ARRAY(0xacfb5c30)
 

Gu Si Fang

Je suis un cochon de capitaliste
Classement des meilleurs critiques: 2 333
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 67% (567 de 845)
Lieu: Paris, France

Intérêts :
Economie, logique
 

Contributions


Classement des meilleurs critiques: 2 333 - Total des votes Utile : 567 sur 845
La malfaçon: Monnaie européenne et souveraineté dé&hellip de Frédéric Lordon
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Euro or not euro ?, 17 avril 2014
Les élections européennes approchant, Lordon nous livre ici un point de vue critique sur le fonctionnement des institutions européennes - en particulier l'euro - et propose une alternative qu'il appelle « monnaie commune ». Ce terme n'étant pas explicite, on trouve au ch. 7 une description détaillée de ce qui est proposé : une version reliftée du bancor de Keynes, des DTS du FMI ou du SME. Il s'agit de redonner à chaque Etat-nation son autonomie en matière de politique monétaire tout en restant fidèle à Keynes dans le débat changes fixes / changes flottants. On retrouve la même idée chez… Lire la suite
La capture de Christian CHAVAGNEUX
La capture de Christian CHAVAGNEUX
Ce livre décrit l'économie politique de la banque et de la finance (en anglais on dirait "public choice"). On y retrouve peu ou prou ce que Charles Calomiris appelle les trois conflits d'intérêt des politiques avec la banque dans son livre "Fragile by design". Voici quelques passages qui illustrent le propos de Chavagneux et Philipponnat :

1) "La capture d'une partie des forces politiques et administratives par les intérêts financiers. En Allemagne, du fait de la grande proximité de la quasi-totalité des élus avec les banques locales. En France, du fait du système organisé de pantouflage et de la consanguinité… Lire la suite
Changer de modèle de Philippe Aghion
Changer de modèle de Philippe Aghion
10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
...par opposition à la gauche populiste, autoritaire et conservatrice.

On connaît les politiques recommandées par la seconde : relance par la dépense publique, grands projets, hausse forcée des salaires, hausse de la fiscalité sur les entreprises, les entrepreneurs et les épargnants, emplois publics et aidés en tous genres, et éventuellement protectionnisme, contrôle des capitaux, euthanasie du rentier et aiguillage de lépargne vers la dette publique et les investisseurs politiquement bien connectés. En attendant la pluie

Léconomie dirigée à la française aurait… Lire la suite