Profil de LERNOULD Raymond > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par LERNOULD Raymond
Classement des meilleurs critiques: 133.568
Votes utiles : 26

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
LERNOULD Raymond

Afficher :  
Page : 1
pixel
Claude !
Claude !
par Alain Wodrascka
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Comment un prétendu « ami proche de Claude Nougaro » ose-t-il tenir des propos aussi choquants ?, 20 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Claude ! (Broché)
Les premiers livres qu’Alain Wodrascka a consacrés à Claude Nougaro n’étaient pas dépourvus d’intérêt, notamment « Claude Nougaro souffleur de vers » paru en 2002.
Pourtant, sans doute pour profiter de la vague médiatique déclenchée par le dixième anniversaire de la disparition de Claude, il a cru bon de publier un nouvel ouvrage qu’il a intitulé : « Claude ! » Le point d’exclamation cherche sans doute à faire plus original mais personnellement c’est un point d’interrogation que j’aurais utilisé car je me pose de sérieuses questions sur les motivations de Monsieur Wodrascka qui se prend maintenant pour un « biographe de référence en matière ce chanson française » comme il est indiqué sur la dernière page de couverture de son livre. Il a en effet publié une trentaine d’ouvrages sur des chanteurs (et chanteuses) aussi différent(e)s que Léo Ferré, Alain Bashung, France Gall, Brigitte Bardot, Renaud, Vanessa Paradis et Jacques Brel, pour n’en citer que quelques un(e)s.
Qui trop embrasse mal étreint ! En se dispersant ainsi, Monsieur Wodrascka a perdu sa crédibilité de spécialiste de Nougaro (car il n’a plus le temps de vérifier tout ce qu’il écrit) de même que sa relative notoriété lui a fait perdre toute humilité dans sa manière d’aborder un des plus grands poètes de notre époque.
Je n’ai pas assez de place pour relever toutes les fautes d’orthographe et autres erreurs qui émaillent cet ouvrage, mais rien que ce fait est déjà absolument inadmissible car le lecteur qui a déboursé 20 € pour avoir le droit d’accéder aux commentaires de Monsieur Wodrascka est en droit de s’attendre à un travail autrement plus sérieux.
Je ne peux toutefois m’empêcher de citer quelques passages particulièrement révoltants quant à leur contenu.
- A propos de l’album « Sœur âme » de 1971, Alain Wodrascka ose écrire, en parlant de Claude : « Son chant ambitieux et élitiste est désormais bien éloigné de l’art populaire »
C’est vrai, il faut écouter attentivement les chansons de Claude pour s’en imprégner mais à chaque écoute on a le plaisir d’en découvrir des aspects nouveaux car elles sont très riches et peuvent s’appréhender à différents niveaux.
Je ne pense donc pas qu’il faille être diplômé de l’université pour comprendre que « la neige », une des plus belles chansons de Claude, se termine par une évocation de la folie de Stalingrad ou que « C est Eddy » est un superbe hommage à l’organiste Eddy LOUISS comparé au Capitaine Nemo « à bord de son ruisselant Nautilus ».
- Pour l’album « Ami chemin » (de 1983) par contre, Alain Wodrascka prétend qu’il s’agit de « chansons qui flirtent avec la variété bas de gamme ».
Il faudrait savoir. Claude Nougaro est-il élitiste ou racoleur ?
Je pense personnellement qu’il n’est ni l’un ni l’autre mais que , comme tous les poètes, il cherche à partager ses émotions avec son public, sa « famille humaine » comme il le disait si bien et il y réussit parfaitement, même avec des chansons optimistes telles que « Ami chemin » et « la vie c’est beau va » qui n’ont pas l’heur de plaire à Monsieur Wodrascka. Il faut se souvenir du contexte : suite au départ (provisoire) de Maurice Vander en 1980 , Claude avait dû renouveler son équipe de musiciens et en 1983 il était accompagné par « la bande des Niçois » avec entre autres Bernard Arcadio aux claviers, Richard Galliano à l’accordéon et André Ceccarelli à la batterie qui étaient tous très à l’aise dans les rythmes binaires du jazz rock. Il fallait donc voir comment, bien avant « Nougayork » toute la salle était debout pour taper dans les mains et danser sur le rythme endiablé de « Cadencé » qui terminait le spectacle.
-A la page 124, à propos de la chanson « Victor », créée lors de l’inoubliable Olympia 77, Monsieur Wodrascka parle de « Satan, dans cette évocation de Victor Hugo ».
Je ne comprends pas comment quelqu’un qui se targue d’avoir obtenu une mention « très bien » à une Maîtrise de lettres (grâce à un mémoire sur Claude Nougaro !) puisse commettre pareille bévue. Le seul rapport de cette superbe chanson avec Victor Hugo est le choix du prénom du héros. Le texte de Claude Nougaro est on ne peut plus explicite :
« Le père aimait Hugo. Il prénomma Victor
Ce fils dont le destin défraya les gazettes
Celui de l’homme à la cervelle d’or. »

C’est en effet le conte d’Alphonse Daudet « l’homme à la cervelle d’or », tiré des « lettres de mon moulin » qui a inspiré à Claude Nougaro sa formidable chanson. On ne peut à ce propos qu’admirer le génie créatif du poète qui a su transformer un conte d’à peine 2 pages en une épopée lyrique d’environ 18 minutes.
- On trouve une autre confusion regrettable de la part de Monsieur Wodrascka à la page 129 lorsqu’il cite un vers de Claude Nougaro :
« Il avait vu la femme au visage éléphant »
et qu’il le prétend tiré de « Ma femme » alors qu’il s’agit d’un passage essentiel de « Odette », portrait de la deuxième épouse de Claude Nougaro (album « Femmes et famines » de 1975).

A propos de « l’enfant phare » (paru en 1997 sur l’album du même nom), Monsieur Wodrascka ose parler d’ « une chanson en forme d’exercice de style raté conjuguant calembours de mauvais aloi et mélodie à la sauce faussement nougayorkaise ».
Il s’agit pour moi d’une des plus grandes chansons de Claude Nougaro exprimant, comme Claude le fait à plusieurs reprises dans son œuvre, l’attente d’un nouveau messie, un enfant, qui permettra à l’humanité de retrouver le paradis terrestre. La musique est l’œuvre du génial Eddy Louiss que Claude admirait beaucoup.

- Monsieur Wodrascka pousse même l’indécence jusqu’‘à dénigrer le texte sans musique « je voudrais écrire » qui termine « la note bleue » , le dernier album de Claude Nougaro, paru en 2004 après sa mort.
Monsieur Wodrascka n’hésite en effet pas à écrire à la page 108 que Claude « aligne des vers autobiographiques et peu élégants dont on aurait pu se passer ».
Nous atteignons ici le comble de l’ignominie car les vrais amis de Claude Nougaro ne peuvent écouter sans émotion cet ultime enregistrement où Claude évoque sans détour le cancer qui le ronge et qui allait l’emporter peu de temps après.
Je crois en réalité que , plutôt que des vers émouvants de Claude Nougaro, c’est de la prose scandaleuse d’Alain Wodrascka que l’on peut se passer !
Selon le principe bien connu de Peter, il a atteint ici son niveau d’incompétence.

Je dois dire pourtant, pour être objectif que le seul passage qui présente un certain intérêt dans ce livre est la troisième partie consacrée à la transcription de « dialogues sans cible » que Monsieur Wodrascka a ajoutée à la fin, sans doute parce qu’il était à court d’idées pour conclure son ouvrage.
Ces « dialogues sans cible » avaient déjà fait l’objet d’un livre-disque paru en 2006.
Malheureusement, Alain Wodrascka qui a eu le privilège de s’entretenir librement avec Claude Nougaro durant plusieurs semaines n’a pas été capable d’enregistrer correctement ces précieuses conversations ce qui fait que l’on doit vraiment tendre l’oreille pour parvenir à entendre ce que dit Claude.
Ici, Alain Wodrascka est enfin parvenu à retranscrire quelques extraits de ces dialogues, en y ajoutant hélas ses fautes d’orthographe.
A part ces « dialogues sans cible » qui pourront intéresser les amateurs passionnés de Claude Nougaro, ceux qui ont simplement envie de mieux le connaître devraient plutôt lire les livres publiés récemment par ceux qui aiment vraiment Claude : Hélène Nougaro, Théa Nougaro, Laurent Balandras et , peut-être, Christian Laborde.


Claude Nougaro : Les mots de la vie
Claude Nougaro : Les mots de la vie
par Marc Lemonier
Edition : Broché

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Un livre inutile, 16 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Claude Nougaro : Les mots de la vie (Broché)
Au premier abord,on trouve que c'est un livre facile à lire mais on s'aperçoit très vite qu'il est truffé d'erreurs et d'horreurs : nombreuses fautes d'orthographe,citations erronées des chansons de Claude, erreurs de typographie, par ex. p. 193 les commentaires de l'auteur apparaissent avec les mêmes caractères juste à la suite du texte de la chanson "Toi là haut", ce qui fait que l'ensemble en devient totalement incompréhensible.
Il y a plus grave encore : des affirmations totalement erronées. Deux exemples :
- p.151 il évoque la rupture de Claude et de Maurice Vander (en 1980) :"Maurice Vander...reviendra accompagner Nougaro quelques années après l'intermède new-yorkais". Cela se situerait donc dans les années 90 ! Or,Claude a retrouvé Maurice Vander dès 1984 pour constituer le fameux "Nougaro trio" (avec Pierre Michelot à la contrebasse et le plus souvent Bernard Lubat à la batterie) qui l'accompagnera entre 1984 et 1986 au cours de 316 concerts.
- p. 145 à propos du spectacle de l'Olympia 1977 (où furent créés entre autres "Plume d'ange" et "Victor") : "Le concert donné à l'Olympia n'a pas été à ce jour reproduit en CD"
Bien sûr, ce spectacle de l'Olympia 1977 figure en bonne place dans le magnifique coffret "L'amour sorcier" qui vient de paraître il y quelques semaines mais on pouvait déjà l'entendre en CD dans son intégralité depuis 2009 car il constitue le Cd n°5 "sur scène" d'une compilation réalisée cette année-là par Mercury/ Universal : "Claude Nougaro : les 100 plus belles chansons".

Comment quelqu'un qui se prétend un fan de Nougaro : P. 244 "Ce livre est un livre de fan" peut-il écrire de telles énormités ?
En fait,l'explication se trouve peut-être dans la liste des ouvrages commis par Marc Lemonier. En 2009 il a publié aux Editions City "L'art de la paresse" et il devait savoir de quoi il parlait car manifestement il a écrit son livre à la "va vite" sans prendre la peine de vérifier les citations et les faits, sans doute désireux de profiter de la vague médiatique entourant le dixième anniversaire du décès de Claude pour vendre un livre qui n'apportera rien ni à ceux qui connaissent déjà Claude Nougaro ni à ceux qui auraient envie de le découvrir. Ces derniers seraient avisés de lire plutôt les livres publiés par Hélène Nougaro ,Laurent Balandras ou même à la rigueur par Christian Laborde.


Claude Nougaro Et Des Interprètes 1955 - 1961
Claude Nougaro Et Des Interprètes 1955 - 1961
Prix : EUR 19,50

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 des interprètes parfois inattendus, 21 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Claude Nougaro Et Des Interprètes 1955 - 1961 (CD)
"Frémeaux et associés" ont eu l'excellente idée de rééditer en CD les premiers titres du grand Claude. Ce double CD reprend tout d'abord le premier 25 cm de Claude paru en 1959 chez "Président" et qui n'avait guère connu de succès alors qu'y figuraient déjà des titres que Claude réenregistrera plus tard: "Il y avait une ville" et "le piano de mauvaise vie",sur un thème de Gerry Mulligan. A signaler ausi "les anges" sur une musique de Henri Salvador et "Serge et Nathalie" qui est un véritable conte de Noël.
Le reste des 2 CDs présente les chansons de Claude chantées par ses premiers interprètes.Certaines ont connu un grand succès comme "les pantoufles à Papa" par Jean CONSTANTIN, d'autres sont chantées par des artistes que l'on est surpris de voir interpréter du Nougaro, ainsi Richard Anthony ("Au fond de mon coeur") ou Pierrette Bruno ("dent de lait").En tout cas ces premières chansons étaient déjà de véritables petits bijoux,souvent empreintes d'humour et l'on comprend pourquoi de grandes vedettes de l'époque comme Colette Renard, Philippe Clay ou Marcel Amont avaient des chansons de Claude Nougaro à leur répertoire.
Espérons que "Frémeaux et Associés" publieront un deuxième volume evec les chansons d'après 1961.


Les Trois Petits Cochons
Les Trois Petits Cochons
Prix : EUR 11,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Ce n'est pas de la cochonnerie., 4 mars 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Trois Petits Cochons (CD)
Excellent Cd (peut-être un peu trop court) avec texte interprété par de très bons comédiens (Claude RICH et sa fille) et illustré par un très beau livret.Mon petit-fils (2 ans 1/2) adore.


Les 100 Plus Belles Chansons : Claude Nougaro (Coffret 5 CD)
Les 100 Plus Belles Chansons : Claude Nougaro (Coffret 5 CD)

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Enfin une édition en CD de l'Olympia 77, 11 avril 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les 100 Plus Belles Chansons : Claude Nougaro (Coffret 5 CD) (CD)
Une excellente compilation de grands titres de l'ami Claude.Le grand intérêt de ce coffret est pourtant que pour la première fois on peut trouver en Cd le concert inoubliable de l'Olympia 77 au cours duquel ont été créés "Victor","Plume d'ange", "Jésus". Tout ceci ne figurait jusqu'alors qu'en 33 tours.
Espérons que pour célébrer dignement l'année NOUGARO (il est né en 1929)Universal aura aussi la bonne idée de sortir en CD l'Olympia 79 et "Claude Nougaro au New Morning" de 1981.


Page : 1