Jérémy Marie

 
Classement des meilleurs critiques: 1 426
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 71% (828 de 1 171)
 

Contributions


Classement des meilleurs critiques: 1 426 - Total des votes Utile : 828 sur 1171
Les sources mystiques de la philosophie romantique&hellip de Ernst Benz
5.0 étoiles sur 5 Petit bijou, 3 septembre 2014
Voici un petit bijou de l'histoire de la philosophie, susceptible de corroborer la fulgurance de Muray d'après laquelle "L'inconscient n'a pas structure de langage, c'est l'occulte qui est le vrai langage à chercher sous les structures" (Le XIXe siècle à travers les âges, p.219).
Grâce à une étude précise et ramassée, Benz approche les querelles internes de la théosophie, véritable laboratoire, aussi stimulant que terrible, de la philosophie elle-même.
Continuateur de Martinez de Pasqually - l'instigateur du martinisme, avec sa "secte" des "Elus-Cöen", introduisant le mythe de Hiram et l'occultisme dans la… Lire la suite
Pleasantville <b>DVD</b> ~ Tobey Maguire
Pleasantville DVD ~ Tobey Maguire
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Kant et Sade, 12 mai 2014
Excellent document. Les Usa sont un formidable laboratoire du puritanisme en acte, lequel se décline dans le Soap Opera : l'amour savonneux. Ca mousse et ça pique.
Pleasantville, la ville où tout est impeccable. Pas un faux pas. C'est louche. Les sourires sont cosmétiques, dans cette famille américaine, la bonne tarte à la crème de l'amour affecté contre l'amour affectif, le mythe Colgate de la carte postale à l'écran. Les rituels de la kermesse sont favorisés, via la télévision, par le carton-pâte puritain, aujourd'hui totalement retrouvé en ce catholicisme festif et « djeuns ». Rose sur fond… Lire la suite
Le Divin Marché: La révolution culturelle libérale de Dany-Robert Dufour
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Divin mais pas trop, 5 avril 2014
Pour qui s'intéresse un tantinet à la sociologie actuelle, ce livre compte parmi les essais les plus solides, ne serait-ce que par le constat, la critique fournie et la recherche féconde qu'elle appelle.
Toutefois, la lecture est insuffisante à mes yeux quand elle se réduit à une étude strictement sociologique. Lasch l'a déjà fait, Michéa aussi, et si toutes les remarques sont acquises, que de nouveaux éléments viennent ici enrichir le "rapport", il me semble qu'il aurait fallu réclamer un déblaiement théologico-politique du phénomène libéral afin d'en… Lire la suite