undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Jetjet > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jetjet
Classement des meilleurs critiques: 423
Votes utiles : 360

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jetjet
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-16
pixel
Just a Poke / Darkness to Light
Just a Poke / Darkness to Light
Prix : EUR 13,99

5.0 étoiles sur 5 Les deux premiers albums de Sweet Smoke sur un CD, 25 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Just a Poke / Darkness to Light (CD)
Just a Poke est forcément le chef d'oeuvre de Sweet Smoke mais pour un prix tout mini on apprécie également le bon mais inégal Darkness To Light.
à noter que les deux albums sont sur un seul et même CD.


FINAL HOURS [Blu-ray] en boitier métal
FINAL HOURS [Blu-ray] en boitier métal
DVD ~ Nathan Phillip
Prix : EUR 19,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une de mes "claques" 2015, 25 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : FINAL HOURS [Blu-ray] en boitier métal (Blu-ray)
These Final Hours (encore un titre tronqué en France) est un véritable petit bijou nerveux, mélancolique et surtout émouvant.
Le fait de captiver sur 1h20 sans jamais susciter l'ennui alors que l'on devine aisément l'issue finale tout en la redoutant est plutôt inédit.
Aidé en cela par une interprétation juste et sans failles, il subsiste néanmoins suffisamment de failles pour faire de ces 80 minutes un spectacle prenant, anxyogène et attachant et avec très peu de scènes d'action.
La photographie superbe (admirez l'évolution des couleurs chaudes) et la musique n'y sont pas étrangers. Sur fond de monde apocalyptique, ce Final Hours est ma seconde claque 2015 avec Mad Max Fury Road. Vive les Australiens !

Je retire une étoile pour l'éditeur français qui nous a gratifié d'un joli coffret genre Steelbook mais il n'y a aucun bonus, même pas une bande annonce. Il y aurait eu tellement à dire tant on peut se retrouver démuni après visionnage mais ce film est un petit chef d'oeuvre et donc se suffit à lui-même !


Aukru 3 Set Dissipateurs Aluminium ensemble du dissipateur thermique pour Raspberry Pi 2 Model / B+ / B
Aukru 3 Set Dissipateurs Aluminium ensemble du dissipateur thermique pour Raspberry Pi 2 Model / B+ / B
Proposé par AukruDirect
Prix : EUR 3,99

5.0 étoiles sur 5 Pas cher et efficace, 21 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Par contre j'ai jamais trouvé où utiliser le 3ème dissipateur sur ma carte Raspberry ? Pour le reste, tout est nickel.


Banshee - Saison 3 [Blu-ray]
Banshee - Saison 3 [Blu-ray]
DVD ~ Afton Williamson
Prix : EUR 25,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 en VF comme en VOST une série culte et une saison 3 de haute volée !, 21 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Banshee - Saison 3 [Blu-ray] (Blu-ray)
Pour faire taire les imbéciles qui se contentent de mettre 2 étoiles uniquement par manque d'information sur la VF ou la VO je me dois d'intervenir.
Tout simplement parce que cette série est hautement jouissive, un véritable petit régal ou "guilty pleasure" sur base d'un scénario tiré par les cheveux mais qui délivre tout un lot de satisfactions pour peu qu'on accepte l'usurpation d'identité du shérif Lucas Hood par un imposteur inconnu.

Après une seconde saison un tantinet moins folle que la première, on rigole plus avec une nette évolution dans le scénario et les rebondissements.!
Chayton va donner du fil à retordre au shérif et son équipe (un épisode rend hommage à Assaut de Carpenter de façon virtuose), combat à mains nues puis à arme blanche autour d'une Rolls Royce avec effets de caméra complètement dingues, un cambriolage effectué par cam numérique reprenant la tension des meilleurs jeux video et j'en passe...
Quelques mystères sont levés, d'autres sont rajoutés et la cliffhanger final de cette saison ne laisse aucun doute : vivement la suite et fin de Banshee dans la saison 4 qui sera surement l'apothéose attendue !
Et concernant le support Bluray, possédant les deux premières saisons sur ce support, son et video de qualité sont au rendez-vous. Il y a VO et VF et surtout les sous titres sur les bonus absents de la saison 1 mais bien là sur la seconde. Donc que demande le peuple ? Oui la suite !
Et j'attends donc impatiemment l'envoi de cette saison 3 précommandée pour ma part !


Krieg Und Frieden
Krieg Und Frieden
Prix : EUR 16,05

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un album d'Apparat à part dans sa discographie., 12 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Krieg Und Frieden (CD)
Sasha Ring c’est Apparat. Tout un vaste programme découvert par le plus grand des hasards par son précèdent album, l’immense et mélancolique Devil’s Walk.
Par cette curieuse alchimie mélant sons électroniques et bidouillages subtils plus l’apport de sa voix cristalline, Devil’s Walk avait fait l’effet d’une bombe avec suffisamment de déflagrations pour avoir envie de creuser un peu plus l’univers Apparat où se cache le frontman Sasha Ring. Entre techno minimale mais inspirée aux premiers efforts d’une pop angélique (le très bel album « Walls ») ainsi que ses collaborations avec Modeselketor pour les deux albums du projets Moderat (excellents et plus accessibles), c’est après l’avoir vu joué avec son orchestre ce concerto pour théatres « Guerre et Paix » que je suis reparti avec l’album sous le bras.
Malheureusement l’écoute sans la prestation n’est pas aussi agréable que prévue. Un peu comme un soundtrack de film ayant fait ses preuves en habillant une image, « Krieg und Frieden » semble manquer légèrement le coche habité par des musiques certes très jolies mais manquant un peu d’envergure (démarrage lent pour apothéose en retenue).
Le mélange classique (cordes et violons) se fait au détriment de l’électronique bien plus en retrait ici. Il s’agit donc d’un album parfait à écouter en musique de fond mais sur lequel il me faudra encore de nombreuses écoutes (j’en suis à 3) pour pouvoir l’apprécier pleinement.
Pour autant les morceaux (instrumentaux pour la plupart) ne sont pas désagréables mais il manque une pincée de folie, celle qui rend les morceaux les plus connus du monsieur si indispensables au bien être de notre spleen musical.


Music Complete
Music Complete
Proposé par MEDIAXSUK
Prix : EUR 17,99

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ne tenez pas compte de ma note :), 2 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Music Complete (CD)
Oui voilà, exactement il ne faut pas tenir compte de mes 5 étoiles attribués à cet album.

Pourquoi ? Parce que tout ce que vous lirez à mon sujet sur le groupe qui finalement me fait encore le plus vibrer est purement subjectif et faussé.
Là où les Depeche Mode n’arrêtent pas de me décevoir depuis l’album Exciter (qui n’avait rien d’excitant), il ne reste guère que New Order qui arrive toujours à me surprendre en bien comme en mal mais ils réussissent toujours à retomber sur leur pattes.

Depuis le mal aimé Republic, les sorties de leurs albums sont toujours aléatoires et on sent le groupe constamment en rupture. Ce qu’il a toujours été finalement depuis sa création sur les cendres de Joy Division.
C’était visiblement le meilleur choix et ça l’est encore aujourd’hui. New Order est un groupe constitué de survivants, d’humains faits de chair et de sang avec leurs qualités, leurs défauts et leurs doutes. C’est l’étincelle essentielle pour vernir leur musique d’apparence froide et glaciale.
Si beaucoup ne leur pardonnent pas leur rupture avec le son Cold Wave de leurs débuts qui leur confère selon moi une touche unique et audacieuse, le choix d’échanger les sons ténébreux contre une dance torturée leur a donné leurs lettres de noblesse.
Et dans un monde où le métissage devrait être reconnu comme un espoir, quoi de mieux que de mélanger rock, pop et sons électros dans un maelstrom souvent maladroit mais toujours attachant.

Bien sur on perd Peter Hook, le véritable rebelle du groupe, l’âme damnée qui a su mettre la basse au premier plan mais la rupture Barney/Hooky était inévitable. Je vous recommande d’ailleurs d’aller le voir s’éclater à reprendre les albums de Joy Division ainsi que les premiers de New Order en live avec son fils et son groupe The Light. Je vous garantis des frissons pour l’avoir vu deux fois pendant que New Order livrait un spectacle décevant à l’Ancienne Belgique avec le grand retour de Gillian Gilbert mais un Barney peinant à retrouver le souffle de sa voix cristalline ou à gesticuler sur scène.

Mais pour New Order ça c’était avant. Le dyptique des « Sirens » sonnait comme un chant d’adieu après avoir remis les pendules à l’heure avec le cultissime rock « Get Ready » mais là New Order vient de réussir de s’affranchir avec ce nouvel opus de ses deux fantômes : Ian Curtis et Peter Hook.

Music Complete pourrait être à ce titre considéré comme un « Substance 2.0 », la plupart des titres mériterait de sortir en singles (d’où ce faux aspect de compilation alors qu’on tient bien un véritable album complet) et dépasse les 5 minutes. Secundo on peut s’amuser au jeu des substitutions où Restless serait le nouveau Crystal, Plastic le nouveau Blue Monday mais la magie tient bien là : les titres sont à la fois référentiels à des époques et complètement inédits d’où le sentiment pour les moins attentifs d’avoir affaire à une redite alors qu’il n’en est rien.

Le début de l’album ressemble presque à un mix de DJ tant les titres s’enchainent et donnent envie de danser. Pas mal pour les quasi-sexagénaires Morris et Sumner. On retrouve la fulgurance d’un Technique composé sous acides, la joie de vivre en plus.

Sumner délivre Restless, le titre le plus mélancolique dès le premier titre pour mieux s’en défaire par ensuite avec un Singularity qui fait la liaison parfaite entre une influence Curtisienne et l’électro d’un Bizarre Love Triangle.
Le tout s’enchaine naturellement et le calme reviendra après un Tutti Frutti aux sonorités ridicules mais dont le refrain vous restera en tête longtemps après. Iggy Pop pose son phrasé sur un Stray Dog tout comme il le faisait déjà pour Death in Vegas sauf que les sons sont bien de New Order qui pourra rejouer ce titre en live entièrement en instrumental sans à rougir de sa collaboration : ce sont bien eux les maîtres.

Puis arrive sans rougir le meilleur titre de l’album, celui qui va mettre tout le monde d’accord : Academic c’est le titre parfait de New Order, un « sleeper » sorti de nulle part qui reprend à la fois lignes de basse, électronique et cette mélancolie douce-amère qui donne envie de danser en pleurant.

Le reste de l’album sera plus apaisé mais les discrets « Nothing but a Fool » et « The Game » sont peut-être les tests pour la future direction de New Order affranchi de ses démons. Unlearn this hatred brouille les cartes mais finit par séduire. Seul le dernier titre avec Brandon Flowers me laisse de marbre et me donne envie immédiatement de réenchainer sur l’album en boucle pour l’oublier 

Comme le dit un ami, qu’importe la destination si on se souvient du voyage, c’est effectivement le cas avec ce chouette album qui s’appréciera sur la longueur (même Waiting for the Sirens Call qui m’avait déçu à la première approche possède quelques bijoux enfouis pour qui se donne la peine de le réécouter).

On sent que tout ce petit monde s’est bien éclaté et que le mitigé groupe Bad Lieutenant fondé par Sumner en 2006 n’est plus qu’un lointain souvenir. Tom Chapman (un Français cocorico) maitrise la basse et ne se contente pas de surjouer du Peter Hook, Stephen Morris défonce sa batterie avec entrain dès qu’on lui donne le feu vert pour le faire et Peter Saville a réalisé une pochette des plus jolies sous influence Mondrian.

Music Complete est décidément une très jolie surprise. Mais je ne suis pas objectif.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 2, 2015 5:53 PM MEST


I Love You But I Must...
I Love You But I Must...
Prix : EUR 21,30

5.0 étoiles sur 5 Mary Elizabeth Winstead !!!!!!!, 24 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : I Love You But I Must... (CD)
Mary Elizabeth Winstead je la connaissais pour sa beauté et son talent d'actrice. Une personne sensible dont on devine plusieurs cordes à son arc avec cette surprenante collaboration avec le prolifique Dan The Automator.
Si l'homme élégant au cigare ne se démarque pas de son travail habituel, il propose un écrin de choix à la jolie voix de l'actrice dans une ambiance des plus suaves.
Hommage aux Sixties, à Nancy Sinatra et à toute une époque insouciante d'Easy Listening, cet album est réussi d'un bout à l'autre avec des titres très inspirés aux directions musicales aléatoires mais en parfaite harmonie !
Mi Trip-Hop mi musique "John Barry", voici un excellent album qui ouvre l'appétit et me rend encore plus amoureux de la jolie demoiselle qui a un réel avenir dans la chanson !


Freak Island Vol.1
Freak Island Vol.1
par Masaya Hokazono
Edition : Broché
Prix : EUR 7,99

3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Un coup d'épée dans l'eau., 24 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Freak Island Vol.1 (Broché)
Dès l’introduction, le décor est planté. Le redoutable tueur arborant tête de cochon et costard-cravate rappelle non seulement Leatherface de la série « Massacre à la Tronçonneuse » mais en garde les pratiques barbares par la mise à nue viscérale d’une fugitive sur sa mystérieuse ile.

Le temps de se délecter de quelques doigts humains, l’attention de notre assassin cannibale silencieux est détournée par une petite embarcation rempli d’étudiants venus explorer cette ile non répertoriée sur les cartes…

Contraints d’y débarquer, les voici embarqués sur le terrain de jeu d’un être violent et sanguinaire qui va les prendre en chasse…
Masaya Hokazono plante le décor intriguant en quelques pages bien violentes et malsaines.
L’ambiance malsaine et craspec ne va faire que s’amplifier au fur et à mesure de la découverte de ce nouvel environnement hostile.
Les personnages sont tous stéréotypés et détestables au possible avec l’intello malade, le gros gentil qui sait tout (et en profite pour commenter tout ce qui se déroule comme si on écoutait un match de foot à la radio), l’amoureux éperdu qui se soucie de plaire à la jolie rebelle esseulée pendant que tout le monde se fait massacrer. L’arrivée fortuite d’un nouveau personnage ne va rien changer à tout cela. Constamment on nous prend par la main afin de deviner avec une dizaine de pages d’avances ce qui va se dérouler sous nos yeux ébahis par tant de niaiseries sans grand intérêt.
Les dessins ne sont pas vilains, loin s’en faut, mais n’offrent aucune originalité et restent dans la lignée de ce qu’on peut trouver dans le style Seinen. La végétation de l’île est réussie et est bien plus travaillée que les traits des personnages, à l’exception du psychopathe à tête de porc, massif, effrayant et emblématique.
Le « cliffhanger » final de ce premier tome n’est pas vraiment une surprise tant le lecteur dispose de longueurs d’avance sur les 6 étudiants et c’est sans regret qu’on referme ce premier tome classique et laborieux avec l’infini sentiment qu’on ne m’y reprendra plus et que je me fous éperdument de la suite ainsi que de la destinée de cette bande de blaireaux.

De la violence gratuite pas drôle, pas fun et pas intéressante. A oublier sans regret au plus vite !


It Follows [Édition Limitée, avec The Myth of the American Sleepover en HD] [Édition Limitée, avec The Myth of the American Sleepover en HD]
It Follows [Édition Limitée, avec The Myth of the American Sleepover en HD] [Édition Limitée, avec The Myth of the American Sleepover en HD]
DVD ~ Maika Monroe
Prix : EUR 20,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Exceptionnel !, 27 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
It Follows m'a surpris. Je m'attendais effectivement à voir un énième film d'horreur estampillé Paranormal Activity/Ouija/Insidious comme on en voit tant depuis quelques années hélas dans l'unique but de remplir les salles obscures d'adolescents surexcités à l'idée de faire les marioles devant leurs potes en bouffant du pop corn.
Puis grande surprise, c'est un film qui ne plaira pas à tout le monde et même à peu de gens finalement mais on peut sans prétentions l'affirmer comme un film d'auteur/horreur.
Par cette belle appellation un brin pompeuse, ne vous laissez pas distraire et lancez le film : une fable inspirée avec de jolies métaphores, des moments de silence de toute beauté et des plans à se damner. On est quelque part dans une époque volontairement intemporelle à la lisière du cinéma de David Lynch et de celui de John Carpenter.
La fabuleuse soundtrack participe à l'immersion la plus totale et anxyogène qui soit avec ses sons tantôt stridents tantôt nostalgiques mais toujours en parfaite adéquation avec les images (tendance électro vintage).

Mais le film fait-il peur ? Oui, mille fois oui. Il surprend de par son sujet, de par ses attaques et jump scares jamais exagérés. Une telle ambiance et ligne narrative n'était plus arrivée depuis le tout premier "Nighmare on Elm Street" quand Wes Craven était encore un auteur inspiré dans les années 80.

Le plus dingue c'est que l'ensemble fonctionne et plutôt de la plus belle des façons. David Robert Mitchell dresse une vision de l'adolescence ou plutôt du passage à l'âge adulte version cauchemar avec ses pièges, ses dangers et ses désillusions.
Il s'agit définitivement pour moi d'un auteur à suivre, cette édition du Blu Ray tombe à pic : The Myth of The American Sleepover, son premier film complètement inédit dans nos contrées y est inclus avec une unique piste VOSTFR (pas encore vu mais j'y compte bien d'ici peu). Il s'agit d'un bonus de choix avec la bande annonce de It Follows et un livret plutôt intéressant à lire (de plus en plus rare sur les blurays donc précieux).

Quand à la copie de It Follows, elle est à l'égale du travail de qualité de Metropolitan (mon éditeur favori avec Wild Side) : splendide avec un son qui va faire trembler les murs et votre palpitant.

Un film culte dans un écrin de qualité. Si vous vous reconnaissez là dedans, tentez le voyage... Pour ma part le film est tellement riche de symboliques que j'ai hâte de le voir de nouveau.


It Follows
It Follows
Proposé par Fulfillment Express
Prix : EUR 22,84

3.0 étoiles sur 5 Soundtrack electro très particulière..., 27 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : It Follows (CD)
Acheté pour mon ado qui a adoré le film "It Follows" et après écoute par 2X de l'album en entier, il est important d'y adjoindre quelques explications...
La musique du film est un élément clé. il s'agit de partitions instrumentales inspirées du travail de John Carpenter et elles sont tout à fait appropriées pour ce film d'horreur atypique mais bien plus difficilement audibles sur cd.

Le travail de Disasterpeace est incroyable mais l'écoute de sons stridents pas forcément recommandables en voiture ou au casque. En musique d'ambiance, oubliez également sauf pour faire fuir vos invités pot de colle !

Néanmoins les thèmes sont inspirés et on trouve quelques petits joyaux comme le troisième morceau "Jay", de loin le plus beau par sa mélancolie et son thème lancinant.

Une curiosité.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-16