Anatole Frantz

 
Classement des meilleurs critiques: 9 808
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 97% (35 de 36)
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 9 808 - Total des votes Utile : 35 sur 36
...And His Mother Called Him Bill - Digipack ~ Duke Ellington
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'intimité du blues, 19 août 2014
Je ne voudrais pas redire de façon plus maladroite ce que les autres commentaires soulignent si bien mais ce disque est une merveille. Un exemple bouleversant de ce que l'amitié peut produire de plus beau et de plus sacré au delà de la mort. Billy Strayhorn était beaucoup plus que le simple bras droit du Duke: il s'agissait presque de son jumeau spirituel. Il existe un disque où les deux hommes enregistrent à quatre mains: eux mêmes avaient du mal à dire qui jouait quoi.

Entièrement constitué de compositions de Strayhorn ce disque magnifie la relation qui unissait les deux hommes et met en évidence leur… Lire la suite
The Big Nowhere de James Ellroy
The Big Nowhere de James Ellroy
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
Ellroy dit souvent qu'il écrit moins des romans policiers que des romans historiques. C'est assez vrai même si il est indéniable que son univers doit davantage au roman noir américain qu'à Alexandre Dumas (quoique une étude comparée de l'oeuvre d'Ellroy et de celle du père de Monte-Cristo serait moins saugrenue qu'il n'y parait de prime abord).

Ce roman met en scène trois protagonistes principaux: Danny Upshaw jeune flic brillant qui traque un tueur particulièrement sadique, Mal Considine gradé ambitieux hanté par le souvenir de la libération des camps et Buzz Meeks archétype du ripoux qui… Lire la suite
Nico - Drama Of Exile - Metronome - 0060.445 ~ Nico
Vous aimez le velvet et vous aimez Nico mais l'harmonium très peu pour vous. Il se pourrait que la voix si particulière de Christa Päffgen , sa mélancolie froide et son charme vénéneux, vous semble plus abordable sur ce beau disque du début des années 80.

Nico est alors en pleine déchéance. Il va sans dire que son dernier disque ("The End", 1974) ne lui a pas rapporté beaucoup d'argent. La motivation financière n'est pas étrangère à l'enregistrement de ce "Drama of Exile" qui va connaitre un destin compliqué. En effet, suite au vol de certaines bandes par… Lire la suite