ARRAY(0xa523c54c)
 

Véro

 
Classement des meilleurs critiques: 1 987
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 87% (2 113 de 2 426)
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 1 987 - Total des votes Utile : 2113 sur 2426
Les années de Annie Ernaux
Les années de Annie Ernaux
14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
Le livre largement autobiographique est, selon les propres dires de l'auteure, le fruit de nombreuses années d'écriture impliquant des milliers de notes biographiques qu'elle a consignées dans une sorte de journal dans l'attente de trouver LA forme idéale qui serait «un récit glissant, dans un imparfait continu, absolu, dévorant le présent au fur et à mesure. Une coulée suspendue, cependant, à intervalles réguliers par des photos et des séquences de films qui saisiront les formes corporelles et les positions sociales successives de son être constituant des arrêts sur mémoire »

À mon… Lire la suite
Le vrai est au coffre de Denis Lachaud
Le vrai est au coffre de Denis Lachaud
1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un peu sur ma faim !, 29 janvier 2009
Si je n'avais pas entendu dire tant de bien de ce livre, je l'aurais très probablement rendu. J'ai pourtant poursuivi la lecture me languissant par moments dans l'attente de ces révélations annoncées. Je reconnais alors qu'aux deux tiers de l'ouvrage la narration bascule dans une complexité fort déroutante et je n'ai pas trop regretté d'avoir persévéré.

Cette alternance des pronoms "il", "elle" ainsi que ces accords tantôt masculins tantôt féminins ne déstabilisent pourtant pas outre mesure le lecteur qui perçoit bien la dualité identitaire du personnage principal. Solitaire, rejeté… Lire la suite
Mal de pierres (cc) de Milena Agus
Mal de pierres (cc) de Milena Agus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 En Sardaigne, 29 janvier 2009
L'histoire de "Mal de Pierres" n'est pas sans rappeler « Un amour noir » de Joyce Carol Oates où la narratrice relate les méandres de l'existence parfois singulière de sa grand-mère. Ici aussi, la petite-fille dévoile l'identité plus intime de son aïeule, ce qu'elle n'était pas parvenue à asseoir de son vivant au sein d'une famille convaincue de son aliénation, de cette folie qui éloigne l'amour. Le récit nous conduit en grande partie dans la Sardaigne d'après guerre où sa situation insulaire revêtait peut-être un caractère encore plus communautaire à ces époques. Ainsi, être… Lire la suite