Le chat bleu

(TOP 500 COMMENTATEURS)
Willy... pour toujours.
Classement des meilleurs critiques: 329
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 91% (947 de 1 044)
Lieu: Meurthe et Moselle
Avec mes propres mots:
Gaulliste jusqu' à douze ans (disons treize), devenu totalement anarchiste individualiste depuis, donc n' étant ni de droite ni de gauche encore moins communiste (pas une seconde) ni nationaliste (pas une seconde non plus), ce qui ne m' a pas empêché de lire un peu Aragon et Brasillach... Allez voter, les votards !

Intérêts :
Très grande faiblesse pour les films et photos de Barbara Carrera, Ursula Andress et Natacha Amal mais aussi... Gene Tierney, Julie London, Janet Leigh, Ida Lupino, Arletty, Martine Carol, Rhonda Fleming, Ava Gardner, Rita Hayworth, Ginette Leclerc,… Lire la suite
 

Contributions


Classement des meilleurs critiques: 329 - Total des votes Utile : 947 sur 1044
Daisy Kenyon [Import USA Zone 1] <b>DVD</b> ~ Joan Crawford
Daisy Kenyon [Import USA Zone 1] DVD ~ Joan Crawford
5.0 étoiles sur 5 Femme ou maîtresse, 27 juin 2014
Je ne comprends pas trop pourquoi ce film fait parti de la collection "Film noir" de la Twentieth Century Fox, il s' agit plutôt d' un mélodrame... d' un très beau mélodrame d' ailleurs... avec quelques petits moments de comédie ; je sais que cela devient compliqué mais c' est pour vous dire que "Daisy Kenyon" n' a rien à voir avec un "Film noir".

Le titre français "Femme ou maîtresse" est pour une fois adapté et définit bien le personnage interprété par Joan Crawford et surtout le dilemme qui la perturbe. Daisy Kenyon est financièrement indépendante, a un amant… Lire la suite
Dangerous Crossing [Import USA Zone 1] <b>DVD</b> ~ Jeanne Crain
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
Excellent thriller de la Twentieth Century Fox avec l' une de ses stars, en l' occurence Jeanne Crain. Souvent imposée par le producteur Darryl Zanuck chez Joseph Mankiewicz et Otto Preminger qui ne se sont pas gênés pour la discréditer. Dans son autobiographie Elia Kazan, toujours aussi courageux, parle de visage inexpressif sans citer le nom de sa vedette de "Pinky" (1949). Quand on ne la traitait pas de poule pondeuse ; elle avait sept enfants. Jean-Patrick Manchette écrira lors de la ressortie en 1981 de "Péché mortel" (1945) de John Stahl : « Jeanne Crain est un cageot et joue comme une patate, on est habitués ». Des cageots comme ça j'… Lire la suite
Albert Lewin : Un esthète à Hollywood de Patrick Brion
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
Pour Patrick Brion, Albert Lewin, c' est sa marotte. Tous les cinéphiles en ont une. Pour Jacques Lourcelles, il s' agit de Raffaello Matarazzo. Peter Biskind chérie Hal Ashby (!?). Philippe Garnier a les siennes, il en change de temps en temps. Il a commencé avec Don Siegel ou André de Toth, puis il y a eu Roland Brown et ensuite Joseph M. Newman. Le problème avec la marotte, c' est qu' elle n' est pas tout le temps géniale et a souvent un parcours en zigzag fait de plaies et de bosses. D' où la bienveillance que le cinéphile lui porte.

En ce qui concerne Albert Lewin, ce qui le rend sympathique dans un premier temps, ce… Lire la suite

liste d'envies