Corentin

 
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 82% (61 de 74)
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 1 211 764 - Total des votes Utile : 61 sur 74
Lateralus ~ Tool
Lateralus ~ Tool
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Incroyable, 4 octobre 2004
Incroyable car c'est l'adjectif le plus proche de la perfection de Lateralus. Incroyable car vous n'y croirez pas. Vous écouterez bouche-bée les 13 pistes s'enchainer, couler dans votre coeur, transmettre toutes les émotions possibles et imaginable à votre cerveau. Vous aurez envie de pleurer de joie, de tristesse, vous entrerez en transe, les finals étourdissant de la plupart des morceaux traduiront votre rage comme jamais. Puis vous reviendrez sur Terre au bout de 79 minutes, le coeur battant la chamade, le front dégoulinant de sueur, incrédule devant ce que vous venez de vivre. Vite, le réécouter, pour l'étudier. Tout… Lire la suite
IV ~ Cypress Hill
IV ~ Cypress Hill
5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le second sommet, 9 avril 2004
Il fallait bien que quelqu'un mette fin à ces radotages sur ce génial album; car oui, je le trouve excellent; il vient se placer juste à côté de Black Sunday dans mon top Cypress. Et pour aller à fond dans la contradiction, disons-le tout de go: les meilleurs morceaux de l'album sont les plus speed, les plus old school. Je retiendrais en particulier "Looking Through The Eye Of A Pig", "Checkmate", "Riot Starter", "Nothing To Lose (Goin' All Out)", "Dr Greenthumb" et, enfin, le meilleur titre que Cypress ait jamais composé: "Lightning Stikes". Le reste est évidemment très bon, mais les plus mauvaise pistes sont celles que toute la masse… Lire la suite
Odelay ~ Beck
Odelay ~ Beck
15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bricoleur de génie, 14 janvier 2003
C'est le meilleur qualificatif pour ce gringalet, ce blanc-beck, ce ptit blond qu'un berçage trop près du mur a surement rendu maniaque du son. Si Mellow Gold, son précédent opus, était plutot sombre, vulgaire et (volontairement) brouillon dans son mixage, Odelay joue la carte du son parfait, des samples à ne plus savoir qu'en faire, et enfin d'un eclectisme jamais atteint depuis la consecration des Beastie Boys et de leur Licensed To Ill. La voix grave de Beck sait faire beaucoup de chose, que ce soit du rap énervé (Novocane), du chant pop 70's (Devil's Haircut, The New Pollution) ou du blues à la Dylan (Hotwax). Les bases de la… Lire la suite