undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

16
4,0 sur 5 étoiles
La Chambre bleue
Format: BrochéModifier
Prix:5,60 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
comme souvent chez Simenon c'est la divergence de points de vue entre l'homme et la femme qui provoque le drame ; lorsque le roman commence le drame a eu lieu et on apprendra au fil des pages ce qu'est le drame et ce n'est que dans les dernières pages que nous aurons à peu près tous les éléments mais un doute persiste ; d'abord tout débute dans la chambre bleue, lieu de rendez-vous entre Andrée et Tony, tous deux mariés, qui partagent une passion charnelle totale "Il était pur, innocent. Seule comptait l'heure présente. Un mâle vigoureux, une chaude femelle venaient de se saouler d'eux-mêmes et, si Tony en restait endolori, c'était un endolorissement sain et savoureux." p15 onze rencontres jusqu'à la dernière le 2 août où le mari d'Andrée apparaît sur la place, alors qu'ils ont toujours été des plus précautionneux pour dissimuler leur relation adultérine... Andrée aime comme une femme aime : passionnément et définitivement, Tony une fois la satisfaction du sexe passée, qui dans la satisfaction des sens dit un peu n'importe quoi, retourne à son bonheur familiale quotidien, gentillet et reposant. Tony qui dès le début du récit est en interrogatoire chez le juge s'avère fataliste, passif, subissant les événements au lieu de les provoquer mais... Andrée au contraire est décidée, sûre d'elle, persuadée que Tony pense exactement comme elle, bref je vous laisserai découvrir le fin mot de l'histoire. Le drame est d'après moi l'incompatibilité foncière entre un mâle et une femelle. C'est une mélopée qui nous berce et nous tient en haleine grâce au style direct, laconique, cru, sans complaisance de Simenon ; c'est juste ; une fois encore il fait mouche.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 22 juillet 2012
La construction de ce roman est inhabituelle, très prenante, moderne, aussi. On ne connaît pas l'histoire, que l'on découvre au fur et à mesure que l'instruction criminelle avance.

Comme toujours, les personnages sont d'une réalité poignante, le style et les dialogues très incisifs.

Frédéric BEIGBEDER, dans son dernier recueil de critiques, a retenu ce "roman-roman" de Simenon.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 juillet 2014
Amazing book and amazing film. Relatively easy for a foreigner to read. The film is a must-see. Reminded me of L'Etranger.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Simenon me fascine à plus d'un titre mais une chose en particulier me sidère chez lui: c'est sa capacité à nourrir tout un livre et à nous captiver pendant deux cents pages en partant d'un argument romanesque parfois infime. Parue en 1964, cette "Chambre bleue" en offre un parfait exemple. Quoi de plus banal, a priori, que cette histoire d'adultère dans une petite ville de province? Eh bien, par la magie de son écriture, la sensibilité de sa plume, son génie de l'atmosphère, notre cher Georges arrive à transformer ce fait divers intime en une riche, subtile et passionnante étude de caractères qui se double d'une pertinente réflexion sur le travail de la Justice.

Je ne crois pas que Simenon soit devenu un meilleur romancier en vieillissant. En fait, il sema des chefs-d'oeuvre tout au long de sa vie, avec une impressionnante régularité. Cela dit, il me semble que, dans les années 60 notamment, son art du récit évolua parfois vers une certaine déconstruction de la narration que je trouve d'autant plus admirable qu'elle est totalement maîtrisée. Ainsi, dans ce livre, on assiste aux événements que vit le personnage principal, Tony Falcone, tout en suivant, sur un autre plan temporel, l'instruction de son procès. Effet de décalage qui met en contraste la réalité des situations vécues et leur reconstitution "judiciaire" ultérieure.

Mais là où Simenon est vraiment très fort, c'est qu'on ne sait pas, pendant les deux premiers tiers du roman, de quoi exactement Tony est accusé? A-t-il tué quelqu'un? Et si oui, qui? Mystère! L'histoire avance ainsi, entretenant le suspense et jonglant avec ses deux époques, tout cela dans une prose d'une fluidité exemplaire. Chronique d'une liaison fatale, portrait d'un homme pris au piège d'une passion frénétique, peinture des mœurs provinciales et mise en lumière des limites inhérentes à la Justice des hommes, "La Chambre bleue" est tout cela à la fois. En tout cas, ce merveilleux roman est une des grandes réussites du Simenon de la maturité.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 août 2014
C'est toujours étonnant de constater comment Simenon arrive à impliquer son lecteur dans des histoires qui semblent simples. Cela est du, me semble-t-il, à la puissance d'évocation et à la profondeur de son style (qui semble simple pourtant lui aussi...).

Simenon est complètement habité par ses "héros" à chaque roman et il arrive à nous embarquer avec lui au sein de l'âme de ses personnages.

Cette histoire m'a particulièrement marquée.

C'est un des (nombreux) chefs d'oeuvre de ce grand écrivain...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juillet 2014
La chambre bleue.

L'ouvrage est nettement supérieur à la récente adaptation cinématographique qui ne respecte pas l'ambiance rurale des années 50.
Le texte de Simenon est admirable et laisse jusqu'au bout le sentiment que les protagonistes sont innocents du crime qui leur est reproché. Le film quant à lui n'hésite pas à les considérer coupables et multiplie les écarts par rapport au texte
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 novembre 2014
J'ai toujours aimé les livres de Simenon. En parcourant les avis des lecteurs, je suis tombée sur le commentaire de Gwen (1 er commentateur sur Amazon) et ai aussitôt acheté l'ouvrage. J'ai passé des moments de lecture qui m'ont régalée. Construction très originale du récit, analyse subtile des personnages et rendu prodigieux de ces annees 50 en province.
Un vrai bijoux ciselé!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Chez Simenon, je préfère ses "romans durs" aux Maigret. La chambre bleue parle d'un adultère dans une petite ville du Centre-Ouest. Tony Falcone couche avec Andrée qu'il a connu dans son enfance dans l'hôtel de son frère.

Sans s'en rendre compte ce qui n'est pour lui qu'une passade s'avère une grande histoire d'amour pour Andrée. Quand il veut faire marche arrière, il est trop tard et une mécanique infernale est en marche. L'écriture est simple, mais tout est là. L'art de construire un monde provincial en quelques mots. Les allers retours entre passé et présent montrent la distorsion de la perception des choses. On n'apprend qu'à la fin ce dont Tony est accusé.

Dernier point, cette France de jadis semble bien douce et tranquille quand on la compare avec notre pays actuel déchiré par les communautés. On mesure le gouffre du déclin qui nous sépare de ce monde et combien nous avons détruit un monde très beau.

Pourquoi pas quatre étoiles ? Parce qu'on reste en deçà d'autres romans plus ambitieux comme la Neige état sale...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 8 juillet 2014
Un condensé d'humanité, de vraie vie ; avec ses gouffres vertigineux mais aussi ses sommets lumineux. Simenon dissèque, regarde,
écoute mais, surtout, il ressent en profondeur les mouvements du psychisme, de l'âme. Il va ainsi plus loin que l'approche scientifique. Il me rappelle ce vieux professeur de sociologie qui conseillait à ses étudiants la lecture de certains romans : Simenon aurait pu figurer dans sa liste. Il est en effet une ouverture sur des vérités scientifiques qu'il aborde en un éclair intuitif.
L'intérêt de cette lecture va aussi bien plus loin que le plaisir (immense) rencontré : il a aussi permis au lecteur que je suis de revivre des moments de mon propre passé. La force de Simenon est en effet d'approcher des situations universelles qu'il a senties avec ses tripes. En cherchant à comprendre, sans doute à se comprendre lui-même, il nous aide à nous connaître aussi nous-même un peu mieux. Et parfois tout n'est pas rose dans la chambre de Simenon. Ni tout bleu.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 16 juin 2014
J'ai pas vu le film qui vient de sortir, juste la bande annonce et je suis inquiet après avoir lu ce Simenon. Une petite vraie pépite dans l'univers des romans noir, une mécanique superbe. C. Chabrol en aurait fait un excellent film à l'époque du "Boucher".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le Locataire
Le Locataire de Georges Simenon (Poche - 15 décembre 1998)
EUR 4,60

L'Homme qui regardait passer les trains
L'Homme qui regardait passer les trains de Georges Simenon (Poche - 7 décembre 1999)
EUR 7,00

LA CHAMBRE BLEUE
LA CHAMBRE BLEUE de Mathieu Amalric , Laurent Poitrenaux Stéphanie Cléau (HD DVD)