Florence Guillaume

"Florence"
(VRAI NOM)
 
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 92% (57 de 62)
Lieu: Belgique
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 22 031 - Total des votes Utile : 57 sur 62
La Cliente de Pierre Assouline
La Cliente de Pierre Assouline
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Sur la banalité du mal, 2 janvier 2014
Très bon livre au sujet de la délation durant l'occupation. L'auteur ne se contente pas de démontrer qu'en Histoire rien n'est ni blanc ni noir, il montre une certaine frustration face à la banalité du mal. Car si le mal ne se cachait pas autant dans les petits détails de la vie, il serait sans doute plus facile à combattre. L'écriture n'y est pas vraiment littéraire mais nombre de phrases puissantes et d'expressions délicieuses en font un livre agréable à lire, outre l'intérêt qu'il revête. Je pense en outre qu'il est un bon prélude à ce qui ne va pas manquer de se passer avec en… Lire la suite
Prisonniers et prisons de la Terreur de Bijaoui Rémy
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
Quand j'ai commencé la lecture de ce livre, j'ignorais qu'il allait m'entraîner aussi loin.

L'auteur décrit bien le sujet grâce à une excellente bibliographie. Le plan rend la lecture facile et très accessible. Mais le sujet en soulève tellement d'autres, qu'il s'agisse de la nature humaine ou de la revolution, que je n'ai pu m'empêcher d'en savoir plus, si bien que j'ai déjà lu à peu près la moitié de la bibliographie ayant servi au livre, plus d'autres traitant de la terreur et de ses origines. Je remercie donc l'auteur de m'avoir fait découvrir cet univers et donné l'envie d'aller plus loin.
Le terrorisme à visage humain de Michel Schooyans
Le terrorisme à visage humain de Michel Schooyans
Ce livre est très documenté, ce qui le rendra peut-être un peu trop technique pour certains. Mais je trouve cet effort de documentation indispensable pour appuyer les faits et rendre la thèse crédible. De ce point de vue, le livre est plus que réussi. Je le recommande en particulier à tous ceux qui pensent qu'il existe bien une culture de mort au sein des grandes institutions internationales.