undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles26
4,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 31 mai 2009
J'ai voulu lire Irvin D. Yalom car il était recommandé dans la presse. J'ai choisi cet opus par son sujet: "Un psychothérapeute au bord de la mort, recherche d'anciens patients afin de pouvoir partir en paix".

Nous avons tous à réfléchir sur cette vérité immuable: un jour nous ne serons plus. Le livre donne quelques pistes de réflexions (purement athéistes) mais il n'est pas du tout obscur ou déprimant, au contraire il s'intéresse avant tout au « comment mieux vivre sa vie ». D'ailleurs, l'histoire s'intéresse d'abord à une psychothérapie de groupe et l'évolution des personnages en son sein. La trame est entrecoupée de passages biographiques sur la vie de Schopenhauer et de très belles citations de ce dernier, qui apparaissent au fil de l'évolution thérapeutique du groupe.

"La méthode Schopenhauer" est un livre simple, qui n'hésite pas à revenir sur les concepts évoqués, j'ai notamment beaucoup aimé la présentation sur Schopenhauer, qui est au final le personnage le plus passionnant et le plus envoutant de tout le roman.

Quant aux moins de ce livre, je dirai que Yalom sait parler de philosophie, de psychanalyse et sait structurer son roman, mais il ne faut pas attendre à se délecter par la beauté de son écriture ni par ses personnages, qui restent archétypés et pas très attachants.
0Commentaire|38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2008
Ce roman marie à la fois la psychanalyse, la fiction romanesque et la philosophie. C'est un roman d'un genre tout à fait nouveau, rien de semblable dans la littérature française, décidément pauvre et nombriliste. De formation philosophique, j'apprécie vraiment cette façon de vivre avec les grands philosophes. Attention, il ne s'agit pas d'un ouvrage de vulgarisation, c'est bel et bien un roman, avec une intrigue passionnante qui vous tient en halène; mais on y cotoie comme de vieilles connaissances : le personnage principal, se découvrant atteint d'une maladie mortelle, part à la rencontre d'un ancien patient, qu'il croit incurable mais qui se révèle surprenant grâce à la découverte d'un auteur, Schopenhauer. Ce roman est une invitation à une sorte de philosophie pratique ou appliquée à l'usage de ceux qui se sentent mal à l'aise au contact de leurs contemporains. A lire si tous ces sujets vous intéressent, vous ne le regretterez pas.
11 commentaire|54 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2011
Le titre est assez déroutant, probablement à l'image des titres de Schopenhauer (p.ex : "Quadruple racine du principe de raison suffisante" !..) et on pourrait penser qu'il ne s'agit pas d'un roman. En fait, la forme alterne entre roman et biographie de Schopenhauer. Au final, quel plaisir de lecture et quelle découverte par l'intérieur de la thérapie de groupe. La fin m'a bouleversé.
Il ne me reste plus qu'à lire Schopenhauer.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2009
Rarement un livre m'aura autant marqué tout en étant divertissant...
Il est rare qu'un livre soit à la fois un roman et en même temps un livre d'ouverture et de questionnements.
Après avoir lu ce livre, j'ai eu envie de l'offrir à tout le monde...
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2013
Julius, thérapeute, apprend qu'il va mourir. Lui vient l'idée de s'inquiéter de ses patients qu'il pense ne pas avoir aidé. Émerge alors le dossier de Philip, prédateur sexuel que Julius contactera.
Livre touchant sur les relations en thérapie de groupe. Les personnages de Yalom Irvin sont toujours dépeins avec justesse et compassion.
Un beau pied-de-nez aux conceptions cyniques de la vie.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2009
Un livre à recommander à tous ceux qui veulent en savoir plus sur la thérapie de groupe, Schopenhauer, être émus, rire, réfléchir,...
Irvin Yalom réussit le tour de force d'avoir écrit un vrai roman, un ouvrage de vulgarisation thérapeutique et une bio romancée du grand philosophe allemand, le tout en un seul volume...
Si vous en avez marre des lectures formatées, allez-y c'est pour vous !
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2010
Passionnant, touchant, instructif; le mélange de philosophie et de psychologie est un régal. A lire et à relire.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juillet 2014
Si dans "Nietzche a pleuré" Yalom romançait un épisode de la vie de Nietzche, nous avons à faire ici au récit d’une thérapie de groupe, les deux principaux cas du livre étant ceux du docteur Herzfeld, condamné à mourir d’ici quelques mois, et de son patient Philip Slate, incapable de nouer des relations inter-personnelles. Loin de nous livrer un rapport professionnel obscure et rébarbatif (comme peut l’être son ouvrage "Dans le secret des miroirs"), Yalom a réussi ici l’exercice périlleux de rendre le topo intéressant et accessible au non-initié, pour peu que l’on s’intéresse un minimum à la psychothérapie.

Quant à Schopenhauer, Yalom lui fait la part belle en consacrant un chapitre sur deux à l’écriture de sa biographie. De même, on trouve en exergue de chaque chapitre une citation tirée de l’oeuvre du philosophe (chaque citation étant dûment référencée en fin d’ouvrage). Il en est évidemment aussi beaucoup question au sein même de la trame narrative à travers l’enseignement que veut transmettre Philip Slate au docteur Herzfeld, pour l’aider à aborder sa mort prochaine de façon détachée (le titre initial de ce livre étant sous-titré "apprendre à mourir"). Pour le coup, même en étant initiée à la pensée du philosophe nihiliste, même en le rejoignant sur plusieurs points de sa doctrine, j’ai été violemment hapée par la noirceur et cette idée de la vacuité de la vie se dégageant de ce roman, et il m’a fallu un bon moment pour remonter du gouffre dans lequel il m’avait jetée.

Bref, un roman très intéressant et agréable à lire, mais le côté sombre de la pensée Schopenhauerienne peut être dérangeant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2013
Je l'ai lu d'une traite pour ainsi dire. C'est un roman certes mais tout comme les livres de Gounelle, c'est un livre qui amène à la réflexion. Il y a des chapitres sur Schopenhaueur intercalé dans l'histoire et ça passe tout seul. C'est un vrai plaisir à lire, on accroche bien avec les personnages et en plus on y gagne sans aucun doute en maturité
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2013
Très agréable à lire, ce livre raconte une thérapie de groupe avec des personnages très bien décrits. Chacun d'entre eux ont un profil psychologique particulier qui provoque des situations où tous se dévoile en profondeur, sans pudeur. Des scènes conflictuelles, parfois drôles, écrite en parallèle de la vie de Schopenhauer.

Entre psychologie et philosophie, Yalom nous amène à une certaine réflexion sur la mort et sur la vie.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles