Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici undrgrnd nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles84
3,5 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:15,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 décembre 2012
Fuyez! Ecriture simpliste, intrigue pauvre à en pleurer,personnages fades... Ce livre est bourré de clichés : les femmes sont douces et maternelles,les hommes forts sont forcément beaux,grands et blonds, les enfants royaux ont plus de propension que les autres à la magie... Les stratégies militaires sont ridicules ou inexistantes... De la mauvaise fantasy en somme.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2011
Il est étonnamment difficile de trouver des critiques un tant soit peu sérieuses sur les Chevaliers d'Émeraude, et le fait que la fantasy soit souvent considérée (à tort à mon avis) comme une sous-littérature n'y est probablement pas pour rien. La machine marketing a malheureusement fonctionné à merveille, mais le client potentiel a le droit de savoir ce qui l'attend ici : probablement une des pires séries de fantasy jamais écrites.

Un monde vide, des caricatures de personnages, une intrigue simpliste et des idées resucées, voilà qui déjà devrait déjà vous conduire à chercher ailleurs. Mais le trait le plus marquant de cette "oeuvre" est probablement l' incapacité de son auteur à écrire correctement, et je ne parle même pas de talent mais, parfois, de simple grammaire. Jugez plutôt :
- "Grand, corpulent, ses cheveux blancs lissés sur ses épaules balayaient sa barbe taillée en pointe." (tome 1)
- "Chaque fois qu'elle mettait le pied dans l'eau, c'était à l'endroit où celle-ci était la moins profonde." (tome 11)
Et ce ne sont *pas* des exemples isolés.

Enkidiev est un monde où les personnages ont les yeux bleus "de glace" ou noirs "comme la nuit", et où leurs caractères se résument généralement à une unique qualité psychologique : la gentillesse (Santo), la colère (Wellan) ou la couardise (Falcon). Quant à l'histoire, en deux mots : des chevaliers-magiciens bons et loyaux et honnêtes et puissants et bons défendent leur monde contre les assauts répétés du vil empereur-insecte d'en face, qui enverra sur leur côte scarabées, fourmis, rats, abeilles, cafards géants et j'en passe, dans l'espoir d'étendre son territoire, le vil. Ne cherchez donc ni originalité ni bonne idée : ces romans sont aussi naïfs et de mauvais goût que le laissent deviner leurs couvertures - et beaucoup moins colorés.

Un conseil, pour qui cherche quelque chose dans le genre "grande série accrocheuse de high fantasy" : tournez-vous plutôt vers "La Belgariade" de D. Eddings ou "Le Cycle de Terremer" d'U. Le Guin. Et fuyez Robillard, très vite, très loin.
0Commentaire|46 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je suis entièrement d'accord avec les évaluations à 1 étoile mais étant donné que je me suis donnée la peine de terminer le livre je l'évalue à "2 étoiles"; je ne déteste pas mais il est clair que je n'aime pas...et pourquoi? Parceque je m'y suis ennuyée à mourir, que de clichés, les personnages m'ont fait grincer des dents étant donné qu'ils sont tellement stéréotypés et très "superficiels" à part la petite Kyra qui est le personnage le plus intéressant. Il est clair que je ne lirai pas les volumes suivants car c'est une perte de temps et même pas un moment de détente puisque "en gros" les personnages m'exaspèrent! Vous l'aurez compris...je ne recommande pas ce livre et, probablement, pas les suivants bien que comme je ne les ai pas lus c'est à d'autres d'en juger en gardant à l'esprit que la majorité des commentaires favorables pour les tomes suivants sont, bien entendus, ceux qui ont apprécié le premier volume!
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2013
Ennuyeux, vraiment long, j'ai du me forcer a lire jusqu'à la fin ! Ecriture très enfantine, des dialogues trop simple et sans intérêt, je m'attendais à beaucoup mieux.. Aucune intrigue, et parfois des situations qui m'on laissée perplexe. Trop de ressemblances à Tolkien et Harry Potter entre autre... Mauvais.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2011
Dans la droite lignée instaurée par Eragon, les chevaliers d'Emeraude s'inscrit naturellement dans la liste des ouvrages plagieurs devenus des best-sellers par une bien curieuse tendance du marché commercial...
D'emblée, le roman pose un univers qui se caractérise par son absence flagrante de la moindre originalité. Les stéréotypes se posent aussi bien aux niveaux géographique qu'historique, sans parler bien sûr des principes, du style et des noms. Ainsi, le prologue narrant l'ancienne guerre rappellera le seigneur des anneaux à n'importe qui ayant vu le film ou lu le livre (ou les deux), c'est-à-dire quasiment tout le monde.
Presque immédiatement, s'ensuit le destin de Kira, qui... correspond quasiment mot pour mot à celui de l'enfant de Jenifer dans la tapisserie de Fionavar, un grand classique québecois. Quant au méchant, qui ne s'appelle pas Sauron mais presque, il n'échappe pas à l'éternel cliché de l'insectoïde et est connu sous le surnom trèèès original d'Empereur Noir.
Et si les royaumes ont eu l'idée poétique de s'appeler comme les pierres précieuses, on se désolera de ne voir que des noms à plusieurs mots, eux aussi directement repris des clichés habituels, même quand ce n'est pas justifié, s'amusant également à coller des majuscules un peu n'importe où ; et ce jusqu'à la désolante Forêt Interdite, un plagiat des plus visibles !

Les personnages, bien décrits au début, promettaient de se montrer attachants, hélas les serments ne sont pas tenus puisque certains voient leur psychologie développée (très peu et maladroitement, mais l'effort mérite d'être relevé) mais la plupart ne le sont pas du tout. Le pire est sans doute Wellan, autour duquel tourne l'ensemble du récit : censé incarner la perfection, il tombe fou amoureux d'une femme qu'il a croisée trois minutes et décide de la retrouver pour l'épouser. Outre le fait qu'on n'y croit pas une seconde, tellement les sentiments sonnent faux, on a là un bel exemple de moralité puisque la femme en question est mariée, ce qui ne semble choquer personne dans cette soi-disant fratrie de la perfection...
La double-personnalité de Wellan ne s'arrête pas là : ainsi on le décrit le plus souvent possible comme une armure de glace camouflant trop bien ses sentiments alors qu'à tout bout de champ il se retrouve dans une crise ou l'autre, une colère sourde aux apaisements d'autrui ou un désespoir artificiel déballé dans des larmes pathétiques, devant des personnes peu adaptées à affronter la situation.
Les chevaliers eux-mêmes sont certes choisis pour leurs qualités intrinsèques ; n'empêche ils en ont trop, à un point qu'on se demande pourquoi ils s'inquiètent alors qu'ils sont si parfaits. N'oublions pas non plus qu'ils sont censés être à la fois novices et pionniers, eh bien à voir leur assurance et les nombreuses qualités qu'ils montrent face à des situations soi-disant inédites, on a du mal à le croire.

Bien sûr, au-delà de ces aspects liés à l'univers, reste l'intrigue qui hélas se révèle elle aussi consternante : linéaire, prévisible, cousue de fil blanc et sertie de dialogues qu'on pourrait sans problème réciter avant de les avoir lus. L'action se déroule assez rapidement ; on pourrait la juger équilibrée si le style ne se montrait pas d'une uniformité soporifique, ce qui est dommage car il ne contient pas non plus d'erreurs flagrantes et démontre chez l'auteur un certain potentiel... pas encore développé toutefois.
Enfin on pourra y relever certaines curiosités ; par exemple concernant les distances. Il est amusant de constater que deux ou trois jours de cheval suffisent pour relier un royaume à l'autre ; il faut croire que le continent n'est pas très grand... bien sûr on préférera ne pas s'interroger sur le taux de fatigabilité des chevaux, puisque vraisemblablement ils semblent inépuisables !
Les relations entre les personnages, en particulier au moment des rencontres, sonnent malheureusement bien creux. Pourtant l'auteur a fait l'effort de les différencier les unes des autres, au niveau caractériel du moins, mais cela ne dissimule en rien des faiblesses énormes, par exemple dans le système de sécurité : assassiner le roi ne semble pas bien difficile... De même, alors que les chevaliers font parfois preuve de méfiance, celle-ci retombe bien vite, sans aucune preuve valable.
On peut aussi trouver étonnant que le roi d'Emeraude s'appelle Emeraude 1er... Vu l'originalité du nom on aurait plutôt pu s'attendre à Emeraude XVI ou autre, enfin bon...
Et on ne dira rien sur les « fins stratèges » qui tombent dans le même piège que la fois d'avant, ni sur les parchemins inconnus et oubliés de tous alors qu'ils étaient juste planqués dans un fond de la bibliothèque...

Bref, on pourrait encore en trouver des tonnes, de ces détails subtils qui peuvent faire la réussite d'un livre mais qui en l'occurrence, tendent plutôt à le couler tellement leur traitement s'est vu négligé. Dommage, il aurait pourtant tenu à peu de choses de perfectionner tout cela et, à défaut d'un livre original, d'en faire au moins livre acceptable et complet... De nombreuses questions restent sans explication et frôlent presque l'incohérence, du moins tant que leurs réponses demeurent dans l'ombre (Pourquoi est-ce Emeraude qui se charge de la protection du continent et pas un autre royaume ? Pourquoi Amecareth n'a-t-il pas tout simplement emmené Fan de Shola chez lui au lieu de se fatiguer à revenir chercher son enfant trois ans plus tard ?). Et malheureusement, on éprouve la fâcheuse impression de se trouver face à un produit qui, non content de plagier ouvertement ses prédécesseurs sans proposer la moindre innovation, n'a pas été correctement finalisé...

Cependant, les chevaliers d'Emeraude peut se révéler agréable, de par sa construction rapide et son style équilibré, en tant que premier roman de fantasy. On peut donc espérer qu'il puisse constituer une piste d'ouverture qui par la suite, pourra emmener les plus jeunes lecteurs à la découverte des racines du genre et les pousser à entamer d'autres œuvres plus riches et variées, à la qualité autrement plus élevée.
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 30 novembre 2010
Je veux rejoindre mes collègues qui n'ont pas aimé parce que franchement, à part si on est un adolescent et que l'on n'a pas encore une vision très large de la littérature, ce livre est une daube, et oui désolé...

Je résume donc: foison de personnages dont les 3/4 ne servent à rien que d'embrouiller la lecture, une littérature enfantine, une histoire d'amour plus que neuneu, une intrigue ennuyante parce que très plaaaate, on nous parle de beaucoup de choses mais qui ne sont jamais attestée dans l'histoire même, enfin bref...

Déjà que je trouve ça honteux que depuis le temps que ces livres sont publiés, ils ne soient toujours pas en poche (mais cette série n'est pas la seule à abuser de la situation)

Si vous avez lu Harry Potter, Goodking, Tolkien et d'autres grandes pointures, passés en vitesse votre chemin sur cette série! En fait, c'est vraiment le niveau zéro de la littérature, il ne faut surtout pas laisser nos jeunes lire ça car ils auraient une vision déformée de ce qu'est vraiment le talent!
22 commentaires|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2009
En définitive, la lecture est des plus plate. La narration est à mettre en cause, tantôt les héros mettent une phrase pour accomplir un voyage de plusieurs jours, sans qu'aucun incident ne vienne émailler le parcours, tantôt des dialogues stéréotypés parcourent l'épopée. Le lecteur ne se sent pas impliqué, il est comme sur un quai de gare à regarder le train qui passe, sans être dans le wagon. L'intrigue est des plus convenue, tout comme le jeu d'écriture, c'est du déjà lu. Aucun intérêt, d'autres sagas comme la compagnie noire sont bien plus vivantes. Tout est mort dans ce tome, comme dans les autres j'imagine ... les héros n'ont aucun relief, et je me force à continuer. Passez votre chemin.
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juin 2008
J'avais déjà fait un commentaire dans ce sens mais qui n'est jamais arrivé en ligne. Je confirme l'avis précédent. Inconsistant.
Des personnages transparents, des situations convenues, tous les clichés déjà lus de l'héroic fantasy sont là.
Ce n'est pas désagréable, ni mal écrit, le style peu même être séduisant mais c'est très enfantin et sans surprise.
N'apporte rien au genre. Je ne saurais à qui le conseiller. Il y a mieux (plus original).
11 commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 décembre 2015
J'ai 12 ans, mon frère a 15 ans. J'ai trouvé cette série super, je l'ai relue une dizaine de fois et mon frère aussi. C'est une des meilleures séries que j'ai lue.
Commentaire de la maman, Karima (45 ans) : j'ai lu cette collection en entier également, après mes fils, je voulais comprendre leur engouement. J'ai été bluffée, j'ai juste adoré. Nous sommes de grands lecteurs tous les trois. J'ai trouvé une imagination débordante, un événement presque à chaque chapitre.J'ai tout lu pour voir si l'auteur arrivait à tenir le rythme sur les 12 volumes, elle tient. Aucune répétition dans les actions, aucun temps mort, je suis admirative de cette écrivain. Nous avons commencé les héritiers d'Enkidiev, la suite. C'est idem pour le moment.
Achetez cette collection sans regret, elle est vraiment géniale.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2008
Les personnages sont plutôt attachants, l'intrigue accroche bien, mais ce qui se passe en 1 tome des Chevaliers d'Emeraude serait raconté dans la longue préface d'un Tolkien, et tout au plus dans 2 chapitres d'un Feist, d'un Goodkind ou d'un Heddings ou même d'un Keyes ! cela tiendrait même sur le dos de couverture d'un Fiona Mc Intosh !!!
Alors si vous avez plus de 15 ans, ou que vous avez déjà lu un des auteurs cités plus haut, passez votre chemin...
11 commentaire|44 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)