undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

16
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
9
4 étoiles
7
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
La porte
Format: Format KindleModifier
Prix:9,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

11 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 février 2008
C'est l'histoire d'une vieille dame énigmatique, presque surnaturelle, que l'on soupçonne du meilleur comme du pire, mais surtout du meilleur quand même.
Incompréhensible, imprévisible, entière, elle est pleine d'une force incroyable qui lui permet de se mettre au service de ceux qu'elle choisit, c'est-à-dire presque tout son quartier.

Un attachement étrange, car jamais vraiment explicité, naît entre elle et la narratrice, jeune femme plus ou moins effacée devant son mari pourtant relativement paisible. C'est de cette façon qu'on rentre au coeur d'une certaine forme d'amitié véritable et fière, qu'on ne peut jamais vraiment forcer complètement, à cause des zones d'ombres que la vieille femme entretient jalousement : "toute relation sentimentale est une possibilité d'agression."
Ca n'en avait pas l'air, mais c'est fort.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 avril 2010
Magnifique roman, lucide et amer, subtil dans l'analise implacable, et pourtant humainement charitable des raisons complexes de l'agir et des relations, ce roman rend aux gestes cotidiens l''intensité tragique de la vie et la dimension humblement héroique et irrépétible du destin de chacun. Un vrai chef d'oevre, peut-etre moins classique et parfait que Pilatus, mais peut-etre encore plus intense et inoubliable que celui-la. Comme les autres livres de Szabo, c'est impossible interrompre la lecture, pendant qu'on précipite vers la conclusion avec la participation emotive que seule la vie réelle sait donner.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
23 sur 25 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 août 2005
J'ai ouvert ce roman du bout des doigts car, au vu de la 4e de couverture, je m'attendais à des considérations métaphysiques sur la vie, la mort, pourquoi nous sommes là...
J'ai eu un mal fou à le lacher avant de l'avoir fini : l'histoire émouvante et originale de deux femmes que tout oppose, les portraits des personnages, l'écriture ; tout dans ce livre est magique. Une découverte vraiment inattendue...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 avril 2010
« Je n'ai pas écrit ce livre pour Dieu, il connaît mes entrailles, ni pour les ombres, elles sont témoin de tout, me surveillent à chaque instant, éveillée ou endormie, mais pour les hommes. J'ai vécu avec courage et sans mentir, mais pour cela il faut que je me dise : c'est moi qui ai tué Emerence. Je voulais la sauver et non la détruire, mais cela n'y change rien. »

Emerence fut la femme de ménage de Magda pendant presque vingt ans. Personnage au caractère bien trempé, dure au travail, elle règne sur un petit monde dans ce quartier perché sur les hauteurs de Budapest. Gardienne d'une villa pleine de mystères, elle balaie aussi la neige en hiver, ramasse les feuilles mortes en automne. Elle n'ouvre sa porte à personne et reçoit sous le porche de la villa dont elle a la garde. Cette porte fermée à tous qui est l'objet de toutes les curiosités autorise aussi toutes les rumeurs.
Emerence dominatrice, manipulatrice ? Même Viola, le chien de Magda lui fait allégeance. C'est aussi une femme altière, sans concessions, mais non sans noblesse. Elle n'aime pas n'importe qui, n'importe comment. Ses rapports avec Magda sont tendus. Intransigeance chez l'une, jalousie frisant la rancœur chez l'autre.
Pourtant, Magda est la seule à recevoir le secret d'Emerence' et elle le trahit en ouvrant la fameuse porte. Emerence n'y survit pas. Magda comprend alors qu'Emerence l'aimait comme sa propre fille. Depuis le même cauchemar la hante. Elle est sous le porche de la villa, derrière la porte cochère et elle essaie d'ouvrir la serrure. La clé tourne. Elle s'escrime en vain.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 novembre 2011
J'ai eu des sentiments mitigés pour Emerence et c'est ce qui m'a plu.

Je l'ai trouvée touchante, généreuse, entière, franche. Il y un coté d'elle qui m'a beaucoup amusée, elle débarque chez ses patrons quand elle veut, et lors de l'entretien d'embauche, c'est elle qui donne ses exigences, elle n'a aucun doute sur le fait qu'elle va leur convenir, mais le contraire elle n'en est pas sure. Cela nous met tout de suite le ton du personnage ! Elle contrôle tout et c'est elle qui fixe les limites de ses relations. Elle est envahissante et quand elle est absente, laisse plus qu'un grand vide "Emerence avait disparu mais paralysait le monde autour de nous".

Elle m'a beaucoup agacée à certains moments, elle est cassante, intransigeante, négative, capricieuse (quelquefois on dirait une enfant gatée), elle a parfois l'esprit étroit, ne se remet jamais en cause mais l'exige des autres. Elle amène l'auteure à l'instrospection, à la remise en cause, et la pousse dans une culpabilité que j'ai trouvée injuste.

En fait le portrait d'Emerence nous montre toute la complexité d'une personnalité.

En tout cas beaucoup de bienveillance entoure Emerence, les gens l'acceptent telle qu'elle est, avec ses lubies, ses petites manies.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Certains ont dit, ci dessus avant moi, "j'ai eu du mal à lacher ce livre avant de l'avoir terminé", je les admire : moi je n'ai même pas eu l'idée d'essayer. J'ai trouvé pour la première fois ce livre à un euro cinquante chez le Boulinier du boulevard Saint-Michel. Je l'ai lu par hasard, parce qu'un ami ne cessait de me fourrer les oreilles avec la Roumanie, la Hongrie qui sont d'après lui des terres inexploitées de littérature sublime et géniale. J'ai donc lu ce livre par accident. Depuis, je l'ai offert onze fois, dont une fois trouvé encore chez Boulinier. Je ne vois pas bien l'intérêt d'aller plus loin : c'est une valeur sûre. C'est un roman profond et puissant, très simple d'accès, très beau, très honnête et dont la sincérité ne me semble jamais flancher.

Il y a des choses sur lesquelles l'ambiguité est possible, là non. Magda Szabo est une grande. Une très grande. Un auteur majeur de l'Europe. Et pourtant, je ne connais pas du tout l'Europe de l'Est et commence à bien connaître la littérature occidentale. C'est juste fou. Si vous êtes en train de lire ces mots par doute, c'est insensé, achetez le, ne perdez pas votre temps. Elle saura vous emporter loin, très loin d'ici, en vous même.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
La porte, c'est celle qui reste toujours fermée, même aux personnes les plus proches. Que dissimule-t-elle ? Il vous faudra, pour le savoir, faire pas à pas la connaissance de cette femme mystérieuse, à la personnalité complexe, qu'est Emerence. Concierge ou dame de compagnie ? Elle veut vous aider et entre sans complexe dans votre intimité, jusqu'à vous priver du chien auquel vous vous étiez attaché, mais vous ne saurez rien d'elle, rien en tout cas de ce qu'elle veut cacher derrière cette fameuse porte. Le récit de Magda Szabó brosse le portrait d'une femme aux multiples facettes, allant du désintéressement total à la perversité la plus noire, qui vit dans un monde qu'elle s'est aménagé au milieu des autres, qu'elle aide de toutes ses forces et de toutes les manières possibles, mais où elle restera définitivement seule. Un étrange récit, écrit avec une grande finesse et une profonde connaissance de l'âme humaine, qui laisse cependant un goût amer. Et si Emerence frappait à ma porte, lui ouvrirais-je ? L'auteure ne nous donne pas la réponse…
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 avril 2008
Maggda Szabo ébauche les portraits croisés d'une intellectuelle sous influence d'une femme étrange et rare et à la fin très attanchante. Cette chère "Tati" Emerence rejoint les figures singulières, de la littérature classique la Félicité de Flaubert ou contemporaine la "la brave Anna" de Gertrude Stein. Cette chère Emerence a un coeur sipmle mais farouche sauvage comme un chat. Et ce roman qui débute comme une confession la reccurence du "je" du narrateur devient roman d'apprentissage C'est la peur d'une intelligence magnifiée nourrie de la vie d'une humanité si pure ciselée comme une pierre de silex qu'elle en semble monstrueuse. Toute une vie vouée à ses maîtres incarnée par Emerence que nous fait découvrir et aimer Magda Szabo. C'est une écriture très dense et happé par le vertige des mots le lecteur peu à peine respirer. Magda Szabo a beaucoup d'humour et cela donne à ce roman un charme en plus.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 janvier 2007
Pour ceux qui ne connaissent pas ou peu la littérature hongroise, un petit chef d'oeuvre à déguster au coin du feu. Magda szabo est de la trempe des Sandor Marai (Les Braises et autres nombreux chefs d'oeuvre).

Toujours du même pays, ne ratez pas a trilogie de Imre Kertesz, prix Nobel de littérature. On comprend, après sa lecture, pourquoi il reçut ce prix.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 5 mars 2014
Ce livre m'a été conseillé lors d'une rencontre et d' une conversation sur la littérature hongroise avec une personne d' origine hongroise.la lecture de cet ouvrage fut pour moi l'occasion de découvrir magda szabo. Dommage que sa notoriété fut arrivée très tardivement, car je pense qu'elle fut l'un des plus grand écrivain hongrois de sa génération!!
A lire absolument. Et des qu'on commence ses œuvres, on ne les quitte plus!!!excellent ouvrage!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
L'ombre douce
L'ombre douce de Hoai Huong Nguyen
EUR 9,99


La ballade d'Iza
La ballade d'Iza de Magda Szabó
EUR 9,99