ARRAY(0xab4611f8)
 

Mr. Laurent Quievy

(VRAI NOM)
 
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 75% (44 de 59)
 

Contributions


Classement des meilleurs critiques: 59 768 - Total des votes Utile : 44 sur 59
La Lance de James Herbert
La Lance de James Herbert
Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
Malgré un savoir-faire incontestable pour ficeler tous les éléments de son intrigue et un rythme soutenu, le cinquième roman de Herbert (1978) péche selon moi dans son orientation surnaturelle. Je n'ai en tout cas personnellement pas réussi à avaler le postulat surnaturel du récit, cette lance du centurion Longinus au pouvoir magique, et la difficulté que j'ai éprouvée à opérer cette fameuse suspension volontaire d'incrédulité indispensable pour apprécier toute oeuvre de fiction, m'a exclu de l'histoire. Je n'y croyais tout simplement pas suffisamment pour vivre l'illusion… Lire la suite
Fluke de James Herbert
Fluke de James Herbert
Pour son quatrième roman, Herbert change complètement de registre abandonnant l'horreur pour un fantastique sans élément horrifique, une fantaisie sympathique dans laquelle un chien qui fut homme dans sa précédente incarnation se raconte à un mystérieux confident dont on n'apprendra l'identité qu'à la toute fin de l'histoire. L'auteur, grâce à ses qualités d'écriture et à son sens de l'observation, décrit à merveille les préoccupations quotidiennes et les états d'âme de ce gentil bâtard et l'on suit sans s'ennuyer - mais sans se passionner non plus!- ses menues… Lire la suite
Survivant de James Herbert
Survivant de James Herbert
Après deux romans d'horreur sans élément surnaturel, Herbert aborde avec "Le Survivant" le genre fantastique. S'il construit de nouveau son récit sur le modèle de ses précédents opus (un prologue-choc suivi d'une ligne narrative principale régulièrement interrompue par des scènes d'horreur isolées), l'auteur innove sur plusieurs points: d'abord, il élabore une intrigue beaucoup moins sommaire que pour "Les Rats" et "Fog"; ensuite, il s'essaie au début du roman à la "quiet horror" dans des scènes d'atmosphère où ne coule aucune goutte de sang (avant de revenir… Lire la suite