Cécilia

 
Classement des meilleurs critiques: 4 611
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 89% (41 de 46)
Lieu: Paris France

 

Contributions


Classement des meilleurs critiques: 4 611 - Total des votes Utile : 41 sur 46
Les ailes brulées de Dalila Azzi
Les ailes brulées de Dalila Azzi
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Requiem pour une martyre, 5 juillet 2014
Dalila Azzi imagine le retour sur terre, douze ans après, du fantôme dEl Hadja, une jeune comédienne algérienne de 21 ans, aspergée dessence et brûlée vive par son frère, pour mener un procès sans concession du frère meurtrier, de la mère, du père, des amis. En fait, un procès de toute une société engoncée dans le poids de ses traditions et de sa misogynie, dans le manque déducation, le refus, même, de léducation, limbécillité triomphante du machisme.
Mais ce livre est avant tout un poème. Avec une langue incroyablement belle, une narrativité… Lire la suite
Le soleil colonial. Au Royaume des cailloux de Maïa Alonso
Née à Mascara, « citoyenne du monde», Maia Alonso met en scène une famille espagnole émigrée en Algérie à la fin du XIXème siècle : pionniers défricheurs de terres arides, « seigneurs des cailloux », dit elle, dont la vie rugueuse était bien différente de celle qu'on attribue au grand colonat.
« On appelait colons tous ceux qui étaient propriétaires de la terre et la travaillaient. Certains vivotaient sur leurs hectares de cailloux, d'autres réussissaient à créer de magnifiques domaines, souvent administrés par des fermiers et des métayers. (...) Je suis… Lire la suite
Le soleil colonial : Au Royaume des cailloux de Maïa Alonso
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
Née à Mascara, « citoyenne du monde», Maia Alonso met en scène une famille espagnole émigrée en Algérie à la fin du XIXème siècle : pionniers défricheurs de terres arides, « seigneurs des cailloux », dit elle, dont la vie rugueuse était bien différente de celle qu'on attribue au grand colonat.
« On appelait colons tous ceux qui étaient propriétaires de la terre et la travaillaient. Certains vivotaient sur leurs hectares de cailloux, d'autres réussissaient à créer de magnifiques domaines, souvent administrés par des fermiers et des métayers. (...) Je… Lire la suite