Bruno Parfait

"bruno parfait"
(VRAI NOM)
 
Classement des meilleurs critiques: 1 660
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 84% (1 303 de 1 544)

Mots-clés utilisés fréquemment
 

Contributions


Classement des meilleurs critiques: 1 660 - Total des votes Utile : 1303 sur 1544
Grand art avec fausses notes : Alfred Cortot, Pian&hellip de Christian Doumet
L'intitulé de ce commentaire est induit par l'ouvrage.
L' image d'un lion inoffensif et de Charlie Chaplin terrorisé en coin de cage, dans un film des années 20, déclenche une autre réminiscence photographique, témoin d'un même temps , même noir et blanc...une tournée de Cortot dans le Middle West (1918), camions et route poussiéreuse, lion de cirque dans l'un, piano probable dans l'autre.
Les salsifis...longs doigts noueux à la verticale, diaphanes, spectres véloces, tels que les figent les filtres encombrés des reconstructions mémorielles...
Les étoiles, puisque quand l'une d'entre… Lire la suite
Carnaval - Scenes D'Enfants - 3 Fantaisiestucke ~ Schumann Robert
4.0 étoiles sur 5 Pour les Chants de l'Aube, 11 janvier 2014
Je ne connaissais pas cet enregistrement autrement que de réputation pour l'interprétation des Gesange der Frühe.
Réputation plus que méritée. Différente tant de celle de Jean Martin (fluide et posée, avec du poids dans les notes) que de celles,plus récentes, de Piotr Anderszewski et Mitskudo Uchida. Il se passe ici autre chose encore, de l'ordre de la traduction du malaise, de la traduction d'une lutte vaine contre le malaise...Une forme de noirceur plus rageuse que les silences d'Anderszewski...comme si un pianiste Russe (si cela peut encore signifier quelque chose) était ici à l'oeuvre...Le Carnaval, les… Lire la suite
Schumann : Grande Humoresque, Sonate n° 1 ~ Robert Schumann
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et de deux..., 28 septembre 2013
Après Brahms, Schumann. Il y a là, pour le moins, sens de l'Histoire et des histoires. Et une fois de plus, disque magnifique. Aussi fluide et narratif que son Brahms, le Schumann d' Adam Laloum est à la fois lumineux (ce qui ne veut pas dire d'un brillant de surface) et lourd de silences pleins entre les notes. Moins perceptiblement angoissé et ombré que celui de Piotr Anderszewski, qui proposait lui aussi une magnifique interprétation de la Grande Humoresque en 2010. En aucun cas il ne faut choisir entre ces enregistrements...les deux font plus que l'affaire. D'autant plus que la Sonate chez l'un est aussi magistrale que les Chants de l'Aube chez… Lire la suite

liste d'envies