Laurent

"."
(VRAI NOM)
 
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 88% (29 de 33)
Lieu: Quimper
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 1 100 497 - Total des votes Utile : 29 sur 33
Le goût et le pouvoir de Jonathan Nossiter
Le goût et le pouvoir de Jonathan Nossiter
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 contre les gourous du goût, 17 janvier 2008
Jonathan Nossiter nous propose ici un tour des plus grandes tables et caves parisennes, des plus beaux vignobles de Bourgogne, ainsi qu'un panorama mondial.

C'est un livre de rencontres. On se retrouve confonté à la mondanité des chefs parisiens, à la sincère incompétence des "sommeliers de grande surface" et au jargon des oenologues auquel les vignerons eux-mêmes ne comprennent rien.
Il m'a produit le même effet que le livre de Bernard Marris(Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles), le vin fait peur car des beaux parleurs confisquent cette expérience dont ils ont fait une… Lire la suite
On a roulé sur la terre de Sylvain Tesson
On a roulé sur la terre de Sylvain Tesson
7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 l'aventure aujourd'hui, 17 janvier 2008
Voici un livre qui nous prouve que l'aventure est encore possible de nos jours.
Les satellites n'ont pas mis à mort les aventuriers!

C'est le récit d'un premier voyage, il est donc très interessant pour connaitre les choses qu'il ne faut pas faire!
Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien de Marc Bloch
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "La Bible" de l'historien, 9 décembre 2007
Ce livre n'est pas seulement un véritable pamphlet pour la recherche historique, mais un réquisitoire pour les historiens d'aujourd'hui.
On peut y voir l'équivalent du discours de Stockholm par Alber Camus défendant la Littérature...

Son propos est étonnament d'actualité.
Marc Bloch a écrit un "discours de la méthode" pour tout apprenti historien et pour ceux qui sont dans la recherche,
mais aussi une défense des "faims intellectuelles" et des "spéculations en apparence les plus désintéressées".