patatipatata

 
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 97% (34 de 35)
 

Contributions


Classement des meilleurs critiques: 42 450 - Total des votes Utile : 34 sur 35
Boutès de Pascal Quignard
Boutès de Pascal Quignard
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
« Boutès monte sur le pont et saute.
La où la pensée a peur, la musique pense.
La musique qui est là avant la musique, la musique qui sait se « perdre » n'a pas peur de la douleur. La musique experte en « perdition» n'a pas besoin de se protéger avec des images ou des propositions, ni de s'abuser avec des hallucinations ou des rêves.
Pourquoi la musique est-elle capable d'aller au fond de la douleur ? Car elle y gît.
Le chant qui se tient avant la langue articulée ' simplement plonge, plonge comme Boutès plonge ' dans le deuil de la Perdue. p19. Qui a le courage de se rendre au bout du monde de la tristesse ? La musique. p… Lire la suite
O Solitude de Catherine Millot
O Solitude de Catherine Millot
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
"Ne pas sortir de chez soi relève de l'exercice d'une liberté. Est-ce pour cela que c'est si mal vu ? On soupçonne le réfractaire, celui ou celle qui se soustrait à la loi du recrutement, à la loi commune. I prefer not to, je préfère ne pas - comme disait Bartleby de Melville. Ne pas sortir de chez soi, c'est un peu faire secession, comme ne plus allumer la télévision." p 85

"Comment se soustraire aux obligations sociales, comment préserver son temps et son espace tout en maintenant d'inévitables et d'indispensables points de contact." p 91

A lire en écoutant "O solitude" de Purcell par… Lire la suite
Le bol du pèlerin (Morandi) de Philippe Jaccottet
Le bol du pèlerin (Morandi) de Philippe Jaccottet
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
"Longtemps, Morandi a peint des sortes de frises d'objets juxtaposés (cinq, six objets, plus même quelquefois) ; avec les années leur nombre a diminué, la composition s'est concentrée de plus en plus, se faisant de plus en plus persuasive ; comme si les premières toiles étaient déjà trop peuplées, ou parlaient trop (un comble!) ; comme s'il y avait encore pour l'esprit trop de dispertion.Maintenant, au contraire, c'est comme si le voyageur, après avoir lontemps marché dans les sables, avait ateint le puits; le puits qui est appelé dans l'ancien testament le "puits du vivant qui voit"; et qu'il n'y eût plus… Lire la suite