undrgrnd ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

  • Niourk
  • Commentaires client

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles23
4,0 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:5,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 juillet 2002
Wul est l'équivalent de Rimbaud en SF, avec une douzaine de romans à son actif, écrits à la fin des années 50, il est devenu une sorte de légende. Et c'est mérité. Une écriture somptueuse, poétique, une imagination débordante, des idées fulgurantes.
Niourk est son second roman. Sur une Terre retournée à la barbarie suite à un cataclysme radioactif, survivent quelques hordes sauvages. Au sein d'une d'elles, un enfant noir va vivre une expérience inouïe au sein de Niourk la ville des dieux : l'ancienne New York.
On restera longtemps subjugué par les descriptions, l'action, les personnages, la poésie. Et la formidable imagination de Wul.
0Commentaire22 sur 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 janvier 2008
Sans doute le livre qui m'a le plus plu de lire dans le cadre des cours de français du collège. J'en garde un très très bon souvenir. Une histoire de quête d'un adolescent qui pourrait s'avérer classique mais qui ne l'ai pas du tout au regard du monde post-apocalyptique décrit et du traitement effectué. De la SF pure, à portée des jeunes lecteurs mais qui je pense devraient ravir les plus âgés.
0Commentaire11 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C’est parmi les auteurs français , avec Laurent Genefort , un des grands champions de la création d’univers .

Niourk ne déroge pas à cette règle du dépaysement absolu , ici un dépaysement très mélancolique pour ce qui est de l’aventure humaine sur la terre .
Notre espèce vit désormais sur une planète terre transfigurée , une sorte de crépuscule inquiétant , alors que la civilisation a disparu de notre monde , alors que les hommes vivent de façons précaires dans des sociétés préhistoriques .

A bien des égards , Niourk est une fiction préhistorique , mais posée en contexte pos-apocalyptique , dans un monde ravagé où les océans ont en grande partie disparus , où bien des animaux ont mutés , il y a de grands espaces radioactifs ....
Certains de ces animaux semblent d’ailleurs doués d’intelligence et ils menacent de détrôner l’humanité de sa position d’espèce dominante sur ce monde désormais irrémédiablement étranger au passé révolu . Un monde qui passe donc très lentement , au grès des siècles , à autre chose , inéluctablement et tristement .

C’est un texte bien écrit qui est à la croisée de la littérature jeunesse et de la SF pour adultes . Il est accessible aux deux publics sans l’ombre d’un doute .
Le texte est empreint d’une certaine naïveté à certains moments , pour un lecteur adulte , je veux dire .
Ce peut être gênant mais par ailleurs c’est compensé par un tableau de l’univers qui est méticuleusement peint .
C’est un roman où il se passe quelque chose , ça bouge ... sans être un thriller pour autant , ce qui n’est pas pour me déplaire .. Ça change en effet ...

Mais globalement ce texte possède le charme d’un univers éloquent , et une d’une trame narrative bien rythmée . Une bonne caractérisation aussi ( bonne véritablement ) et une aptitude certaine à installer une mélancolie très insidieuse et lancinante , au fil des pages . Ces qualités en font une lecture qui peut donc toucher le lecteur adulte .

C’est un roman initiatique où un jeune homme arpente un monde qui persuadera le lecteur contemporain , qu’il appartient au passé .
C’est une ballade dans des régions sauvages , avec des dangers et des menaces , dues au présent , comme également dues aux legs technologiques du passé .

Finalement il y a aussi un contact avec une humanité survivante , une société à la civilisation futuriste , mais qui poursuit ses aventures ailleurs , pas sur terre , ailleurs ...

On peut aimer Niourk , on peut ne pas aimer Niourk , c’est selon ... , mais une chose est certaine , c’est un univers qui affiche une grande présence .
C’est donc une belle ballade de science-fiction , incontestablement de celles qui laissent durablement au lecteur une quantité d’images persistantes dans la tête .
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 2 septembre 2013
Stefan Wul a pour lui d'avoir un style d'une simplicité absolue. Il va droit à l'essentiel dans des histoires qui ne le sont pas moins. Dans "Oms en série", la race humaine devait composer à reconquérir sa dignité face aux Draags. Dans Niourk, la race humaine à travers son unique représentant noir, doit apprendre à tout rebâtir et tout refaire fonctionner, cela en passant de l'ère néolithique au futur le plus lointain, mais dans un laps de temps de quelques mois. Sur cette terre asséchée où les océans n'existent plus et où la radioactivité a créé des êtres impossibles voulant conquérir le globe, l'enfant noir accède à une connaissance qui lui fait recouvrir les chemins sur lesquels l'Homme se tenait debout. Il passe d'un statut de rejeté à un quasi statut de divinité. Stefan Wul a le talent de faire venir par petites touches toutes les étapes de la progression de l'enfant noir. Ce roman a la saveur du roman d'initiation cher aux écrivains britanniques mais il a surtout la saveur de la reconstruction de l'humanité après la catastrophe. L'enfant noir, malgré son statut quasi-divin, ayant même réussit à déplacer la planète du système solaire actuel, n'aura pourtant de cesse de ne chercher qu'une seul chose : s'intégrer dans un groupe de chasseurs, avoir des relations sociales et être reconnu comme un égal par ses pairs.

Un très bon livre à lire à tout âge.
11 commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 janvier 2009
A l'époque ou sévissaient les maitres de l'univers connu : Asimov (FONDATION), heinlein(EN TERRE ETRANGERE) , williamson( LES HUMANOÏDES) ,Herbert (L'ETOILE ET LE FOUET)et le fameux HOMME QUI RETRECIT (Matheson)et autres CHRONIQUES MARTIENNES (Bradbury)en France "LE FLEUVE" charriait , depuis 1952 , uns série "fadasse" voire inepte ; rehaussée en première de couverture par les chef-d'œuvre de BRANTONNE .
Aussi soudain qu'imprevu en 1956 , un éclair dans le monde glauque de la S. F. française ; un inconnu , publié au FLEUVE NOIR , sous le pseudo de Stefan WULL ...une déferlante littéraire , un style narratif flamboyant et saisissant . CERTAINS DE SES CHEFS-D'ŒUVRE FURENT PORTES A L'ECRAN ."la planète sauvage " "les maitres du temps ; en complicité : TOPOR - LALOUX . , l'ensemble de ces ouvrages méritent d'être lus et relus à l'occasion .
(Wull était le nom d'un scientifique ukrainien)
review image review image review image
0Commentaire9 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2011
Un bon livre pour les jeunes qui veulent découvrir la SF facilement. Ça se lit d'une traite et il y a de l'action tout le temps.
Pour les autres, on ne peut empêcher un petit gout de vieux et pas mal de naïveté, surtout sur la fin.
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juillet 2014
J'étais persuadé en le lisant que ce livre avait été écrit dans les années 70, à cause de son ton un peu trop "parlé" et de sa modernité dans l'esprit des tissus orangés qui garnissaient les salons de l'époque.
Hors, la postface de cette réédition en version numérique m'a appris que Niourk avait été édité en 1957, du temps de l'âge d'or de la science fiction. Il y a presque 60 ans.
Ce mélange de Post-Apocalyptique et de SF est un véritable petit chef d'œuvre, un peu daté, certes, mais remarquablement exécuté. C'est bourré de trouvailles, rythmé, solide, intelligent, agréable à lire et souvent surprenant. Le tout ressemble un peu à un mix entre La guerre du feu et La machine a explorer le temps de HG Wells. C'est surtout dune modernité rare (faire d'un enfant noir son héros ne devait pas être très courant en 1957) et d'une richesse bluffante.
A découvrir ou à redécouvrir comme une curiosité culturelle, Stefan Wul étant l'un des pères fondateurs de la SF Francophone d'après guerre. Il n'a d'ailleurs été que trop rarement égalé dans les décennies qui ont suivi.
Ceux qui auront aimé Niourk peuvent lire sans crainte Noô et Piège sur Zarkass, c'est du tout bon.
22 commentaires1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2013
Niourk n'est pas n'importe quel livre pour moi. C'est le livre qui m'a fait aimer la lecture. Etant enfant, j'ai eu la chance de le lire en primaire. Je ne remercierai jamais assez le professeur qui a eu cette bonne idée. Ce fut pour moi un moment magique qui m'a fait aimé les lectures de l'imaginaire.
Un dossier pédagogique est par ailleurs disponible sur le site de Castelmore afin de faciliter la lecture de ce classique à l'école.

Une adaptation en Bd a également vu le jour fin 2012 chez Ankama éditions. Vous pourrez en découvrir ma critique dans quelques jours.

C'est avec beaucoup de plaisir et un peu de crainte que j'ai décidé de relire ce livre. Est-il aussi bon que dans mon souvenir ?

La réponse est oui. Dès les premières pages, je me suis replongé avec délectation dans les aventures de l'enfant noir. Dans un monde dévasté, et malgré sa différence de couleur qui lui vaut bien des tourments, l'enfant utilise toute son intelligence pour survivre. S'en suivent bien des aventures toutes plus passionnantes les unes que les autres.

« Aux temps éloignés où l'océan couvrait la plus grande partie de la terre, où seuls émergeaient les massifs élevés d'Usa, de Cuba, de Haït, d'Eurafrique, ce tube avait été construit par les hommes. Ce n'était qu'un extraordinaire vide-ordures. Des déchets dangereusement radioactifs étaient englobés dans des sphères de béton plombé qui, chassés par pression, roulaient dans le tube jusqu'à des fonds marins de six mille mètres au milieu des monstres des grandes profondeurs, là où régnait une nuit froide striée de poissons luminescents. »

Composé de courts chapitres, Niourk, permet autant une découverte de la science-fiction/anticipation pour un jeune lecteur qu'une lecture fascinante pour tout amateur du genre. On y aborde beaucoup de thèmes importants de notre société actuelle comme le racisme, la pollution, les religions et la vie en collectivité. Chaque thème s’insère parfaitement dans l'histoire et l'enrichit.
On réfléchit beaucoup et on se distrait tout autant. L'action est soutenue et le suspens bien présent.
L'environnement qui entoure notre jeune héros est également fascinant. On imagine aisément les grands poulpes attaquer le campement, ou l'enfant noir errant dans un New York devenu fou. On comprend aisément à la lecture de ses descriptions pourquoi Stefan Wul a été adapté au cinéma et en BD. Sa façon de décrire ses univers se prête particulièrement bien à cet exercice.

Le héros de l'histoire n'est autre que "l'enfant noir". Il n'a pas de nom car il n'a jamais été considéré comme un membre à part entière par sa tribu. Cela renforce le sentiment de fragilité qui l'entoure. Cela le rend également très attachant. Le jeune lectorat n'aura aucun mal à s'identifier à ce courageux jeune garçon.

Pour conclure, Niourk est un classique incontournable de la littérature d'anticipation. Quel que soit votre age, si vous ne l'avez pas lu, courez vite l'acheter.

Note : 9/10
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2014
Niourk est un livre étonnant. Car il mele avec brio (avec qui?) préhistoire, sf et écologie dans une histoire simple. On suit un enfant qui va révolutionner son peuple et sa terre.
Wul aété un des premier a s'interroger sur les méfaits de la radioactivitée.
Bref Niourk est à mettre au coté de Piège sur Zarchass et Noo;
Si vous aimez la SF profonde sans vous prendre la téte lisez Wul.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2009
C'est une prof de Français qui nous avait donné ce livre à lire, depuis je suis devenu un grand amateur de science fiction.

Je conseille ce livre aux enfants qui n'ont pas vraiment le gout de la lecture, c'est une histoire palpitante, pas difficile à lire.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,90 €