Résumés Amazon des Contes de Beedle le Barde

Il n'est pas facile de décrire l'expérience unique de voir, tenir en main et lire "Les Contes de Beedle le Barde" de J.K. Rowling, alors commençons simplement par un mot: "Whaou". Le simple fait qu'il existe réellement (c'est un produit imaginaire tiré d'un autre récit) est magique, sans oublier le fait qu'il n'en existe que sept exemplaires dans le monde et que chacun de ces contes totalement inédits est écrit et illustré à la main par J.K.Rowling elle-même (et il apparaît clairement dès les premières pages qu'elle a des talents d'artiste). L'écriture de J.K.Rowling est le griffonnage familier d'une tante préférée (elle n'est pas dure à lire mais demande de l'attention) et vous oblige à prendre votre temps pour savourer le mystère de chacun des mots. Alors comment résumer l'un des plus remarquables livres que vous ayez jamais ouvert ? Vous tournez chaque page et vous laissez entraîner par chacune des histoires. Vous dévorez les contes qui se lisent comme les fables d'Esope et font écho aux thèmes de la série. Vous suivez chaque point et chaque courbe de l'écriture manuscrite de J.K. Rowling qui révèle dans chaque détail ce qui en fait un livre unique: une lettre légèrement plus marquée ici, un endroit où l'écriture semble courir là. Vous prenez tout cela et essayez de l'amener à la vie, bien qu'il soit impossible de le faire totalement. Sachant cela, allons-y et commençons par le commencement. –– Daphne Durham

1. " «Le Magicien et le Chaudron des souhaits " : [ATTENTION : révélations d'éléments clés !]
Comme dans les livres Harry Potter, un dessin enlumine le haut de la première page du premier conte "Le Magicien et le Chaudron des souhaits". Dans ce cas, il s'agit d'un chaudron rond juché au-dessus d'un pied étrangement réaliste (avec cinq orteils, au cas où vous vous posez la question, et nous savons que certains d'entre vous se la posent). Ce conte commence assez joyeusement avec un magicien bienveillant et âgé, que nous ne croisons que brièvement, mais qui nous rappelle tellement notre cher Dumbledore que nous devons faire une pause et reprendre notre souffle.

Cet "homme très aimé" use de sa magie avant tout pour le bien de ses voisins, créant des potions et des antidotes dans ce qu'il appelle son "chaudron de cuisine de la chance". Bien trop tôt après que nous ayons rencontré cet homme bon et généreux, il meurt (après avoir atteint un age respectable) et laisse tout en héritage à son fils. Malheureusement, le fils ne ressemble en rien au père (et bien trop à un Malefoy). A la mort de son père, il découvre le chaudron, et dedans (assez mystérieusement) une seule pantoufle et une note de son père où il est écrit "dans le plus cher espoir, mon fils, que tu n'auras jamais besoin de ceci". Comme dans la plupart des contes, c'est en général à ce moment là que les choses commencent à mal tourner...

Lisez la suite du "Magicien et le Chaudron des souhaits "


2."La Fontaine de la Bonne Fortune" : [ATTENTION : révélations d'éléments clés !]
En haut de la première page de ce qui pourrait bien être l'un de nos contes de fées préférés se trouve le dessin d'une fontaine étincelante et abondante. Après avoir lu les trente premières pages du livre, il devient évident que Rowling aime beaucoup dessiner des étoiles et des étincelles, elle est d'ailleurs douée pour ça. Le début et la fin de presque tous les contes sont saupoudrés d'une poudre de lutin (à la Peter Pan – les fans savent que les lutins de Rowling ont peu de chances de laisser une empreinte aussi agréable). La première page de cette histoire est également illustrée d'un petit buisson de roses en dessous du texte. C'est très charmant, et si vous avez déjà essayé de dessiner une rose, vous savez que ce n'est pas un exercice aisé, ce qui rend peu probable le fait que Rowling l'ait dessiné pour camoufler une erreur (de la même façon que certains d'entre nous l'auraient fait). C'est une très belle façon de commencer cette histoire, et on sent que "La Fontaine de la Bonne Fortune" nous réserve beaucoup de bonnes surprises. Peut-être est-ce pour cela que l'histoire commence si grandiosement et dans un décor de conte de fées si luxuriant et mystérieux : un jardin enchanté et clôturé, protégé par un "sort puissant". Une fois par an, on permet à un "malchanceux" de trouver le chemin de la Fontaine, de se baigner dans son eau, et "d'avoir de la chance pour toujours". Ahhh, voici de quoi sont faits les rêves des fans d'Harry Potter. En fait, ce conte se démarque des autres en partie parce qu'il suit le schéma de la quête, schéma que les fans aiment dans ses romans – le genre qui nous plaît toujours.

Lisez la suite de "La Fontaine de la Bonne Fortune"


3."Le Cœur Velu du Sorcier" [ATTENTION : révélations d'éléments clés !]
Attention chers lecteurs : Rowling s'inspire des Frères Grimm pour son troisième conte, de loin le plus noir. Dans "Le Cœur Velu du Sorcier" il y a peu d'humour et pas de quête, juste un voyage dans les sombres profondeurs de l'âme d'un sorcier. Il n'y a aucune trace de poudre de lutin sur cette première horrible page, à la place nous trouvons le dessin d'un cœur recouvert d'un poil épais et ruisselant de sang (encore une fois, il n'est pas facile de dessiner un vrai cœur, avec les valves et les détails, mais Rowling s'en sort bien, avec les poils et tout). En dessous du texte se trouve, dans une flaque de sang, une clé ancienne surmontée de trois boucles, ce qui laisse présager que ce conte sera différent des autres. On vous aura prévenu...

Au début du conte, nous faisons la connaissance d'un jeune et beau sorcier, doué et riche, qui est gêné par la folie de ses amis amoureux (Rowling utilise ici le mot "batifoler", un parfait exemple qui montre qu'elle ne dénigre jamais ses lecteurs). Il est si sûr de ne jamais vouloir montrer une telle "faiblesse" que le jeune sorcier utilise la "Magie Noire" pour s'empêcher de tomber amoureux. Les fans devraient reconnaître ici le début d'un conte moral, Rowling a tiré beaucoup de leçons dans ses romans sur l'imprudence de la jeunesse et sur les dangers que représentent un tel pouvoir dans de jeunes mains.

Lisez la suite du "Cœur Velu du Sorcier "


4."Lapina la Babille et sa queue qui caquetait " [ATTENTION : révélations d'éléments clés !]
Une large souche d'arbre (avec vingt cernes – on a compté) trône en haut de la première page du quatrième et plus long conte de fées de Rowling. Cinq racines, telles des tentacules, s'étendent de sa base sur de l'herbe et des aigrettes de pissenlits en pleine éclosion. Au milieu de la base de la souche se trouve une fente noire, avec deux cercles blancs comme deux petits yeux qui scrutent le lecteur. Au bas de la page, l'empreinte d'une étroite patte (à quatre orteils). Moins horrifique que le coeur velu et sanglant du dernier conte (et cette fois nous voyons de la jolie poudre de lutin sur la première page), mais nous n'aimons pas trop l'aspect de cette souche.

Lisez la suite de " Lapina la Babille et sa queue qui caquetait "


5."Le Conte des Trois Frères" [Attention : révélations d'éléments clés !]
Si, comme nous, lors de la première lecture du dernier tome, vous avez survolé "Le Conte des Trois Frères" pour enfin connaître La Fin, alors vous avez raté un sacré conte (qui pourrait compter parmi les meilleurs d'Esope). Heureusement pour vous, vous pouvez ouvrir votre Harry Potter et les Reliques de la Mort au chapitre vingt-et-un et le lire quand vous le voulez. Si vous n'avez pas encore lu le dernier tome de la série de Rowling (que de bons moments en perspective), il vaudrait mieux ne pas lire cette critique... pour l'instant. Faîtes-vous le plaisir de lire d'abord le conte dans son contexte. Vous ne serez pas déçu.

Trois crânes dentés contemplent le lecteur du haut de la première page du dernier des cinq contes (ah ! Comme j'aimerais qu'il y en ait encore une douzaine). Le crâne du milieu a un symbole gravé sur son front, une ligne droite verticale dans un cercle, le tout au milieu d'un triangle. Au bas de la page, il y a une pile de tissu sur laquelle trônent une baguette magique (d'où jaillissent des tourbillons d'étincelles) et ce qui semble être une petite pierre...

Lisez la suite du "Conte des Trois Frères"

Manuscrit et somptueux : un premier regard
Voir plus d’images des Contes de Beedle le Barde :1, 2, 3
Voir plus d’images des Contes de Beedle le Barde :1, 2, 3



Discutez à propos de "The Tales of Beedle the Bard"