Becquart Eric

(TOP 1000 COMMENTATEURS)   (VRAI NOM)
 
Classement des meilleurs critiques: 803
Votes utiles reçus relativement à des chroniques: 91% (277 de 305)
 

Commentaires

Classement des meilleurs critiques: 803 - Total des votes Utile : 277 sur 305
Musique pour piano (Volume 1) ~ Albert Roussel
4.0 étoiles sur 5 de petits joyaux, 19 octobre 2014
Ce disque est un beau complément de l'anthologie orchestrale publiée également chez Naxos. Roussel témoigne toujours d'un grand soin apporté à chaque composition, jusqu'au "petit canon spirituel" qui se révèle en deux minutes comme un vrai joyau. Le disque parcourt les 3 grandes manières de Roussel : Le "marchand de sable qui passe" se révèle ici encore, comme dans sa version orchestrale, comme un authentique chef d'½uvre de la première manière, avec ses harmonies naviguant entre l'impressionnisme et Wagner et la beauté de ses thèmes qui se prêtent à la rêverie. "Doute" et… Lire la suite
Herbert von Karajan - In Rehersal And Concert (NTS&hellip <b>DVD</b> ~ Wiener Symphoniker
5.0 étoiles sur 5 Dans l'atelier d'un génie, 14 octobre 2014
A 57 ans, au fait de sa gloire et de ses moyens, Karajan se laisse convaincre par Clouzot de laisser filmer des répétitions par souci pédagogique et aussi pour mettre en valeur la dignité des musiciens et leur engagement. La répétition de la symphonie n° 4 de Schumann avec l'orchestre symphonique de Vienne est foudroyante : derrière le défi peut être artificiel de mettre en place l'½uvre en une heure, Karajan fait preuve d'une vivacité et d'une efficacité fascinante. Au delà de son sens des lignes de force et des enjeux, il fait littéralement sortir l'orchestre de sa gangue, souvent par un travail en petits… Lire la suite
A London Symphony (Symph. N 2) Version Originale D&hellip ~ Ralph Vaughan Williams
5.0 étoiles sur 5 fantômes de l'Empire, 12 octobre 2014
Magnifique musique qui, bien au delà de l'argument anecdotique, nous transporte dans une atmosphère semi-fantomatique où les ombres de l'Empire en déclin semblent se perdre dans le crépuscule. Hickox joue ici l'½uvre dans sa première version de 1913. Elle fera l'objet d'une révision profonde pour aboutir en 1936 à une ½uvre moins longue de 20 minutes, surtout dans les derniers mouvements. Pourtant cette première vision est captivante parce que multipliant les atmosphères en demi-teintes qui semblent s'étendre à toute la symphonie, émaillée de quelques passages plus animés dont… Lire la suite

liste d'envies