undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
74
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 septembre 2001
Fred Vargas est bluffante. Une intrigue qui commence très fort et surtout cette bande des quatre, drolatiques, cohabitant dans la même maison parisienne façonnent un livre qu'on lit goulument, ingurgitant les expressions comme du caviar pour ne pas en perdre une miette, prenant soin de ne pas trop lire à chaque fois pour repousser ce moment terrible ou l'on aura achevé le bouquin. Mon meilleur polar français depuis bien longtemps.
0Commentaire| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Premier livre de l'auteur avec ses adorables évangélistes(surnom en rapport avec leur prénom), jeunes historiens un peu délaissés, déjantés mais attachants, apportant un joli brin d'humour avec leurs expressions succulentes et leurs disputes futiles. Ici le personnage maniaco-obsessionnel habituellement dévolu au vieux flic bourru revient à l'ancienne cantatrice Sophia qui découvre soudain un nouvel arbre dans son jardin. Et quand la vieille dame disparait subitement et qu'un corps est retrouvé dans un véhicule calciné, les évangélistes décident de mener l'enquête avec Leguennec.

C'est avec brio que l'auteur nous mène par le bout du nez dans cette intrigue policière, car à chaque fois que l'on pense avoir une piste, que l'on se doute de qui est le meurtrier, que l'on d'entrevoit une ébauche de solution, on retombe sur notre popotin en remettant en cause toutes nos convictions! Et on enrage au final car on se dit mais bien sûr, si seulement j'avais fait attention à ce détail, à cet indice, à ce petit bout de fil qui ne semblait pas avoir sa place à cet endroit, j'aurai compris, j'aurai su!

Ce titre est important à mon sens car il présente l'univers du clan Vandoosier, avec leur vieille maison délabrée, leurs voisins et autres personnages qui gravitent autour, car l'inspecteur Kehlweiler viendra jusqu'à eux pour l'aider dans certaines enquêtes. Ces trois jeunes farfelus et le vieux parrain flic de Marc nous bluffent tout autant que l'auteur, car on a du mal à comprendre leur fonctionnement, leurs raisonnements, mais leur complémentarité fait mouche! Personnellement j'ai apprécié côtoyer autant de personnages loufoques pour un si jolie enquête superbement maitrisée!
1818 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2009
Tout d'abord l'auteur : d'après le nom, j'ai cru que c'était un homme et surprise de voir qu'en fait, c'est une femme!
Mais agréablement surprise, car c'était mon premier Vargas, et je ne regrette absolument rien!
Vraiment très heureuse de découvrir tous ces auteurs français, tous autant excellents les uns que les autres (Jean-Christophe Grangé, Henri Loevenbruck, Frank Thilliez, etc...)!!
Une histoire peu banale, des personnages atypiques, une façon singulière de mener le récit, on se demande sur quoi on est tombé, et finalement, on ne voit pas venir la fin!
A recommander!
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2007
J'ai dévoré ce livre en moins de deux. Debout les morts nous présente un insolite trio d'historiens fauchés, Marc le médiéviste, Mathias le préhistorien, et Lucien le contemporéaniste de 14/18, qui occupent chacun un étage d'une baraque pourrie qu'ils partagent avec un vieux flic réputé lui aussi pourri, parrain et oncle de Marc. Les "évangélistes" ont chacun un caractère bien à eux, leurs manies, forcément liées à leurs passions et spécialités, ils sont excentriques, obsessionnels, sombres. Le style de Vargas est encore une fois un délice linguistique. Elle pratique l'argot poétique, la métaphore parlante, l'imagerie verbale. Les dialogues sont vifs, plein d'humour et de finesse. Ça frise parfois le surréalisme, mais ça reste d'une cohérence infaillible. L'intrigue est délicieusement tordue, efficace, les rebondissements pas assez nombreux pour être lourds, juste bien dosés et bien placés. Pour l'avoir rencontrée à Frontignan cette année, j'ai constaté que Vargas pratique le même humour que ses personnages, mordant, vif, intelligent et irrésistible, avec un naturel confondant. Incontournable.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2006
On découvre dans cet ouvrage les "évangélistes" qui deviendront des personnages récurents dans un certain nombre de romans de Fred Vargas. Sa plume féminine a un grand avantage selon moi: elle permet de ne pas avoir un roman noir trop brut de décoffrage, avec un héro macho tombeur de blondes... sans pour autant tomber dans la mièvrerie de certaines auteures.
Ah, au fait: dans ce roman aussi, vous qui croyez savoir qui est le gros méchant, vous allez vous faire avoir!
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Debout les morts est un polar à la française qui mêle habilement intrigue et humour. Les trois jeunes historiens se perdent en querelles futiles et irrésistibles sur leurs domaines de recherche respectifs, et cohabitent avec un vieux flic bourru. Si l'intrigue débute de manière originale, la trame prend ensuite une tournure plus classique, mais l'intérêt ne faiblit pas pour l'enquête entamée par ces sympathiques marginaux. On regrette un peu que l'auteur ne tire pas plus parti de cette vieille maison délabrée, qu'elle néglige un peu le climat d'angoisse... Mais Debout les morts tient ses promesses malgré tout en nous offrant un très moment de lecture grâce à des personnages attachants et à un suspens qui ne se dément jamais.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2006
C'est le premier roman de Fred Vargas que je lis. Et, franchement il me donne envie de lire les autres.

Trois jeunes historiens (d'où mon titre) deviennent les voisins de Sophia Siméonidis, ex-grande chanteuse lyrique. Toute l'histoire du monde réunie sous un même toit.

Mais, un beau jour, elle découvre dans son jardin un jeune hêtre qui n'était pas là la veille, et tout le monde s'en fiche (enfin presque). Peu de temps après, elle disparaît. C'était sans compter le parrain de l'un des jeunes historiens, qui est un ex-flic et qui a encore de bonnes relations.

L'intrigue est bien introduite, et on se laisse porter tout au long de l'histoire, jusqu'à un dénouement étonnant.

L'écriture de Vargas est légère, simple, mais bien structurée, ce qui nous donne un policier digne d'Aghata Christie. A mon avis, elle deviendra une référence dans le monde du roman policier, si ce n'est déjà fait.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Adamsberg n’est pas encore arrivé dans ce rompol mais Fred Vargas y campe d’autres personnages aussi décalés qu’attachants. Après le triumvirat de « Ceux qui vont mourir te saluent », elle nous présente trois évangélistes (surnom attribué en raison de leurs prénoms) : un paléontologue à l’état sauvage, un médiéviste très courtois et un spécialiste de la grande guerre au phrasé militaire. Nouvellement installés dans une vieille maison délabrée, ils sont parrainés par un ancien flic probablement un peu véreux pour résoudre une intrigue pleine d’illusions où un étrange prestidigitateur fait apparaître un arbre et disparaître une cantatrice.

L’intrigue est classique mais bien menée. Le contexte est plein de poésie et les dialogues, marqués par les sujets d’étude des historiens, sont absolument savoureux.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est le 4ème livre que je lis de Vargas et comme d'habitude j'ai adoré. Vargas nous transporte dans son monde avec beaucoup de facilité. L'enquete est trés intérréssante. Et alors Marc, Lucien, Mathias sont vraiment atypique, perdu, dans la merde comme ils disent et pourtant j'aimerai vraiment les avoir pour voisin.

Un trés bon polar comme tous les Vargas. Si vous ne connaissez pas encore découvert son monde, jeter vous dedans je n'ai pas encore été déçu.
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour commencer ce n'est pas une enquête du Commissaire Adamsberg mais plutôt des évangélistes comme les surnomme le parrain, l'ancien flic contraint à la retraite pour je ne sais plus raccourci avec la justice.

3 universitaires sans le sous, complètement décalés par rapport à leur époque, capables du meilleur mais dans une dimension très éloignée de la notre.

Réunis car tous dans la merde (je cite l'auteur) ils vont se retrouver confronter à une disparition bien mystérieuse dont l'annonce a été faite quand un arbre est apparu dans le jardin de la malheureuse victime.

Vous suivez ? Et bien n'hésitez pas ouvrez ce livre.
Vous êtes perdus ? Et bien sans dévoiler le dénouement nous avons là non seulement un bon polar qui n'en porte pas le nom mais surtout un scénario d'une inventivité qui m'a fait penser aux meilleurs Agatha Christie. D'ailleurs la ribambelle de prix que ce livre à récolté montre combien les critiques littéraires tant françaises qu'anglaises ont reconnu dans cette auteure le talent brut.

Je crois que c'est sinon le premier romand de Free Vargas, l'un de ses premiers. Et le fan d'Adamsberg que je suis (les bois éternels sont à ce jour sa meilleure aventure) doit reconnaître qu'il est devenu fou à la lecture du dénouement de Bonjour les morts !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles