undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Cet ouvrage intéressera essentiellement les lecteurs de Léo Malet et plus particulièrement les amateurs des aventures de son personnage fétiche Nestor Burma, double littéraire de l'auteur par la bouche duquel celui-ci s'exprime assez souvent.
Quatre axes d'analyse ont été dégagés : tout d'abord celui portant sur l'itinéraire politique particulier de Malet. Issu d'une famille modeste, celui-ci rejoint dans sa jeunesse le courant libertaire. Antistalinien convaincu, il vire ensuite au trotskisme. Après la guerre, il soutient le mouvement gaulliste dont il se portera d'ailleurs candidat pour finir, après l'indépendance algérienne, dans une mouvance d'extrême droite assez raciste. Perolini met bien en évidence les échos de ce cheminement au sein même de l'œuvre littéraire.
Le second axe d'analyse concerne le travail et la production littéraire de Malet. Avant guerre, Malet partage la vie du groupe surréaliste dont il devient un membre reconnu et légitime. Le passage progressif de la poésie surréaliste au roman noir populaire ne va pas tout tout de soi tant les genres sont éloignés. La logique de cette étonnante transition est cependant bien expliquée dans l'ouvrage.
Troisième axe : Malet précurseur du roman noir en France ? Certainement. Cette notoriété ne sera cependant reconnue que sur le tard.
La dernière partie porte sur les diverses adaptations de Malet (notamment au travers du personnage de Burma). Malet a souvent été trahi dès le départ par de nombreuses adaptations cinématographiques. Deux tentatives surnagent du fiasco : une série télévisée malheureusement replacée dans le Paris des années 80 avec Guy Marchand dans le rôle de Burma, et surtout, les excellentes réécritures de Tardi en bande dessinée.
En résumé, ce travail d'analyse très complet est parfaitement réussi. Il permet de relire Malet avec un nouveau regard.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2011
Difficile de ne pas recommander cet essai à tous les amateurs de Léo Malet (ou de Nestor Burma) tant les angles d'analyse sont pertinents et permettent de mettre à jour les apports de cet écrivain à la littérature française, et au roman noir en particulier.

L'ouvrage est écrit dans un style fluide, avec de fréquentes références à l'oeuvre de Malet, et même si l'on sent que Cédric Pérolini a un peu de mal avec l'itinéraire idéologique de l'auteur au début, son essai est suffisamment varié et bien structuré par la suite pour intéresser son lecteur du début à la fin.

Une analyse bien menée qui met en avant le talent de Malet, mais aussi son indéniable rôle de précurseur et d'avant-gardiste dans le roman noir francophone.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus