au long de la lecture des comparaisons sont régulièrement faite entre Spartacus, qui en passant semblerait avoir eu des origines nobles, et l'ennemi qui 150 ans plutôt traumatisa Rome : Hannibal. Mais plus encore avec Vercingétorix. Je note que Teyssier un moment affirme que le Thrace et l'Arverne eurent comme point commun de connaître nombre de victoires avant la défaite. A ma connaissance la seule victoire de Vercingétorix fut Gergovie. mais passons (d'après le "Vercingétorix" de J. Harmand), je ne suis pas historien....
Au finale, cette guerre, appelée "la troisième guerre servile", aura eu pour conséquence que les Romains se seront d'avantage méfiés par la suite et des esclaves et des gladiateurs. Mais elle n'aura rien changé aux conditions des esclaves. 20 ans plus tard c'est avec des centaines de milliers d'esclaves que Jules césar reviendra de sa victoire sur les Gaulois. On peut, je pense, juste dire que la troisième guerre servile a accéléré des évènements politiques qui auraient probablement eu lieu de toute façon. Si ce n'est l'émergence de Jules César, qui ne joua aucun rôle lors des faits, mais dont l'accélération des conséquences politiques lui donna une occasion qu'il saisit, devenir le troisième homme du premier Triumvirat (avec Crassus et Pompée). Dire que la révolte de Spartacus fut un évènement historique majeure est une vérité en demi-teinte.

A la tête d'une armée aux origines et intérêts souvent très diverses, une armée qu'il ne parvint jamais à vraiment unifier, Spartacus ne fut à aucun moment un prophète, un guide ou un révolutionnaire (il n'a jamais cherché à changer la société romaine). L'auteur exprime brillamment cette erreur si courante de projeter sur des personnes ayant vécu en leur temps avec les idées et valeurs de leur temps, des idées et des valeurs de notre XXème-XXème siècle. Commettre cette erreur contribue systématiquement à ne rien comprendre ou fort peu l'histoire des hommes concernés.
La troisième guerre servile fut une irruption de violence soudaine et tout à fait imprévue, qui mit en lumière les faiblesse de la Rome d'alors mais aussi sa capacité d'adaptation,. Menée par une tacticien aux talents évidents, avec un coup d'œil certain, excellent organisateur aussi, sa révolte, si elle a eu quelques petites chances de mener à la victoire (il aurait suffit de traverser le Pô ou d'éviter la trahison des pirates) a peut-être, j'écris bien peut-être, plus été un conflit perdu d'avance.
Malheur aux vaincus.


Le chemin de la Montagne de pluie
Le chemin de la Montagne de pluie
par N. Scott Momaday
Edition : Broché
Prix : EUR 13,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Il est un chemin, une Montagne, et la pluie..., 26 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le chemin de la Montagne de pluie (Broché)
Le chemin de la montagne de pluie...
Comme à son habitude, c'est avec une plume souvent légère et toujours de toute beauté que N. Scott Momaday nous fait voyager, par un chemin intime, très intime. Celui de son peuple et de son enfance.
Car en effet, c'est à travers trois époques, distantes l' une de autre de plusieurs siècles, que l'Auteur (et là, le "A" majuscule n'est pas superflu) nous évoque ses souvenirs. Ce sont les légendes d'abords. Celles de son peuple, les Kiowas. Légendes à travers lesquelles il nous permet de mieux connaître leur genèse. Puis l'Histoire. Leur Histoire. En fait, un passage qui, avec mystère pourrait-on penser, trouve un lien avec le mythe. Enfin ce sont les souvenirs personnels, avec une grand-mère très présente.

Mais attention, il ne s'agit ni d'un livre ethnologique, ni sur la mythologie, ni un livre d'histoire ou encore une biographie. Rien de celà, mais juste...comment dire...un ouvrage qui suit les empruntes invisibles tracées le long d'un santier à travers des fourrés denses, un chemin à travers le passé et le présent. Ce lien que l'on ne voit pas mais bien réel entre les générations, comme celles entre les racines d'un arbre et son faîte le plus élevé.
A travers ces souvenirs, c'est la poussière du temps. Ce sont des images vieillies. L'écho des sons anciens qui semble venir de très loin, comme un mot soufflé à notre oreille par un vent provenant d'une époque très ancienne. Des présences, des sons, des anecdtoes dont le ciel et la terre se souviennent.
Un ouvrage court, à peine une centaine de page, et qui pourtant ne se lit pas d'une traite, non. Ou alors c'est que le lecteur ne sait pas lire ni entendre. Ni voir.
Un livre qui nous transporte dans une nostalgie poétique intense.


L'Homme Sans Age
L'Homme Sans Age
Prix : EUR 21,98

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le troisième as, 31 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme Sans Age (CD)
Si il y a Johnny et Eddy, il y a aussi Dick. LE Dick. Non, pas Moby mais le Rivers. L'influence King et Rock'n'roll. Celui boudé par l'ensemble des médias, des radios et principalement par la télé. Celui qui ne mâche pas ses mots quand il en parle. Qui rappel que cela fait plus de 9 ans que Drucker ne l'a pas invité à l'une de ses émissions. Un Drucker politique, très propre, qui affirme que Dick, c'est une blague.

Et bien CE Dick là, le vrai, l'unique qui existe, comme sortie d'un écran hollywoodien de "Loving you", brille encore un fois, une fois de plus, comme une étoile, une étoile scintillante avec cet album qui surpasse ceux présentés ces dernières années par ses compères précédemment cités, avec lesquels il forme un brelan indépassable, indémodable (et pourtant, le Dieu du rock'n'roll, de la ballade, de la country et de la musique en général sait combien je peux aimer Eddy).

Inutile de s'arrêter sur un ou deux titres en particulier, ils sont tous bon et à peu de choses près de valeurs égales. Il n'y a rien à jeter dans cet album qui s'écoute d'un bout à l'autre, de la première note à la dernière, avec un même plaisir qui ne se dément pas un instant.

Dick Rivers, ou le troisième As....
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 28, 2014 7:51 PM MEST


Le justicier dans la ville 2
Le justicier dans la ville 2
DVD ~ Charles Bronson
Prix : EUR 8,09

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une nervosité très efficace, 27 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le justicier dans la ville 2 (DVD)
Contrairement à ce qui est écris dans certains commentaires, le film n'est pas dans sa version intégrale. je possède celle-ci après l'avoir enregistré lors d'une diffusion télé et si la scène du viol est bien présente dans l'édition présentée ici, elle n'en est pas moins sérieusement raccourci. Ils ne doivent pas connaître la version intégrale du film.

"Un justicier dans la ville 2" est une suite assez direct du premier opus. Bronson, acteur que j'apprécie beaucoup, c'est alors spécialisé dans les films d'action 70's. En résultera quelques œuvres superbes "Chasse à mort", "Le bagarreur", "Le flingueur", le premier "justicier"...)

Ayant parvenu à refaire sa vie après les drames qui se sont passé dans la première histoire, Kersey se trouve à nouveau confronté à une bande de racaille qui finira par connaître le sort que méritent toutes les racailles d'où qu'ils viennent. Face à une police plus soucieuse des conséquences politiques des actions du justicier et de leur image, ainsi que de la réaction du publique, Kersey a ceci de censé dans l'histoire qu'il ne fait plus confiance aux forces de l'ordre suite à son expérience vécu 5 ans plus tôt.
En cela, l'histoire est tout à fait réfléchi. nous avons aussi affaire à un homme qui ne cherche pas d'histoire ni à régler ses comptes dès la première attaque dont il est victime. il veut rester discret et continuer sa vie tranquillement en se consacrant surtout à sa fille. Pas de réaction à la "tu m'cherche? J'suis l'justicier moi j'te flingue à la va vite".
On s'aperçoit même à travers les dialogue que c'est surtout le drame qui frappe sa fille qui le pousse à redevenir un justicier. Non pas le viole particulièrement violent (je le rappel, pourtant très charcuté ici) et le meurtre de sa femme de ménage dont il n'est plus guère question par la suite. Nous noterons d'ailleurs qu'il s'agit de justice et non de vengeance selon le titre. Chacun se fera son idée. Autre aspect bien exploité : dans le premier volet, Kersey est un homme ordinaire qui ne sait pas tué. Il tremble, il a peur, il échoue même dans sa première tentative si j'ai bonne mémoire. bref il est peu efficace dans les premiers coups. Ici, sans y avoir pris goût (il épargne plusieurs voyous qu'il pourrait très bien tuer), il s'agit d'un homme déjà expérimenté et qui agit avec plus de méthode et de froideur. Cela est démontré et se voit bien.
Là où le scénario est moins crédible est dans le fait qu'il parvienne à retrouver tous les coupables dans une ville immense parmi des millions d'habitants. C'est un aspect qui passe vite inaperçu tant l film est nerveux, mais qui, si l'on s'y arrête parait vraiment peut crédible.

Pour conclure, il s'agit bien là d'un excellent second volet dont l'acteur aurait du se contenter d'ailleurs, la suite de la série des "justicier" devenant de plus en plus abracadabrante et inefficace. C'est aussi l'un de ces derniers très bon film je pense, nous sommes en 82 et sa belle période commence à pâlir. Enfin, que l'on soit pour ou contre l'auto-défense, pour ou contre le fait d'appliquer la justice avant d'appliquer des textes de lois obsolètes, une chose st indéniable : "le justicier dans la ville 2" est un film à la nervosité très efficace.


Comedown
Comedown
DVD ~ Adam Deacon
Prix : EUR 9,04

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Rien de vraiment bon et mauvais acteurs., 27 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comedown (DVD)
Un sujet extrêmement exploité au cinoche ou à la télé et rarement avec une véritable originalité. Celui-ci ne fait pas exception. Et il est assez difficile de lui trouver de véritables qualités. Il n'y a pas même vraiment ne serait-ce qu'une bonne idée.

L'action est un peu longue à se mettre à l'œuvre. Les acteurs sont plutôt mauvais et, pire que tout pour un film, aucun des personnages, mecs ou filles, n'attirent un tant soit peu la sympathie du spectateur. C'est la condamnation assurée pour un film. On a beau vouloir faire un effort, ce n'est pas possible. Certains d'entre eux sont même tout à fait énervants (on collerait des baffes à son écran). Et comme tous les protagonistes sont des p'tits "branle-c...lles" des cités, on ne souhaite même pas vraiment que l'un d'eux parvienne à s'en sortir. L'histoire en elle même est cousue de fils blancs. Enfin, pour couronner le tout, la fin est presque téléphonée. En tout cas, nous sommes content quand elle arrive.
C'est avec une grande clémence que je mets deux étoiles à ce film même si j'avoue ne pas très bien savoir pourquoi. Peut-être parce que c'est mon n'veu qui me la fait découvrir. Ou alors qu'elle est comme les personnages de cette histoire qui nous ennuierait presque : elle n'a pas réussie à sortir des lieux.


Histoire de l'Inquisition au Moyen Age
Histoire de l'Inquisition au Moyen Age
par Henri Charles LEA
Edition : Broché
Prix : EUR 32,50

5.0 étoiles sur 5 Fruit monstrueux d'un zèle erroné au service de la cupidité égoïste..., 20 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de l'Inquisition au Moyen Age (Broché)
Jamais un ouvrage sur l'Inquisition aussi complet n'avait été écrit avant Henry Charles Lea. Jamais aucun autre ne lui succèdera en supportant la comparaison. Et il est un fait que "Histoire de l'Inquisition au Moyen Âge", écrit à la fin du XIXème siècle je crois, est devenu LA référence sur le sujet depuis plus d'un siècle. Et les auteurs sur l'histoire de l'Inquisition à s'y référer ne se compte plus.

Pourtant l'immense travail, herculéen, de l'auteur n'est pas sans défauts, sans erreurs. Voir peut-être un peu de naïveté par moment. Cela se perçoit bien dans l'étude de l'histoire du procès et de la condamnation de Jeanne la Pucelle. Mais rappelons nous simplement qu'il a écrit ce livre sur des années en obtenant des informations de premières mains, donc d'époque, et par conséquent souvent partielles voir difficilement exploitables, le tout en une multitude de langue que Charles connaissaient du reste et en provenance d'une multitude de pays. Les moyens et méthodes de recherches d'alors n'avaient rien à voir avec celles d'aujourd'hui. Et pourtant, aucun ouvrage, je le répète, n'arrive à son niveau. Ce n'est pas un hasard si il est entré dans la postérité.

Le sujet est exploité et étudié à fond. Sa richesse infinie est à peine imaginable. Toutes les formes d'hérésie sont examinées à la loupe, les principaux personnages mais aussi les moins importants sont suivit jusqu'à leur mort. Les évènements, les plus grands comme les moins importants sont clairement expliqués. Les différentes époques "vécues", années après années. Les origines de l'hérésie, ce qui amena aux premières Croisades, à l'Inquisition, son organisation, sa montée en puissance, son paroxysme, sa déchéance, sa disparition enfin.

Les Gibelins, l'anti Pape Pier di Corbario, les Olivistes, les Franciscains spirituels et les conventuels, les Dominicains, leurs luttes mortelles et cruelles, les différents Papes et schismes, les conséquences à travers toute l'Europe de la Peste noire, les Vaudois, les Cathares, l'Evangile Eternelle, les Libres d'Esprit, les Luciférains, Sprenger et Malleus Maleficarum, les Sorcières bien sûr...

Mais encore....les différents châtiments et inquisiteurs, les Fraticellis, la doctrine de la pauvreté du Christ, les Béghards, l'histoire des Templiers, les Hospitaliers, la légende à la fois fantastique, terrifiante et absurde de la tête de Sidon, le fonctionnement des procès et les témoignages, la procédure inquisitoriale, la défense des accusés, la sentence, la confiscation, le bucher, les auto da Fé, les Amis de Dieu, les Albigeois, Guillelma (mouvement Guilellmiste), Dolcino (Dolciniste), les Taborites, Savonarole, Bernard Gui, Raymond Lulle, Averroès, Jean Wycliff et son "successeur" Jean de Huss (Wycliffsites et Hussites) qui seront en quelque sorte les précurseurs de Luther.
Toutes les régions sont étudiés méticuleusement : le Languedoc-Roussillon évidemment, la Péninsule ibérique, l'Italie, les Cathares slaves, l'Allemagne, la Bohême,...

Je jette un petit peu tout en vrac comme ça mais cela vous donne à la fois une idée de la complexité et de l'étendue du sujet. Et tenez bien compte qu'il s'agit là d'exemples seulement de ce qui est étudié dans cet ouvrage de 1458 pages (environ 1300 représentent les écris de l'auteur lui même, donc l'étude proprement dite). A la fin du livre, dans sa conclusion, Charles ne peut s'empêcher de rendre véritablement un hommage aux victimes incalculables de l'Inquisition et des représentants de la Chrétienté dans toute l'Europe. Une Europe qui ne fut jamais aussi noire, obscure et satanique qu'au XIVème et XVème siècle, période ou la plus formidable et la plus terrifiante arme de l'Eglise frappa le monde chrétien d'alors : l'Inquisition.


BigBen TD97 Tourne-Disque USB Rouge
BigBen TD97 Tourne-Disque USB Rouge
Proposé par GAMES
Prix : EUR 129,00

1.0 étoiles sur 5 SI PROBLEME NE COMPTEZ NI SUR BIGBEN NI SUR CONFORAMA, 3 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : BigBen TD97 Tourne-Disque USB Rouge (Appareils électroniques)
Très beau design, BigBen a fait un effort sérieux de ce côté. J'appréhendais sérieusement l'emplacement des enceintes placées sous la platine, me disant que cela atténuerait la qualité du son. Je suis ravi de m'être trompé. Il est facile d'ajouter des enceintes supplémentaires, un casque également. On peut aussi enregistré sur clef USB ses vinyles et CD. Et bien sûr écouter avec sa USB. Nous captons sans problème la radio avec un très bon son là encore. Télécommande légère, visiblement fragile, mais très pratique (pile incluse).

Il y a des enceintes intégrés donc avec un très bon son. Vous pouvez changer la puissance du son selon le style musical que vous écoutez : par exemple si vous écoutez du classique, il y a une touche qui permet de programmer les enceintes sur "classique" et le son est alors différent qu'avec le programme "pop" ou "rock". Ajouter des enceintes supplémentaires est utile uniquement pour les mélomanes.

Toutefois j'insiste sur un détail qui me semble important : le tourne disque que je possède tourne plus vite que prévu. A savoir qu'un 33 tour tourne plutôt à la vitesse 33 tour 1/2...de même pour un 45 tour. Alors s'agit il d'une erreur de conception ou est ce dû à mon exemplaire car j'ai acheté l'article qui était en exposition (c'était le dernier), je l'ignore. Il faut être habitué au son vinyle pour s'en apercevoir, ce qui est mon cas, ce qui fait que c'est un peu gênant. Parfois aussi, le lecteur cd, un peu trop bruyant un mon goût (on entend des "toc...toc..." réguliers) s'arrête par moment sans raison et le tourne disque s'éteint tout seul. Mais dans l'ensemble, honnêtement c'est un très bon produit. Le problème de vitesse 33 tour/45 tour ne gênera que les habitués de vinyle. Ce qui, je l'avoue, est mon cas.
Existe en trois couleur : blanc (très beau), rouge, et noir.

COMMENTAIRE SUPPLEMENTAIRE:
AU BOUT DE 6 MOIS SEULEMENT D'UTILISATION, LE TOURNE-DISQUE TOURNE MAINTENANT AU RAALENTI. UN COMBLE.
J'AI CONTACTE BIGBEN FRANCE VIA LEUR SITE POUR LEUR SIGNALER LES "DEFAUTS" DECRITS ICI. DEUX MESSAGES A UNE DIZAINE DE JOURS D'INTERVALLE. AUCUNE REPONSE AU BOUT DE PRES DE TROIS SEMAINES. VOUS POURREZ AUSSI CONSTATER EN LISANT LES AVIS SUR MON COMMENTAIRE ( SUR L'EXEMPLAIRE COULEUR BLANCHE) QU'UNE AUTRE PERSONNE A CONSTATE LE BRUIT DU LECTEUR CD; CETTE PERSONNE A EFFECTUE DEUX CHANGEMENT D'APPAREIL POUR LE MÊME RESULTAT ET BIGBEN A FINI PAR LUI DIRE QUE DE TOUTE FACON, LE MODELE EST AINSI FAIT. POUR LA VITESSE DU VINYLE, CETTE PERSONNE N'A PAS EU L'OCCASION DE TESTER.
BREF, EN RAISON DU BRUIT DU LECTEUR CD QUI SEMBLE AUX YEUX DE BIGBEN TOUT A FAIT NORMAL ET LEUR COMPORTEMENT QUI CONSISTE A IGNORER LEURS CLIENTS, 3 ETOILES CAR J'EN AVAIS MIS 4 AU TOTAL IL Y A SIX MOIS.
DOMMAGE, CET ARTICLE MERITAIT BEAUCOUP MIEUX COMME SERVICE APRES VENTE.
Je serai ravi que d'autres possesseurs de cet article me disent si ils ont eux aussi ces problèmes que je sache si cela vaut la peine que je le remplace grâce à la garantie

NOUVELLE EVALUATION. APRES AVOIR TOURNE TROP VITE LA PLATINE TOURNE A PRESENT TROP LENTEMENT. IL NE FAUT ABSOLUMENT PAS COMPTER SUR CONFORAMA POUR UNE DEMARCHE AUPRES DU FOURNISSEUR. PAS PLUS QUE SUR LE FOURNISSEUR POUR VOUS REPONDRE. DE CE CÔTE LA RIEN N'A CHANGE HELAS. MAIS PIRE QUE TOUT, LE SERVICE GARANTIE ACHETER EN PLUS POUR 27 EUROS SUPPLEMENTAIRE N'EST PAS PLUS SERIEUX : 9 APPELS POUR REUSSIR A LES JOINDRE APRES UNE TRES LONGUE ATTENTE TELEPHONIQUE. ENGAGEMENT D'ENVOYER UN PACK POUR LEUR FAIRE PARVENIR L'ARTICLE A LEUR FRAIS DANS MOINS D'UNE SEMAINE ET AU BOUT D'UN MOIS, PLUS AUCUNE NOUVELLE DE LEUR PART. APRES AVOIR MIS 4 ETOILES D'UNE PREMIERE EVALUATION, L'AVOIR BAISSE A 3 POUR LE SERVICE APRES VENTE DE BIGBEN ET CONFORAMA, IL NE ME RESTE PLUS QU'A RETIRER AUTANT D'ETOILE QUE POSSIBLE ET DECONSEILLER VIVEMENT L'ACHAT DE CET ARTICLE.


TOURNE DISQUES RADIO CD ENCODEUR USB NOIR
TOURNE DISQUES RADIO CD ENCODEUR USB NOIR
Proposé par GAMES
Prix : EUR 129,00

1.0 étoiles sur 5 NI BIGBEN NI CONFORAMA NE S'OCCUPE DE VOS PROBLEMES, 3 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : TOURNE DISQUES RADIO CD ENCODEUR USB NOIR (Appareils électroniques)
Très beau design, BigBen a fait un effort sérieux de ce côté. J'appréhendais sérieusement l'emplacement des enceintes placées sous la platine, me disant que cela atténuerait la qualité du son. Je suis ravi de m'être trompé. Il est facile d'ajouter des enceintes supplémentaires, un casque également. On peut aussi enregistré sur clef USB ses vinyles et CD. Et bien sûr écouter avec sa USB. Nous captons sans problème la radio avec un très bon son là encore. Télécommande légère, visiblement fragile, mais très pratique (pile incluse).

Il y a des enceintes intégrés donc avec un très bon son. Vous pouvez changer la puissance du son selon le style musical que vous écoutez : par exemple si vous écoutez du classique, il y a une touche qui permet de programmer les enceintes sur "classique" et le son est alors différent qu'avec le programme "pop" ou "rock". Ajouter des enceintes supplémentaires est utile uniquement pour les mélomanes.

Toutefois j'insiste sur un détail qui me semble important : le tourne disque que je possède tourne plus vite que prévu. A savoir qu'un 33 tour tourne plutôt à la vitesse 33 tour 1/2...de même pour un 45 tour. Alors s'agit il d'une erreur de conception ou est ce dû à mon exemplaire car j'ai acheté l'article qui était en exposition (c'était le dernier), je l'ignore. Il faut être habitué au son vinyle pour s'en apercevoir, ce qui est mon cas, ce qui fait que c'est un peu gênant. Parfois aussi, le lecteur cd, un peu trop bruyant un mon goût (on entend des "toc...toc..." réguliers) s'arrête par moment sans raison et le tourne disque s'éteint tout seul. Mais dans l'ensemble, honnêtement c'est un très bon produit. Le problème de vitesse 33 tour/45 tour ne gênera que les habitués de vinyle. Ce qui, je l'avoue, est mon cas.
Existe en trois couleur : blanc (très beau), rouge, et noir.

COMMENTAIRE SUPPLEMENTAIRE:
AU BOUT DE 6 MOIS SEULEMENT D'UTILISATION, LE TOURNE-DISQUE TOURNE MAINTENANT AU RAALENTI. UN COMBLE.
J'AI CONTACTE BIGBEN FRANCE VIA LEUR SITE POUR LEUR SIGNALER LES "DEFAUTS" DECRITS ICI. DEUX MESSAGES A UNE DIZAINE DE JOURS D'INTERVALLE. AUCUNE REPONSE AU BOUT DE PRES DE TROIS SEMAINES. VOUS POURREZ AUSSI CONSTATER EN LISANT LES AVIS SUR MON COMMENTAIRE ( SUR L'EXEMPLAIRE COULEUR BLANCHE) QU'UNE AUTRE PERSONNE A CONSTATE LE BRUIT DU LECTEUR CD; CETTE PERSONNE A EFFECTUE DEUX CHANGEMENT D'APPAREIL POUR LE MÊME RESULTAT ET BIGBEN A FINI PAR LUI DIRE QUE DE TOUTE FACON, LE MODELE EST AINSI FAIT. POUR LA VITESSE DU VINYLE, CETTE PERSONNE N'A PAS EU L'OCCASION DE TESTER.
BREF, EN RAISON DU BRUIT DU LECTEUR CD QUI SEMBLE AUX YEUX DE BIGBEN TOUT A FAIT NORMAL ET LEUR COMPORTEMENT QUI CONSISTE A IGNORER LEURS CLIENTS, 3 ETOILES CAR J'EN AVAIS MIS 4 AU TOTAL IL Y A SIX MOIS.
Je serai ravi que d'autres possesseurs de cet article me disent si ils ont eux aussi ces problèmes que je sache si cela vaut la peine que je le remplace grâce à la garantie.

NOUVELLE EVALUATION. APRES AVOIR TOURNE TROP VITE LA PLATINE TOURNE A PRESENT TROP LENTEMENT. IL NE FAUT ABSOLUMENT PAS COMPTER SUR CONFORAMA POUR UNE DEMARCHE AUPRES DU FOURNISSEUR. PAS PLUS QUE SUR LE FOURNISSEUR POUR VOUS REPONDRE. DE CE CÔTE LA RIEN N'A CHANGE HELAS. MAIS PIRE QUE TOUT, LE SERVICE GARANTIE ACHETER EN PLUS POUR 27 EUROS SUPPLEMENTAIRE N'EST PAS PLUS SERIEUX : 9 APPELS POUR REUSSIR A LES JOINDRE APRES UNE TRES LONGUE ATTENTE TELEPHONIQUE. ENGAGEMENT D'ENVOYER UN PACK POUR LEUR FAIRE PARVENIR L'ARTICLE A LEUR FRAIS DANS MOINS D'UNE SEMAINE ET AU BOUT D'UN MOIS, PLUS AUCUNE NOUVELLE DE LEUR PART. APRES AVOIR MIS 4 ETOILES D'UNE PREMIERE EVALUATION, L'AVOIR BAISSE A 3 POUR LE SERVICE APRES VENTE DE BIGBEN ET CONFORAMA, IL NE ME RESTE PLUS QU'A RETIRER AUTANT D'ETOILE QUE POSSIBLE ET DECONSEILLER VIVEMENT L'ACHAT DE CET ARTICLE.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17