undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici Acheter Fire Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
47
3,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 novembre 2002
Il m'a fallu m'y reprendre à deux fois pour lire Mrs Dalloway ; ayant fini tous les Jane Austen, je cherchais quelque chose dans cette continuité et dans mon ignorance, je pensais que Virginia Woolf pourrait me l'apporter. A ma première lecture de ce roman, j'ai donc été plutôt déçue et je n'ai pas réussi à le finir.
Je m'y suis remise un an plus tard sans aucun préjugés et là, je l'ai dévoré.
Mrs Dalloway raconte la vie d'une femme londonienne à travers elle et à travers ses proches. Nous plongeons tour à tour dans ses pensées, dans celle de son mari, de sa fille et d'un ancien fiancé qui réapparaît ce jour-là. Tout y est donc subjectif et en monologue intérieur.
A côté, nous avons Septimus qui de retour de la "Grande Guerre" a plus ou moins plongé dans la folie. Ce personnage a son importance car il semble "canalyser" les sentiments de l'héroïne et comme elle dirait elle-même, son suicide remplace en quelque sorte le sien. Virginia Woolf a d'ailleurs connu les même affres que Septimus et on peut s'imaginer qu'elle s'est inspirée de ses propres visions pour les retranscrire à son personnage.
Bref, un roman à ne pas laisser passer.
0Commentaire| 58 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 septembre 2006
C'est le premier ouvrage de Virginia Woolf que j'ai lu. J'ai eu le même sentiment que lorsque j'ai découvert Proust. C'est de l'impressionnisme intimiste sous forme de roman. Il faut se laisser aller. Il y a des moments où on se perd un peu et puis surgissent des éblouissements extraordinaires d'une poésie,d'une finesse avec un texte d'une force évocatrice extraordinaire. A lire lentement, avec des relectures immédiates pour bien savourer. J'ai pensé sans cesse à la traductrice Pascale Michon dont le travail est admirable. Il repose sur une compréhension très profonde de l'oeuvre.Merci
33 commentaires| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Unité de temps (moins d'une journée de 1923, rythmée par Big Ben), unité de lieu (quartier de Westminster) mais pas unité d'action puisque nous suivons deux destins parallèles et indépendants : Septimus Warren Smith et Clarissa Dalloway. Septimus, traumatisé par les horreurs de la guerre, a sombré lentement dans la folie et n'est plus accompagné que par sa femme italienne et un psychiatre. Clarissa, femme à la quarantaine épanouie mais secrètement inquiète, mondaine et fascinante, prépare la réception du soir, entourée de ses amis, relations, anciens amours et domestiques.

L'écriture est un peu déroutante puisque nous passons d'un personnage à l'autre, ou plus tôt de l'esprit à l'autre, sans préavis, en suivant le fil rarement linéaire de la pensée, des souvenirs et des impressions. Les sensations, les mouvements de l'âme sont décrits avec finesse et acuité, y compris ces hésitations et ces non-dits avec lesquels nous compliquons notre existence et nos relations.

Le résultat est un roman grave et drôle, pas facile à lire (encore moins en anglais compte tenu de la structure grammaticale un peu alambiquée et du vocabulaire riche).
Je recommande de l'ouvrir quand on a du temps et de la tranquillité devant soi pour pouvoir bien se concentrer et s'immerger dans le récit. A ouvrir peut être aussi quand on a une certaine maturité pour pouvoir comprendre la psychologie des personnages (et de V Woolf) : « L'avantage de vieillir, c'est tout simplement que les passions demeurent aussi vives qu'auparavant, mais qu'on a acquis la faculté qui donne à l'existence sa saveur suprême, la faculté de prendre ses expériences et de les faire tourner, lentement, à la lumière. »
22 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 août 2003
Clarissa Dalloway s'apprete à donner une réception, Septimus erre dans Londres. Deux moments de la vie de deux personnages qui se déroulent en même temps sans aucun lien. Au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans la lecture du livre, on ressent une certaine tension nerveuse, celle de Clarissa, puis on commence lentement à sombrer dans la folie avec Septimus...Ecrit avec force, virginia Woolf maîtrise tellement bien sa narration qu'elle nous noie, nous broie avec ses personnages. Un classique.
0Commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 1 février 2014
Unité de temps (moins d'une journée de 1923, rythmée par Big Ben), unité de lieu (quartier de Westminster) mais pas unité d'action puisque nous suivons deux destins parallèles et indépendants : Septimus Warren Smith et Clarissa Dalloway. Septimus, traumatisé par les horreurs de la guerre, a sombré lentement dans la folie et n'est plus accompagné que par sa femme italienne et un psychiatre. Clarissa, femme à la quarantaine épanouie mais secrètement inquiète, mondaine et fascinante, prépare la réception du soir, entourée de ses amis, relations, anciens amours et domestiques.

L'écriture est un peu déroutante puisque nous passons d'un personnage à l'autre, ou plutôt de l'esprit à l'autre, sans préavis, en suivant le fil rarement linéaire de la pensée, des souvenirs et des impressions. Les sensations, les mouvements de l'âme sont décrits avec finesse et acuité, y compris ces hésitations et ces non-dits avec lesquels nous compliquons notre existence et nos relations.

Le résultat est un roman grave et drôle, pas facile à lire (encore moins en anglais compte tenu de la structure grammaticale un peu alambiquée et du vocabulaire riche).
Je recommande de l'ouvrir quand on a du temps et de la tranquillité devant soi pour pouvoir bien se concentrer et s'immerger dans le récit. A ouvrir peut-être aussi quand on a une certaine maturité pour pouvoir comprendre la psychologie des personnages (et de V Woolf) : « L'avantage de vieillir, c'est tout simplement que les passions demeurent aussi vives qu'auparavant, mais qu'on a acquis la faculté qui donne à l'existence sa saveur suprême, la faculté de prendre ses expériences et de les faire tourner, lentement, à la lumière. »
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2003
"Mrs Dalloway" - le premier roman de Virginia Woolf que j'ai lu - est un petit bijou en exercice de style. Le titre que j'ai choisi pour ce commentaire fait référence au fait que le roman ne connaît pratiquement aucune cassure, à peine des paragraphes. Non, c'est un récit monolithique. Au départ, le style de Woolf - métaphores dans métaphores; subordonnées dans subordonnées - non seulement surprend, mais en rend la lecture un peu ardue. Après un petit temps, on s'y habitue et on apprécie la beauté de cette recherche. Il n'y a pas d'histoire à proprement parler, "Mrs Dalloway", c'est une chronique d'une journée dans la société aristocratique londonienne en juin 1924, qui culmine avec la "party" que prépare Clarissa Dalloway avec grand soin. Mais en même temps, l'auteur nous fait des portraits psychologiques et chronologiques détaillés d'une foule de personnages avec pour conséquence qu'on retrouve des mini-romans au sein de ce grand roman. Ceux qui ont vu ou lu "The Hours", retrouveront dans "Mrs Dalloway" bon nombre de références. Je ne peux que recommander ce livre fortement à tous les amateurs de grande littérature.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2015
J'ai découvert avec ce roman le style de Virginia Woolf, un peu déroutant au départ avec tous ces personnages qui se croisent dans cette histoire.elle analyse et présente très bien la société de son époque et l' on sent très vite à travers les portraits de femmes que Virginia Woolf était en décalage avec son temps.Elle analyse avec beaucoup de précision les pensées et comportements de ses personnages.
C'est un roman où un évènement va être vécu et raconté par un grand nombre de témoins appartenant à toutes les couches de la société anglaise.
C'est très bien écrit/traduit.
Virginia Woolf est une femme très intéressante et d'une grande sensibilité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2002
Situé en plein coeur de la ville de Londres,ce roman de Virginia Woolf traite pour beaucoup des termes de l'aliénation mentale et physique,des liens entre individus et des aléas de l'intégration (en oppositon à la marginalité)au sein d'une société bien rigide.
La communication est l'enjeu premier dans le récit,et les personnages la recherchent, pour certains,meme au prix de la mort:"death was an attempt to communicate",est la citation qui illustre le mieux ce fait.
Une myriade de personnages plus attachants les uns que les autres peuplent ce récit, qui se déroule pourtant sur une seule journée.L'histoire,bien qu'un peu lassante au début du fait du grand nombre de détails énumérés par l'auteur,a un déroulement poignant, et qui tient le lecteur en haleine.
Bon roman, qui se lit d'une traite.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2014
Cet écrit est indéfinissable, indescriptible.
Il est bref, contrairement aux oeuvres de Proust.
Il est terriblement poétique, et terriblement beau.
D'une beauté désespérée.
Mais d'une beauté à couper le souffle.
Ce livre, j'en suis amoureux, terriblement amoureux.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 23 décembre 2007
C'est aussi ma première rencontre avec l'oeuvre de Virginia Woolf, dont je ne connaissais que la réputation d'auteur féministe. Ce roman est déroutant, mais passionnant et brillant. On sent un être tourmenté, avec une intelligence supérieure, mais au fond profondémment pessimiste. Il y a des idées et des phrases fulgurantes, mais j'ai eu du mal à suivre les pensées successives des différents personnages. Une idée parmi d'autres: "après 50 ans, on n'attend plus rien de personne". Il y a quelque chose de cruellement vrai dans cette assertion (j'ai plus de 50 ans) mais je n'aurai jamais pu me l'avouer de cette façon.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

3,18 €
6,00 €
6,10 €
6,30 €