undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles159
3,5 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 juillet 2012
Il a fallu toute ma motivation et mon intérêt pour la Sibérie et le lac Baïkal pour lire ce livre. Je trouvais l'expérience fascinante. Au final, je suis déçue et le mot est faible. J'ai trouvé Sylvain Tesson plein de suffisance alors que ses propos sonnent creux : que de vodka avalée pour en arriver là !
Ceux qui veulent lire le récit d'un moment inoubliable seul (ou presque) en pleine nature, notamment en hiver devraient se tourner vers Indian Creek de Pete Fromm qui lui, au moins, est humble plein d'auto dérision et nous montre un visage bien plus humain et profond. Je conseille également le livre de Colin Thubron : en Sibérie qui lui est passionnant.
22 commentaires53 sur 58 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2011
Je n'avais jamais lu de Tesson, je me faisais une joie, étant donné les alléchants passages cités en presse.
Quelle décéption,j'ai trouvé ca...pompeux.
J'ai arrété en plein milieu ,sans regret.
L'ecriture est trop froide,pleine de phrases sentencieuses .Aucune émotion ,en ce qui me concerne,car j'attendai une bouffé d'air frais a réspirer a pleins poumons ,et, j'ai juste senti... un courant d'air glacial dans le dos.
0Commentaire35 sur 38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2012
J'ai toujours aimé cet auteur, je n'ai jamais été déçu de ce que j'en ai lu. Là, une fois de plus l'auteur met bien dans l'ambiance de ce défit de passer 6 mois en Sibérie, dans une cabane, rêve qu'il nourrit depuis plus de 7ans et qu'il souhaitait réaliser avant l'âge de 40ans. J'ai retrouvé le style des récits précédents, comme dans L'axe du Loup, et l'humour des aphorismes, la poèsie des métaphores. Cette dangereuse expérience de tenter de vivre à -30°, avec sa vodka et son tabasco au milieu des ours, c'est quand même une idée folle. Mais c'est aussi l'expérience humaine, la rencontre avec la Nature, le replis sur soi, l'extrême instant de faire son examen de conscience. L'intelligence de Sylvain Tesson fait de lui un voyageur solitaire, courageux, un talentueux écrivain-voyageur.
0Commentaire29 sur 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2015
L'idée me plaisait, et puis j'avais bien entendu déjà plus ou moins entendu parler de l'auteur, alors je me suis lancé... On a les dents agacées au bout d'une dizaine de pages, à cause du fond, mais surtout du style : pour Tesson, toute phrase de plus de 10 mots est suspecte, et scandaleuse si elle en fait plus de 15. Et un aphorisme prétentieux et insignifiant au minimum toutes les trois lignes (Tesson s'interroge lui-même là-dessus page 92 : "D'où vient mon amour des aphorismes, des saillies et des formules ?... Il se demande si son nom, "tesson", ne renvoie pas "à un fragment de quelque chose qui fut". Nous voilà bien avancés.) Il y a bien quelques réflexions qui sonnent juste, quelques observations intéressantes, et des références culturelles, mais on reste au seuil de la cabane. Ce n'est pas un livre "humain". Lisez plutôt Kerouac (les "Dharma Bums", "Clochards célestes" en français), ou Patrick Leigh Fermor, ou Thubron, ou Bouvier, enfin bref, il y en a des tas.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2014
Un écolo-bobo parisien qui part se réfugier dans une cabane, soit-disant loin de la société de consommation, pour lui cracher dessus, tout en emportant avec lui des montagnes de produits de cette société honnis. Quelle manque de cohérence, et ça commence dès la première page : "La marque Heinz commercialise une quinzaine de variétés de sauce [...]. À cause de choses pareilles, j'ai eu envie de quitter ce monde [...]. J'en prends dix-huit bouteilles : trois par mois". On crache sans sa propre soupe : elle est belle la réflexion d'enfant gâté.

Je m'attendais à un voyage pur, sur la naturel, sur les éléments, sur la culture locale, sur la beauté de la Sibérie. Au lieu de ça j'ai un torchon politico-bobo, rempli de contradictions et de suffisance.

Je regrette amèrement l'achat de ce livre.
11 commentaire10 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2015
J'ai découvert S.Tesson par hasard avec son recueil de nouvelles "Une Vie à coucher dehors" que j'ai adoré, ensuite j'ai lu Bérézina très récemment, et trouvant le bonhomme sympathique l'Axe du Loup (formidable). Je voulais voir ce que donnait le récit de ses 6 mois au bord du Baïkal alors que le battage médiatique qui avait été fait m'avait un peu refroidie (c'est le cas de le dire) à l'époque de sa parution et du prix Médicis qu'il a obtenu.
Je suis d'accord avec certains des commentaires (critiques) faits par d'autres lecteurs : oui l'auteur est content de lui et ne le cache guère, oui ses descriptions sont parfois un peu "forcées", et ses citations un peu prétentieuses. Mais pour le reste j'hadhère totalement au projet et je me demande si les plus négatifs de ses critiques ne sont pas au fond tout simplement jaloux. Non je ne le trouve pas "bobo", sa vie et ses voyages le montrent suffisamment. Même si ce livre est le résultat d'une commande, il fallait oser se lancer dans l'aventure. Pour un bobo parisien, cet homme sait fendre son bois, allumer du feu bien sûr, bricoler, pêcher, escalader, bivouaquer dans les endroits les plus improbables, faire la cuisine, nourrir ses chiens avec les moyens du bord et j'en oublie !
Alors oui j'ai préféré l'Axe du Loup : je pense que S.Tesson est plus à l'aise dans le mouvement, la marche, avancer vers un but. L'oisiveté l'angoisse (d'où le recours à la vodka !). "Dans les forêts..." manque un peu de ce souffle qui imprègne les pages de son autre récit, et on s'y ennuie même parfois (juste un peu). Il y a des redites, ou le sentiment de redites, normal pour un journal de bord. C'est long 6 mois dans une cabane tout seul par moins 30 degrés !!! Malgré ces imperfections, on s'identifie assez bien à l'auteur et personnellement je reste sidérée par les difficultés rencontrées au quotidien dans cette aventure : c'est ça qui fait tout l'intérêt du livre. Et encore S.Tesson ne donne (à mon goût) pas assez de détails pratiques sur ses conditions de vie : quid des lessives ? et si les chiottes (sic) ne posent pas de problème quand il gèle, comment fait-on l'été avec les mouches et les odeurs ? Comment font les Russes qui vivent dans le coin dans peu ou prou les mêmes conditions ? sont-ils reliés au tout-à-l'égoût eux ?
Je ne regrette pas cette lecture et je lirai certainement d'autres livres de S.Tesson à l'avenir : je trouve cet homme plus que sympathique et j'ai envie de dire, comme le fait un autre commentateur : la prochaine fois M.Tesson, emmenez-moi avec vous, je vous suivrais au bout du monde !
PS : ne manquez pas le film sur Daily Motion où l'on voit notre Sylvain en personne à l'oeuvre in situ : fascinant. Et oui c'est beau le BaÏkal, on comprend mieux l'auteur après avoir vu ses images...
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2014
Je me réjouissais de lire le récit de cette expérience fascinante, mais le résultat est d'une platitude et d'une suffisance rare : d'un côté des récits monotones de saouleries avec les autochtones (c'est peut être l'âme de la Russie, mais on attendait plus d'élévations), et de l'autre des lieux communs sur la nature, entrecoupés de citations. Le style se veut fleuri mais est pauvre, je ne comprends pas que ce livre ait eu le prix médicis
0Commentaire9 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2014
Ce livre a reçu le "Prix Médicis de l'essai". On doit écrire bien peu d'essais en France pour qu'on soit obligé de se rabattre sur un journal de voyage pour décerner un prix idoine! Si essai il y a, il traiterait de l'érémitisme. "Si la société disparaissait, l'ermite poursuivrait sa vie d'ermite" (page du 17 avril) et "On dispose de tout ce qu'il faut lorsque l'on organise sa vie autour de l'idée de ne rien posséder" (11 mai). Ne rien posséder? Que dire de la liste impressionnante intitulée "Matériel nécessaire à six mois de vie dans les bois"? On peut vivre en ermite en Sibérie à condition d'être généreusement approvisionné en équipements par la société de consommation!

On y fume des cigares, mais surtout on y boit de la vodka tous les jours. Il est vrai que les Russes sont par tradition un peuple alcoolique, et on doit supporter l'alcool si on veut leur ressembler. L'alcool est une drogue politiquement correcte: un ermite anticonformiste opterait plutôt pour l'opium ou les champignons hallucinogènes, auquel cas le Prix Médicis lui échapperait (car on il y aurait apologie de drogues interdites). Difficile d'échapper vraiment à son époque!

L'écriture est parfois fatigante à force de vouloir être originale à chaque phrase. Reconnaissons toutefois à l'auteur l'art de faire réfléchir : "À mille cinq cent kilomètres au sud vibre la Chine, ou un milliard et demi d'êtres humains s'apprêtent à manquer d'eau, de bois, d'espace" (18 février).
11 commentaire7 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2012
c'est accrocheur, bien écrit ... mais sylvain tesson suinte la fatuité sous ses beaux discours (j'avais abandonné son "petit traité..." pour la même raison) et ça gâche le plaisir.
0Commentaire9 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai lu ce livre sans être influencée par quiconque ou quelconque commentaire. Juste par la simple curiosité quelles sont les souvenirs de quelqu'un qui y est parti de son propre gré, alors il y en a tant qui ont été emmenés de force... J'ai bien aimé l'idée principale de réapprendre à prendre le temps en se retirant de la cohue de la vie, mais mon admiration s'arrête là : quelques vagues réflexions philosophiques et le reste du temps, l'auteur le passe à boire de la vodka en mangeant des blinis.
11 commentaire18 sur 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,20 €
19,50 €