Buissonin

(VRAI NOM)
 
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 100% (27 de 27)
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 144 769 - Total des votes Utile : 27 sur 27
La Boheme ~ Giacomo Puccini
La Boheme ~ Giacomo Puccini
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Bernstein, 31 décembre 2011
Ce que fait Bernstein à l'orchestre est absolument génial -assurément peu orthodoxe avec ralentissements suspects, points d'orgue complaisants, lourdeurs épisodiques mais génial car émouvant au dernier degré et incroyablement lisible (comme dans les Tchaikovsky de la même époque, on entend tout).
Là où le bat blesse, c'est au niveau de la distribution, juvénile, complice, investie mais bien inadéquate : voix peu phonogénique, engorgée, timbre nasal, Jerry Hadley n'a rien d'un craquant Rodolfo et sa Mimi, fort touchante au demeurant dans la rencontre avec Marcello, a déjà… Lire la suite
Madama Butterfly-Comp Opera ~ Giacomo Puccini
Madama Butterfly-Comp Opera ~ Giacomo Puccini
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 trop tard pour Scotto..., 31 décembre 2011
Lé génie dramatique de Scotto est une nouvelle fois évident mais en 1978 le timbre n'a plus la fraicheur de la version Barbirolli et plus d'une fois stridences et micro-accidents chagrinent l'oreille. Domingo n'a pas grand chose à dire -et à prouver-en Pinkerton, et l'on peut légitimement préférer le velours d'un Pavarotti ou la clarté d'un Bergonzi dans le rôle. Vixell est un excellent Sharpless qui réussit presque à faire oublier une Suzuki redoutablement banale.
Les affinités de Maazel avec Puccini ne sont plus à prouver, et cette direction grand format, "coloriste" est l'une des plus belles… Lire la suite
Puccini : Turandot ~ Giacomo Puccini
Puccini : Turandot ~ Giacomo Puccini
12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Superbe!, 11 novembre 2010
C'est pour beaucoup la plus belle version discographique du chant du cygne puccinien. Tout est réuni pour notre bonheur : une distribution en forme superlative, un chef inspiré comme jamais et un orchestre tout feu tout flamme. Sans oublier la prise de son exceptionnelle des grandes années Decca.
Pour autant si j'admire cette version, je n'y souscris pas totalement. Sutherland n'est pas le soprano dramatique exigé par Puccini. Tout en semblant ça et là quelque peu exotique (scène des énigmes), elle impose sans peine sa percutante intelligence musicale et compose un personnage infiniment plus complexe que de coutume. Sublime de timbre, le… Lire la suite