georges nuyssen

(TOP 1000 COMMENTATEURS)   (TESTEURS)
On n'est pas des cabris !
Classement des meilleurs critiques: 898
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 94% (744 de 790)
Lieu: France

Mots-clés utilisés fréquemment
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 898 - Total des votes Utile : 744 sur 790
David Oistrakh - Schubert Piano Trio No. 4 in D Op&hellip ~ Lev Oborin David Oistra&hellip
David Oistrakh - Schubert Piano Trio No. 4 in D Op. 70 No. 1 Ghost ~ Lev Oborin David Oistrakh Sviatoslav Knushevitsky
Eh bien si la réalité confirme le visuel de ce CD, on saura que pour "Entertainment Group International Inc." qui édite ça, Schubert ou Beethoven, désormais, c'est tout comme ! Des conneries on en a vu et lu mais là, je crois bien que c'est une première dans l'édition. On ne va pas chipoter, la musique après tout, c'est moche, ça grince, ça n'a aucune importance, n'est-ce pas ? Si David Oïstrakh avait pu imaginer qu'un jour son legs serait entre de telles mains...
Richard Clayderman - Plays Abba (Deluxe Hard Cover&hellip ~ Richard Clayderman
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Plus que parfait !, 8 mars 2014
Imaginez un peu, si on avait, par exemple, "Bill Evans plays Abba", ce serait dramatique (pauvre Bill Evans), ou alors si on avait "Richard Clayderman plays Chopin", ce serait tragique (pauvre Chopin), mais là, entre légumes de la même soupe, ce ne peut être que parfait. Une image du paradis. Ou de l'enfer, ce qui revient à peu près au même... J'attends le prochain "André Rieu plays Jean-Jacques Goldman" pour décider où se trouve le bonheur absolu.
Music for a while : Improvisations on Purcell ~ Christina Pluhar
30 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Somptueux gadget, 8 mars 2014
Irrésistible ou insupportable ? Le nouveau disque de la brillante bande à Christina Pluhar va sans doute diviser les amateurs, une fois de plus (après Teatro d'amore, Via crucis, Los pajaros perdidos et Mediterraneo, pour la période récente).
Les "grounds" obstinés de Purcell, sa vocalité miraculeuse, sont autant de joyaux qui se prêtent à merveille aux interprétations les plus inventives, et l'Arpeggiata se présente ici comme un collectif à géométrie variable, chaque formation ou soliste mettant l'accent sur le caractère dominant de chaque pièce. Mais si le projet est louable, le… Lire la suite