undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
7
4,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:21,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 24 février 2015
Un duo improbable enquête sur un meurtre. Mais ce qui commence comme un roman policier traditionnel le devient de moins en moins au fur & à mesure que les choses se compliquent. Pas de super héros mais des flics têtus, honnêtes (ça existe sans doute) et attachants. Des personnages secondaires fouillés. Le tout sur un fond de nostalgie pour ceux qui ont connu les sixties, les Beatles & les autres. Se lit vite car on n'a pas envie de le poser !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
non, pas facile de ne pas le lire d'une traite !
excellent polar, bien écrit, sûrement une ou deux imprécisions de traduction, mais mineures, une intrigue bien menée et raisonnablement complexe et bien entendu une atmosphère so british.
un bon bouquin pour une, deux ou mieux trois soirées d'hiver !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2015
Au début ce polar est complètement déjanté : un flic bizarre et même cinglé, une équipe apparemment très moyenne. Pas du tout du style les héros qui sont les plus forts ! Mais très vite tout change et son laisse embringuer dans ce policier qu'on ne lâche plus. Un polar addictif.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2016
On dirait de l'Agatha Christie raté .Ormis le fait que le roman décrit le milieu des groupies des Beattles , ce qui donne une atmosphère sixtie's , il n' y a rien de bon dans ce polar et l'auteur nous perd dans des digressions fumeuses et bien souvent hors sujet
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2016
Petite déception, certes les Beatles sont évoqués de façon récurrente,
l'intrigue et les personnages intéressants (certains un peu trop typés
pour être crédibles) mais dans l'ensemble c'est un polar qui se situe
dans une bonne moyenne.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le journaliste William Shaw a écrit sur la culture populaire et underground pour The Observer et le New York Times. En tant que contributeur pour le magazine Details, il a infiltré la scène musicale néo-nazie américaine et vécu un mois à la façon des hommes de Cro-Magnon dans le désert de l'Utah. Son tout nouveau roman, Du sang sur Abbey Road, vient de paraître.
« Londres, 1968, quartier d'Abbey Road. Le corps nu d'une jeune femme est retrouvé sous un matelas. En charge de l'enquête, le détective Cathal Breen pense à une des fans des Beatles qui campent près du célèbre studio. Après avoir terni sa réputation par un inexplicable acte de lâcheté, Breen sait que cette affaire est son unique chance de sauver sa carrière. Mais ce vieux garçon, encore sous le choc de la mort de son père, va devoir faire face à une société en pleine mutation qui le dépasse. Et personne n'incarne mieux cette nouvelle réalité que la jeune inspectrice stagiaire, Helen Tozer, chargée de l'assister. »
Le délicieux titre français (A Song From Dead Lips dans la version originale) de ce polar ne pouvait me laisser indifférent et je le trouve parfaitement adapté au bouquin. Un, il annonce un polar classique, deux, il se déroule à Londres, trois, la rue citée évoque tant de choses pour moi que j’étais obligé d’aller y mettre mon nez. Et j’en ressors absolument conquis.
Tout est excellent dans ce roman. L’intrigue, où saphisme et génocide au Biafra sont les moteurs, tient bien la route. Le tandem Cathal « Paddy » Breen et Helen Tozer, banal dans l’absolu mais tellement bien en harmonie ici qu’il sera très certainement adapté au cinéma ou dans une série télévisée (on parie ?). Les autres personnages, gravitant autour des flics ou secondaires, sont parfaitement décris et même les silhouettes des Beatles évoluant dans le fond du décor sont crédibles.
William Shaw écrit fort bien, son boulot de journaliste certainement, lui donnant une aisance pour les dialogues très réussis et le rythme de son histoire. Autour de l’intrigue proprement dite, l’écrivain sait aussi greffer des scènes annexes pour étoffer le tout. Et comme un bon polar ne saurait se contenter d’une bonne intrigue, les références sociologiques de l’époque (le racisme populaire, le sexisme, la politique et bien sûr la pop music qui déferle) et les tourments psychologiques de ses deux héros (mort du père pour l’un, de la sœur pour l’autre) très habilement glissés dans le récit, sans lourdeur aucune, s’insèrent magnifiquement dans le tableau. Le ton général de l’ouvrage est léger – sans vraiment parler d’humour, mais il y en a aussi – avec des bulles de tendresse et d’émotion pour en rehausser la saveur.
Je recommande chaudement ce roman à tous et je ne vois aucune raison pour que vous n’embarquiez pas dans ce Magical Mystery Tour … of course ! Autre bonne nouvelle, cerise sur le cake, l’éditeur annonce ce bouquin comme le premier d’une trilogie de romans noirs situés dans ce Londres de 1968.

« - Un bien plus joli cadavre que vos ossements calcinés de la dernière fois, dit-il. Toujours penché, il tendit la main et, le tenant entre le pouce et l’index, inséra le thermomètre dans l’anus de la morte. – Au moins, la position est commode, dit-il en tournant le tube de verre pour l’enfoncer plus profondément. Ca ne lui fera même pas mal, marmonna-t-il. Breen, ravala ce qui lui montait dans la gorge. – Charmant murmura un des flics. »
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2014
... Que les moins de vingt ans...
On les a appelées les Golden Sixties ; "Peace and love", la pilule, la mini-jupe, mai 68, la drogue, la Beatlemania,le L.S.D. (Souvenez-vous "Lucy in the Sky with Diamonds") Mais aussi le Vietam ou le Biafra et sa famine... Oui, les GoldenSixties commencées avec Kennedy (Ich bin ein Berliner) et son assassinat pour finir en apothéose sur la Lune...
Venons-en à ce roman exceptionnel. Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître : L'histoire commence en mode mineur, un petit garçon doit faire pipi et découvre le cadavre d'une jeune fille. Et, à partir de là, tout le roman va crescendo. D'un "simple" assassinat d'une fan des Beatles retrouvée à proximité des studios d'Abbey Road (la pochette où les Fab Four traversent Abbey Road) on se trouve embarqué dans une affaire qui prend de l'ampleur petit à petit. Sur fonds de racisme larvé à double sens (Méchants impérialistes et négros bons à rien). Argent sale. Trafic d'armes. Un cocktail explosif qui se termine en feu dartifice et... Zut, c'est déjà fini... En un mot : Epoustouflant !!!
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,40 €
8,40 €
8,60 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)