undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

14
3,7 sur 5 étoiles
Le passé
Format: DVDModifier
Prix:5,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

9 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dans le lignée de Une Séparation, le nouveau film d'Asghar Farhadi, même s'il n'est pas d'un abord facile, est une oeuvre personnelle et riche. Le thème et l'interprétation sont passionnants. L'histoire, jamais évidente, se déroule avec ses volets non prévisibles et ses personnages meurtris et ce passé imprègnant le présent et un futur imprécis. Ali Mosapha domine tout le film, Bérénice Bejo pleine d'outrances, la révélation est encore une fois Tahar Rahim, tout en non-dit . La séquence finale en un long plan -séquence est un sommet d'émotion inattendue. A voir et à revoir pour en en pénétrer toutes les richesses. Pour moi un des meilleurs films de l'année.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les possibles palmes seraient plutôt à décerner à Asghar Farhadi “pour l’ensemble de son œuvre” comme on dit, car son dernier film est certainement le moins bon des trois.
Outre les jeux de portes, vitrées ou pleines, ouvertes ou fermées, on retrouve ici comme dans Une séparation plusieurs thèmes de prédilection de l’iranien, à commencer par celui des enfants écartelés au milieu des déchirements des couples.
Mais cette fois-ci le jeu autour des enfants (il y en a même plusieurs de lits différents) se fait franchement pesant, démonstratif et appuyé, façon : la meilleure façon d’éduquer les gosses de divorcés ...
L’autre thème récurrent d’Asghar Farhadi est celui de l’incommunicabilité. Il est ici dramatisé sans compter, depuis la première scène où le couple tente de se parler à travers les vitres de l’aéroport jusqu’à la scène finale qu’on vous laisse découvrir : une scène finale plutôt bien vue (sans jeu de mots : le spectateur voit ce que l’acteur ne sait pas voir …) où un autre couple n’arrive pas à communiquer, mais malheureusement une scène pesamment alourdie par ce qui précède.
Tout au long de son film Asghar Farhadi en fait trop, à l’image de cette accumulation sordide de désespoirs sur ces iraniens et de cette bicoque bric-à-brac dans la banlieue sous la pluie.
Dans Une séparation c’étaient les mensonges accumulés qui peu à peu, emportaient tout le monde dans une spirale infernale. Avec Le passé ce sont plutôt les vérités qui, péniblement mises à jour une à une, entraînent Marie (Bérénice Bejo) et ses hommes et ses enfants et ses spectateurs dans un puits de misérabilisme sans fond.
Paradoxalement, plus le film avance, plus les révélations renversent les rôles, et plus on ressent la pesanteur de la démonstration.
Alors oui, on est sans doute un peu trop critiques et à coup sûr trop caustiques : Asghar Farhadi est un réalisateur qui sait filmer et tout cela reste du très bon cinéma. Mais on regrette franchement le montage nettement plus subtil de ses premiers scénarios.
Faites-vous donc votre propre idée de cette mise en scène de l’incommunicabilité avec son cortège d’omissions et de mensonges, de vérités ou de demi-vérités pas toujours bonnes à dire, … Un film bien pessimiste, qui finit comme il commence : le message ne passe pas …
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 mai 2014
C'est un vrai bonheur de cinéphile que de découvrir - seulement maintenant, je sais, je sais... - le cinéma d'Asghar Farhadi, avec ce "Passé" tout bonnement renversant : si l'on n'est pas au niveau du "choc Kiarostami", on sent qu'on a quand même affaire ici à un vrai cinéaste, qui conjugue de manière sensationnelle un naturalisme brutal dans la description des "rapports" entre ses personnages (pas loin de l'école "française", puisqu'on peut penser tour à tour à Sautet, Pialat ou Desplechin à certains moments du "Passé"...) et un indéniable pouvoir manipulateur d'une fiction avançant - de manière surprenante - à coup de mini-révélations qui emmènent progressivement le film vers de nouveaux territoires... Jusqu'à cette fin stupéfiante de beauté, de finesse, d'intelligence, qui clôt le film d'une manière aussi parfaite qu'inattendue. Un vrai bonheur, donc ! Ce qui ne signifie pas d'ailleurs que regarder "le Passé" soit une partie de plaisir constante, puisque l'une des particularité du cinéma de Farhadi, c'est de nous "infliger" de manière continue des scènes fortes, tendues, certes exigeantes mais également totalement implicantes : cette focalisation totale sur les sentiments ne fonctionnerait d'ailleurs pas si bien sans une direction d'acteur parfaite de précision, qui aide chacun et chacune à donner le meilleur (qui aurait pu croire Bérénice Bejo capable de remporter un prix à Cannes ?). Bref, dans ce film plus français que la plupart des films français récents - un autre tour de force - on ne peut voir que la confirmation de l'apparition d'un grand auteur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ahmad vient à Paris quelques jours pour finaliser le divorce de sa femme française. C'est l'occasion pour lui de se faire l'observateur-enquêteur pour tenter de démêler l'écheveau d'une intrigue à ramification multiple (un peu trop pour être honnête) qui tourne à la tragédie psychologique de bonne facture, quoique parfois un peu convenue.

Le récit peut paraître à certains moments artificiels, met le paquet sur les tiroirs à double-fond et les coups de théâtre et le poids de la culpabilité, mais Farahdi a cette qualité indiscutable de prendre le temps de cadrer, de poser sa caméra, d'en faire un outil de description scénique et de savoir diriger ses acteurs (tous très bons sans exception): bref, il filme. Un très bon moment de cinoche, à la marge trop cinoche.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 décembre 2013
L'histoire est intéressante par la justesse des réactions humaines des personnages. Les acteurs sont tous excellents et nous font entrer tout naturellement dans leur vie, partager leurs émotions....
A voir et à offrir aux amateurs du bon cinéma.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 1 mai 2015
ce film de l'iranien Asghar Farhadi est tout simplement magnifique, il nous tient en haleine pendant plus de 2 heures, et cela grace à une histoire à rebondissements et à 3 acteurs fabuleux avec au premier plan Bérénice Béjo qui tient là son premier grand rôle. Ses moments de furie contrastent avec la douceur et la tranquillité d'Ali Mosaffa. Je trouve ce film supérieur à "Une séparation" qui m'avait pourtant déjà emballé, peut-être parce qu'il se passe en France et qu'il s'adresse directement à chacun de nous, dans la mesure où nous pouvons nous identifier sans problème à un des 3 personnages principaux.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 26 octobre 2014
Une histoire "banale", dévoilée au compte goutte, de l'émotion, de la tendresse, des acteurs et actrices remarquables. Une mise en scène hyper efficace, sans artifice, toute en retenue et finesse.
Un grand cinéaste digne des meilleurs Truffaut.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 avril 2015
film magnifique autant que dérangeant
ou presque
franchement extra surtout dans le fait que de s'interroger sur ce qu'une personne peut recéler des secrets
le plus dérangeant : une femme belle et intelligente ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 29 juin 2015
ce n'est pas de la qualité cinématographique du film dont je parle car je n'ai pu le visionner, il n'est pas adapté à mon magnétoscope
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Très bonne histoire, racontée avec passion par les acteurs. trop de cris hélas. ils sont tous beaux, c'est plaisants à regarder.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Syngué Sabour - Pierre de patience
Syngué Sabour - Pierre de patience de Golshifteh Farahani (DVD - 2013)
EUR 11,58


Coffret Farhadi
Coffret Farhadi de Leila Hatami (DVD - 2012)
EUR 38,74