ARRAY(0xa9a06bf4)
 

neko

 
Classement des meilleurs critiques: 1 339
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 83% (82 de 99)

Intérêts :
polar, littérature (classique, contemporaine), photo (à pratiquer et à contempler), peinture, BD, graphisme. Et bien évidemment les voyages.
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 1 339 - Total des votes Utile : 82 sur 99
Rue des Rigoles de Gérard Mordillat
Rue des Rigoles de Gérard Mordillat
Mordillat raconte son enfance dans le Belleville de laprès guerre, dans un milieu populaire mais éduqué, pas riche mais assez heureux. Il nous livre des tranches de vie quelque peu nostalgiques et nous montre son parcours qui va le conduire dans le milieu du cinéma et de la littérature.
Ces souvenirs denfance sont tour à tour cocasses, touchants, drôles (mention spéciale au chapitre « Je hais le théâtre ») et servis par une plume superbe, une espèce de gouaille poétique de premier ordre. Lensemble très vivant, propose des portraits réjouissants (comme celui de tante Suzanne et ses lubies de… Lire la suite
Une disparition inquiétante de Mishani Dror
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
Si pour vous un roman policier doit obligatoirement comporter des coups de feu, des courses poursuites folles, de l hémoglobine, un sociopathe cannibale qui dépèce ses victimes, passez votre chemin car chez Dror Mishani tout se fait calmement, un peu trop même car son enquêteur, le commandant Avraham semble ne pas trop se démener pour chercher des pistes. Aussi, quoi de plus déconcertant pour la mère dOfer, 17 ans, qui vient signaler la disparition de son fils de se trouver face à un policier lassé (« Face à lui était assise une mère. Encore une. Il en avait déjà vu deux pendant son service ») qui… Lire la suite
Du sang dans la sciure de Joe R. Lansdale
Du sang dans la sciure de Joe R. Lansdale
3.0 étoiles sur 5 Très très noir., 2 avril 2014
Le Texas dans les années 30 à lépoque de la Grande Dépression. Les noirs sont les boucs émissaires tout désignés, lalcool embrume les cerveaux souvent détraqués, le ku klux klan règne en maître, le manque déducation fait des ravages et les femmes sont maltraitées par leur mari sans que cela émeuve grand monde. « Je pense que la Bible me donne raison. Une femme a une fonction. Et cest important. Cest comme ça que lhomme est satisfait, que les bébés viennent au monde et que les cornichons sont mis en conserve. »
Le roman commence précisément quand une femme, Sunset… Lire la suite