Kaz

 
Classement des meilleurs critiques: 9 088
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 83% (128 de 154)
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 9 088 - Total des votes Utile : 128 sur 154
Dialogues Désaccordés de Eric Naulleau
Dialogues Désaccordés de Eric Naulleau
19 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
Un débat de haut vol entre deux esprits cultivés qui refont le monde.
Un classique qui incarne les interrogations de notre temps.

Naulleau brille par sa plume et sa culture littéraire, mais échoue totalement à faire contre-poids sur le plan intellectuel.

Soral, lui, tabasse, virtuose.

Un débat comme on n'en verra plus jamais à la télé.
Voltaire contre Rousseau.

Chacun est confronté à ses limites et ses contradictions : honnêteté intellectuelle pour Naulleau (quel jeu joue-t-il ?), antijudaïsme viscéral chez Soral (qui l'empêche de tendre la main… Lire la suite
Chroniques d'avant-guerre de Alain Soral
Chroniques d'avant-guerre de Alain Soral
14 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chroniques d'un résistant, 17 novembre 2012
Comprendre l'Empire est la clé de la vision du monde de Soral. Tout est structuré, pédagogique.

Chroniques d'avant-guerre est structuré différemment : on peut lire un article au hasard, comme on veut, très facilement.

Dans le style de la "vidéo du mois", une succession de chroniques qui traitent de l'actualité en appliquant, à chaque fois, la grille de lecture soralienne.

On y trouve un bon paquet d'analyses, il y a vraiment du contenu.
Soral confirme qu'il est le plus grand intellectuel français de l'époque - Zemmour fois Marx.
COMPRENDRE L'EMPIRE de Alain Soral
COMPRENDRE L'EMPIRE de Alain Soral
8 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Déjà comprendre SORAL, 15 juin 2012
I - COMPRENDRE SORAL

L'oeuvre c'est l'homme. Son parcours de dragueur légendaire aura aiguisé sens de l'observation, conscience de classe et qualités oratoires qui dialectiquement l'ont élevé.

Un vaurien structuré par le sentiment que sa mère ne l'a pas "élu" (soit l'antagoniste du Juif, la mère absente étant symboliquement le Dieu du dragueur), qui n'a pu se reposer sur rien (pas de situation sociale et familiale stable) et qui, dès lors, n'a pu se fier qu'à l'analyse...

Penseur authentique car de rue, pour qui les livres ont représenté le moyen de… Lire la suite