D. RICHARD-MULTEAU

(VRAI NOM)
 
Classement des meilleurs critiques: 2 032
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 88% (93 de 106)
Lieu: FRANCE
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 2 032 - Total des votes Utile : 93 sur 106
Mattéo: Premier cycle de Jean-Pierre Gibrat
Mattéo: Premier cycle de Jean-Pierre Gibrat
4.0 étoiles sur 5 Magnifique et fort, 5 février 2014
Très nouveau dans le monde de la BD, je suis avant tout attiré par le dessin en général, sa qualité, sa finesse, sa crédibilité voire les couleurs choisies en particulier.
Ensuite, vient l'histoire, du moins en ce qui me concerne.
Lorsque les deux sont réunis, j'achète compulsivement !
La couverture de ce « Mattéo » premier cycle si elle avait toutes les qualités requises en matière de dessin pour m'attirer, me laissait comme une impression de « BD à l'eau de rose », une bluette.
Il ne faut jamais en rester à l'impression donnée par la couverture d'un album...
Il… Lire la suite
Une femme fuyant l'annonce de David Grossman
Une femme fuyant l'annonce de David Grossman
4.0 étoiles sur 5 Le cheminement d'une mère..., 29 décembre 2013
L'histoire commence par la guerre des six jours, évoque la guerre du Kippour, l'intervention Israélienne au Liban et l'Intifada, c'est dire à quel point cette guerre perpétuelle qui jalonne l'histoire d'Israël marque également chaque protagoniste, façonne leur histoire.
Nous suivons le périple d'Ora, cette « mère fuyant l'annonce » qui pense que dans la mesure où personne ne la retrouve pour lui annoncer la mort de l'un de ses fils, il ne peut mourir.
Réflexe de superstition, naïf, voire enfantin.
Qui ne s'est jamais persuadé de choses aussi absurdes?
Un peu comme Mathilde dans « un long dimanche de… Lire la suite
Et quelquefois j'ai comme une grande idée de Ken Kesey
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre !, 8 décembre 2013
Alors, bien sûr, il y a le style, l'écriture.
C'est d'ailleurs ce qui frappe au début, cette écriture torrentielle à plusieurs voix simultanées.
Nous sommes dans l'intimité des pensées de chacun des personnages, impliqués, imbriqués dans toute action et toute intention de chacun d'eux (homme ou animal).
Effectivement, dans un seul et même paragraphe, parfois même dans une même phrase, on se retrouve lecteur d'une polyphonie de personnages, comme une vision panoramique.
Ou comme une illustration des multiples portes de la perception chers à Ken Kesey et aux Merry Pranksters.
Ce qui permet de ne pas… Lire la suite

liste d'envies