undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles109
3,4 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:6,95 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 juin 2013
J'ai acheté le livre Sur la foi des critiques dithyrambiques mais j'ai été très déçu. C'est écrit rapidement, avec des répétitions, assez peu de précisions et des anecdotes approximatives. On reste sur sa faim. Cependant le choix de personnages est intéressant et le livre traverse l'histoire de Jésus-Christ jusqu'à l'époque contemporaine. Je ne recommande pas mon achat.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2013
Ecrit en urgence ?, hélas ! .
Le sympathique docteur Pelloux a fait hélas un bien mauvais livre. Compilations de deuxième ou troisième ordre et recherche d' un morbide facile vu les sujets . Le plus grave est que ce petit ouvrage est littéralement truffé d'erreurs, d'approximations d'anachronismes ce qui est ennuyeux même et surtout pour un essai de vulgarisation pour grand public.
Trois exemples, trois perles, mais on pourrait faire tout un collier. Le 14 mai 1610 Henri IV « se doit de préparer une fête pour le retour de sa cocue de femme la reine Margot »(page33). En fait sa femme est Marie de Médicis depuis 1600... Louis XIII en 1643, très malade « reprend un peu d'activité, il souffre encore du ventre, le 3 avril `'le Roy marche dans la galerie des Glaces'' ... » (page 41). Petit détail la `'galerie des Glaces' a été construite à Versailles de 1678 à 1684 soit environ quarante ans après la mort de Louis XIII en mai 1643. Dernier exemple Camille Claudel « elle meurt en 1929 mais personne.. » (page 164) Camille Claudel est morte en 1943. Simple coquille rectifié plus loin ? . Non, on a droit à tous les clichés « Rodin a utilisé son génie » « Rodin le créateur institutionnel bien propre (sic) »(page163).
Pelloux comme beaucoup d'ignorants croit grandir Camille Claudel ,grande artiste en dénigrant RODIN !!
Citation de Pelloux à propos de Claudel : « Chaque millimètre (?) de ses sculpture est une émotion de beauté poussée dans la terre et la glaise » « elle taille le plâtre » (page163)
Triple erreur ! on ne peut pas apprécier l'immense talent de Camille en regardant ses chefs- d'aeuvre au millimètre près mais tout au contraire avec un certain recul (exemple , son extraordinaire buste de Rodin), on pétrit, on moule la glaise mais non la terre( !) et on ne taille pas le plâtre ...
Le style et l'écriture se veulent moderne d'où l'emploi répété d'un vocabulaire pauvre et grossier, n'est pas Céline qui veut ! . Donc beaucoup de « baise » de « cul » de « couilles rabattues » , ou de « Molière pote du monarque » En ce qui concerne Molière une erreur grossière , je cite : « En 1792 les révolutionnaires exhument deux corps supposes être ceux de Molière et de La Fontaine . Ils les transportent dans deux petites boites dans un musée puis au Père Lachaise » (page 52)
Simple ignorance de Pelloux ? Non car ce transfert, élément médiatique de ce nouveau cimetière créé en 1804, n'a été fait qu'en 1817 pour le mettre à la mode et le relancer car il était boudé par les parisiens. Ce n'est pas un détail mais un lourde ignorance parmi beaucoup d'autres..
D'autant plus que dès la première page du livre, à propos de ce Père Lachaise notre docteur a un talent d'écriture d'une exceptionnelle platitude et banalité : « Toutes ces tombes de cadavres couchés sous terre et moi debout, marchant, profitant de la vie comme eux au temps jadis, dont il ne reste que quelques livres, idées, peintures, dessins, pièces de théâtre... » C'est presque du Chateaubriand des `'Mémoires d'outre- tombe''.
Le docteur Pelloux, dont je lis les chroniques dans Charlie , est toujours très content de lui-même et le montre bien à la télé. Mais en général quand les gens `'vus a la télé'' écrivent un livre, ils prennent un négre .Ce n'est probablement pas le cas, car c'est trop mauvais.,
En ce qui concerne le coté médical et les autopsies ,souvent sans citation des sources, les rapports sont tronqués, interprétés, à grand renfort de pus , abcès ,odeurs fétides mais aucune analyse des mystères ,angoisses ou sérénité de la mort pour les croyants en particuliers pour les rois de France, ou la bibliographie que Pelloux manifestement ne connait pas est très importante ;
Donc à conseiller, au second degré, aux gens cultivés pour la recherche des perles, des inexactitudes multiples variées, involontairement cocasses.
Pour un vrai érudition et un vrai plaisir voir par exemple le livre de Jacques Deblaume, «De quoi sont-ils vraiment morts » 2013, celui de Stanislas Perez « La mort des rois » 2006, ou le volumineux « Morts mystérieuses de l' Histoire » du docteur Cabanès 1901 (liste non limitative ! ).
22 commentaires|33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2014
Je ne comprends pas qu'aucun éditeur ne se soit donné la peine de vérifier le contexte historique. L'auteur en préambule le précise certes, mais quelle partialité dans ses propos, quelles caricatures fausses et mesquines dans les personnages. On a vite fait de voir de quel coté verse son coeur ! Je trouve lamentable qu'on puisse réécrire l'histoire avec autant d’œillères. C'est digne de "l’historien" de la 2e république dénigrant un passé riche et prospère jusqu'à la période des lumières. Très décevant. La prochaine fois qu'il écrive plutôt des anecdotes contemporaines (et on peut savoir qu'aux urgences il y en a de croustillantes) et qu'il laisse ses opinions au vestiaire.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mai 2013
L'idée de ce livre était bonne: approfondir un peu plus cet important passage de vie à trépas de personnages historiques en les resituant dans leur époque (histoire de réaliser que nous ne vivons pas une si mauvaise période que cela...à tout le moins au niveau sanitaire...)...
Mais ce livre, qui se lit en à peine une soirée, a un goût de trop peu et d'à-peu-près, voire des descriptifs d'une platitude presque agaçante.

S'il a le mérite de lever le voile sur certaines fins peu glorieuses de personnages célèbres, le style faussement décontracté et "in" nous laisse une sensation de malaise, comme si l'auteur n'avait eu pour unique intention que d'alimenter la curiosité d'un lecteur en mal de morbidité (pourtant ce n'est cela qui manque à la TV, entre les infos et "experts"...)

Je regrette également le manque de recul sur le contexte et sur les œuvres des uns et des autres...

Peut-être aussi que, finalement, ce livre prouve que ce qui fait des ces hommes (et femmes)un sujet d'intérêt est définitivement l’œuvre de leur vie plutôt que leur mort...

Et puis...finir sur Saturnin le canard...bof-bof...:-(
11 commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2013
On me l'a offert : heureusement !
Le concept est intéressant bien que déjà exploité par d'autres médecins à la frontière entre archéologie et médecine. Les chapitres sont courts pour ne pas être trop rébarbatifs.
Mais alors, c'est mal écrit et je me demande si l'auteur s'est relu avant édition. Les répétitions sont fréquentes. Le style d'écriture est mauvais. Les phrases sont construites sans soin. C'est gore sans justification entre les geysers de sang, les douleurs atroces, les étouffements, etc . C'est évocateur mais toutes les deux pages c'est lassant.
On a compris que la médecine des temps qui nous précèdent est très mauvaise : on s'en serait douté. Mais de là à être à la limite de l'insulte et de la grossièreté : c'est déplacé et anachronique.
Les informations qu'on découvre sont toutes facilement trouvées sur le Net. D'ailleurs je me pose des questions ;-) Surtout par exemple pour le débarquement. L'auteur a vu le film "Il faut sauver le soldat Ryan" : ça ne fait aucun doute ! En bref : très mal écrit par une personne "qui se la pète" ! Vu comment est écrit le livre, on peut utiliser cette expression !
11 commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 octobre 2013
L'objectif de cet ouvrage m'a au premier abord fait craindre le pire : encore une resucée des morts célèbres ! Premier bon point : on oublie ce brave Eschyle sur les pentes de l'Etna et on laisse la tortue et l'aigle vaquer à leurs vies propres et non mélangées. Si ce livre ne m'avait pas été prété, le premier chapitre m'aurait fait courir loin de ces pages : on s'attaque à Jésus-Christ, rien de moins ! Mais la tome fraîche se marie à la purée de pommes de terre : l'aligot prend et on suit le fil (note : un bon aligot file, file et s'effile ...) du trépas de JC en précisant et décrivant chronologiquement et anatomiquement les étapes de son supplice. Et là réside l'intérêt de ce livre qui traite d'un sujet dont les publications trop nombreuses sont dommageables à la diversité des écosystèmes tropicaux en raison de l'exploitation effrénée de ses grumes tentatrices ... Et ainsi de chapitre en chapitre, on se rapproche doucement de notre époque avec des descriptions "gore" comme la fin de Louis XIII ou complètement bidon comme celle de Jean-Baptiste Botul. Ici Pelloux m'a déçu en prenant le lecteur pour un béotien à la petite semaine en croyant qu'on avalerait comme cela que le botulisme aurait été inventé par un certain monsieur Botul... Dans ce cas, Saturne aurait découvert le saturnisme etc ...
Passons donc ...
Ce livre est donc finalement une bonne surprise où l'auteur met en valeur ses compétences d'Urgentiste pour revisiter les derniers jours de certains grands noms de l'histoire ou encore moments comme le D-Day ..
Mention spéciale pour les derniers jours pour les héros animaux de séries TV comme Saturnin le canard, Flipper le dauphin ... que je découvre et qui m'empêcheront je pense de les regarder sereinement à nouveau ...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2014
L'idée première est intéressante, mais pas nouvelle. Ce livre est mal écrit, vulgaire et manque d'humilité. M Pelloux souhaite se montrer pédagogue, fort bien, mais qu'il le fasse sans erreur historique. Ce livre montre bien qu'écrire n'est pas un talent donné à tous.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2013
La démarche est intéressante, mais la belle édition et les critiques enthousiastes trompent : au final, c'est une déception.

Le lecteur intéressé par l'aspect médical restera sur sa faim car, même si le texte décrit de nombreux symptômes, il demeure très expéditif et offre peu de détails. Par exemple, dans le chapitre sur Jésus, le relais pris par les muscles respiratoires accessoires (entraînant l'asphyxie par grande fatigabilité) n'est pas décrit. Cet article n'est pas un ouvrage scientifique.

Quant au féru de littérature, il sera carrément dégoûté : le texte est bourré de répétitions, le vocabulaire est pauvre et souvent vulgaire. L'auteur tente d'insuffler un peu d'humour par l'utilisation d'un champs lexical en rapport avec le personnage de chaque chapitre, mais le résultat ressemble à un exercice de style de collégien... très maladroit : placer le plus de mots clefs possible en peu de phrases. La fin du chapitre sur Marie Curie est particulièrement risible. Cet article n'est pas un ouvrage littéraire.

Finalement, le texte émet énormément de jugements peu motivés (et, à mon sens, déplacés) sur quelques thèmes récurrents tels que la religion, la royauté, ... Ce serait moins dérangeant si d'une part le livre ne se présentait pas comme un ouvrage historique/médical et si, d'autre part, ces passages n'étaient pas particulièrement dégoulinants de mépris, sans aucune nuance ni aucune place pour l'opinion du lecteur.

En conclusion, ce livre est un divertissement : il remplit son contrat sans générosité. Vous ne trouverez satisfaction que dans la curiosité, l'apprentissage de certains faits. Pour la défense de l'auteur néanmoins : la mention de la moyenne d'âge des soldats morts lors des deux guerres est une excellente idée ; le choix des personnages est riche et intéressant ; la présentation chronologique et l'écriture permettent de lire les chapitres dans la continuité ou non, ce qui est confortable.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juin 2013
Intéressant mais.... lassant! en effet, la mort (détaillée) de tous ces personnages historiques est très anecdotiques mais construite sur le même modèle.... du coup, je me suis un peu lassée
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2013
Ce n'est pas vraiment du Gérard de Nerval, mais plutôt du Rabelais revu par Charlie Hebdo... Voilà un livre qui se veut jubilatoire sur un sujet qui l'est beaucoup moins. Il est vrai que l'urgentiste pressé prend parfois des libertés avec l'histoire: ainsi, Staline ne faisait pas "tuer régulièrement ses cuisiniers", sans cela on ne s'expliquerait pas que le cuisinier Spiridon Poutine, grand-père de Vladimir, soit mort de vieillesse douze ans après son maître. Et bien entendu, Churchill n'a pas rendu l'âme "après un bon whisky", car il était dans un coma profond depuis huit jours, et le seul liquide administré était l'eau avec laquelle les infirmières humectaient ses lèvres. Sur les siècles précédents, il y a d'autres erreurs historiques surprenantes qui font penser que l'auteur s'est documenté un peu trop rapidement. Mais évidemment, je ferais bien plus de bourdes si je m'avisais d'écrire un traité de médecine! Par contre, il faut avouer qu'en l'occurrence, l'urgence de l'écriture peut faire souffrir la syntaxe, la ponctuation - et le lecteur au bout du compte. Quelques exemples : "Personne ne sait si c'est eux"; "Plusieurs siècles après les guerres de religion continuent encore"; "le transfert se fait comme il peut", etc.
Mais bon: on a vu pire, il y a des morceaux de bravoure, et l'essentiel était de distraire pendant quelques heures... Ce livre y réussit plutôt bien, même s'il est à prendre cum grano salis - avec un scepticisme de bon aloi...
11 commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,90 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)