ARRAY(0xb1c3cc24)
 

Ortiz

"Ortiz"
(VRAI NOM)
 
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 69% (288 de 417)
Lieu: Oloron Ste Marie France
 

Contributions


Classement des meilleurs critiques: 19 350 - Total des votes Utile : 288 sur 417
COMPRENDRE L'EMPIRE de Alain Soral
COMPRENDRE L'EMPIRE de Alain Soral
7 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile 
Alors c'est ça, la bible de l'antimondialisme, le credo du résistant, la fontaine de jouvence du citoyen éveillé? Boarf. C'est ça, le livre phare qui révèle la pensée lumineuse du prophète? Boarf. Ce livre a surtout le mérite de souligner une chose: l'incohérence et le peu de matière sur laquelle repose la "pensée" de Soral et la mystique qui anime son parti Egalité et Réconciliation.

Commençons par le commencement. Alain Soral prône la "gauche du travail", la "droite des valeurs"; aussi, tout le long de son essai, tente-t-il tant bien que mal de faire concorder une vision du monde selon… Lire la suite
Chroniques, I : Un roi sans divertissement de Jean Giono
3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
Connaissez-vous la définition de "divertissement" que donnait Pascal? C'est un concept philosophique extrêmement intéressant: toute activité humaine, quelle qu'elle soit, qui détourne l'homme de l'ennui, mais aussi de la pensée de la mort, de la pensée de son propre malheur, est un divertissement. Ainsi, l'homme se "divertit" sans cesse, sans quoi il serait extrêmement malheureux, sans quoi il se mettrait à penser à sa mort prochaine, sans quoi il se lamenterai sans cesse sur l'humaine condition, sans quoi, ayant besoin de distractions immédiates, il ne supporterait pas l'inaction et l'oisiveté. Ainsi, il se crée… Lire la suite
Du contrat social de Jean-Jacques Rousseau
Du contrat social de Jean-Jacques Rousseau
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
En plus d'être un personnage assez fascinant, un écrivain talentueux, cet énigmatique Jean Jacques est certainement un maître de la philosophie politique.
Marginalisé, moqué dans son temps, l'histoire lui a donnée raison et la postérité a conservée une idée phare, fil conducteur de sa pensée: l'état de nature. Un état heureux pour l'homme, dans ses premiers temps, dans lequel l'homme vit une sorte d'utopie; mais un état qui est devenu invivable lorsque les hommes ont commencé à former les premières sociétés (je recommande la lecture du Discours sur… Lire la suite