undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 26 juillet 2014
Année 1969. Caetano Veloso, expulsé par la dictature militaire brésilienne au pouvoir, est en exil à Londres. Dans ce contexte de retraite forcée, il écrit Caetano Veloso avec Gilberto Gil à la guitare acoustique, Lanny Gordin à la guitare électrique, Sérgio Barroso à la basse, Wilson das Neves à la batterie et la participation de Chiquinho de Moraes au piano. Certainement l'un des meilleurs albums du compositeur. Il est classé dans le genre Tropicalia caractérisé par son éclectisme. Le polymorphisme de Caetano Veloso s'observe à partir de ses inspirations musicales : la Bossa nova, les musiques traditionnelles (Bahia, Fado, Tango...), mais aussi le Rock Psychédélique anglosaxon. Les chansons sont interprétées en portugais, en espagnol et en anglais. Une flopée de standards de la MPB ponctuent ce petit chef d'oeuvre : l'impressionnant "Irene" en ouverture, "Marinheiro Só" qui met audacieusement en perspective choeur traditionnel et guitare électrique, le très Pop "Lost In The Paradise", "Os Argonautas" et son subtil et tendre Fado, et le superbe "Não Identificado". Pour l'anecdote et selon la légende, la pochette blanche de Caetano Veloso serait un hommage ou un clin d'oeil au White Album des Beatles sortit en 1968. S'équilibrant entre tradition (brésilienne) et modernité (la Pop), Caetano Veloso est un album essentiel (bossa-normandie.over-blog).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 13 octobre 2014
La difficulté avec cet album éponyme de Caetano Veloso paru en 1971 est qu'il souffre de la comparaison avec ses deux précédents opus, le Caetano Veloso (1968) et le Caetano Veloso (1969). Ce n'est pas que ce Caetano Veloso (1971) soit "mauvais", il est très bon, mais il pâtit de l'exil forcé de son auteur en Europe. La rumeur laisse à penser qu'il était quelque peu dépressif à l'époque, à vérifier, mais la photo de l'album est assez parlante. La ton général de Caetano Veloso est assez triste et mélancolique. Le choix d'une interprétation, voire d'une écriture, en anglais semble pour certains critiques discutable et affaiblit la structure de l'album (???). Les compositions sont inégales, mais émergent du lot "London, London" e "Maria Bethânia". "London, London" est une superbe Folk-song qui n'est pas sans évoquer les Donovan et autres Leonard Cohen. "Maria Bethânia" est selon moi la plus belle chanson de l'album. En passant de la moiteur du tropicalisme aux frimas d'un Folk-rock quasi dépressif, Caetano Veloso surprend, voire déroute. Caetano Veloso est un album en phase avec son parcours de vie, à réécouter plusieurs fois de suite pour en comprendre toute la mélancolie et la profondeur (bossa-normandie.over-blog).
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,99 €
13,88 €
13,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)