undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici KDPContest Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
40
4,1 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:9,44 €+ 2,79 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 janvier 2014
Belle surprise de la part de M. Bay, qui ne nous avait pas vraiment habitué à des films aussi intelligent que celui-là, plus rien à voir avec ses festivals d'explosions et d'action robotique décérébrées, ou encore de vulgarité beauf assumée...
En fait ses défauts habituels sont ici des qualités parce qu'ils servent le propos, on parle ici d'une bande d'idiots traumatisés par l'American Way of Life et capables de tout pour avoir droit à leur part du gâteau. Sa vulgarité et son style grandiloquent et sur-découpé sont tout-à-fait à propos et mettent vraiment en valeur le monde hallucinant de ses body-builders ultra narcissiques et surtout ultra-stupides. Je ne vais pas être sympa avec M. Bay en demandant s'il s'est rendu compte lui-même de l'adéquation de son style avec le sujet ou si c'est involontaire de sa part mais ça rajoute vraiment un plus et je pense qu'aucun autre réalisateur n'aurait pu lui arriver à la cheville quand à dépeindre se monde ultra-bling-bling qu'était (et qui est toujours d'ailleurs) le Miami des années 90. On a l'impression de voir la version dark et glauque de l'autobiographie de Schwarzenegger se dérouler devant nous...
Un petit air de Fight Club pour le narrateur amusant qu'est Mark Walhberg qui fait par moment penser au ton décalé de Norton et aussi par la fréquences de ses interventions et la critique du monde américain dans son ensemble...
Une petite touche des frères Coen? Oui, mais pas esthétiquement, plutôt au niveau de l'histoire qui parle quand même d'une bande d'idiots foireux capables du pire, d'ailleurs comme chez les Coen, même si les évènements ici dépeints sont vraiment dramatiques on ne peut s'empêcher de rire tant la manière dont ils sont montrés est drôle, mention spéciale au personnage de Dwane Johnson aka The Rock qui joue le personnage le plus incroyablement stupide qu'on ai vu depuis belle lurette et qui provoque le sourire à chacune de ses répliques...

Un moment de pur bonheur pour tout les amateurs d'humour noir très très cynique. Une pure comédie noire doublée d'un excellent film, sans temps morts et surtout vraiment distrayant.
Son autre grande qualité c'est qu'il rassura beaucoup les anti-matérialistes qui y verront une confirmation que l'argent n'apporte vraiment pas le bonheur.

Mention bien plus aussi pour la qualité video et pour le son qui valent tout deux leur pesant de cacahuètes.

A consommer sans modération, un film qui donne envie d'arrêter de se regarder dans cette %'µ% de glace...
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2014
Au premier abord, on pourrait croire que l'on a voir un énième film d'action à la noix, mais là, la grosse claque, un "bay" comme j'en ai rarement vu, tout est excellent, drôle, violent, sarcastique, les acteurs fonctionnent à fond, j'avais un doute pour D. Johnson, et bien non, on y croit vraiment.
Histoire hallucinante pour un film plein de très bonnes surprises.
Si vous avez aimé le loup de wall street , celui là devrait vous plaire.
Laissez vous emporter pas l'inconsciente (on se demande?) stupidité de nos trois héros bodybuldés vers l'inévitable chute tragique de ce fait divers (c'est peu dire) complètement démentiel. "Tout ça pour ça!"
La bêtise n'a aucune limite...
À voir absolument.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2014
Au début on se demande si c est bien sérieux , ensuite on se dit que c est totalement exagéré, mais en plein milieu du film , on vous remet totalement dans le bain ,un seul message suffit , c est totalement dingue ! Un film comme on en fait peut avec des acteurs au sommet .... Je le recommande sans aucune réserve, mais pas pour tout public des scénes assez violentes ....
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2014
Tiré d'un fait divers aux USA, cette "comédie" musclée est redoutablement efficace, avec un Wahlberg et Johnson au mieux de leur forme. Ed Harris, en détective pugnace, complète ce très bon casting. A voir !!!
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 22 septembre 2013
À Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le « rêve américain » et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve… Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et… lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux.
NO PAIN NO GAIN s’inspire de l’histoire incroyable mais vraie de ces trois kidnappeurs amateurs qui, à la recherche d’une vie meilleure, se retrouvent embarqués dans une série d’actes criminels qui dégénèrent rapidement… Rien ne se déroule jamais comme prévu.
Un film boosté aux anabolisants pour un résultat explosif ! Mickael Bay nous livre sans aucun doute l'un de ses meilleurs films. Bien filmé, bien monté, bien joué, on est directement plongé dans cet univers très coloré d'une Amérique où le visuel prime avant tout. No pain no gain casse tous les codes du blockbuster hollywoodien. A voir sans hésiter !
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2014
Film un peu à part dans "l'oeuvre" de Michael BAY qui nous offre ici la version masculine de SPRING BREAKERS.
3 culturistes aussi abrutis que déterminés, aidés par une strip teaseuse russe, dépouillent de tous ses biens un riche et très désagréable entrepreneur. Cette fortune vite gagnée devant leur permettre de vivre "le rêve américain",
Leur insondable bêtise et la hargne de leur increvable victime vont faire capoter ce plan parfait.
Commencé un peu comme une comédie, le film va virer petit à petit au drame sordide.
La qualité de l'interprétation permet de s'attacher aux protagonistes que nous pourrions facilement mépriser tant ils sont cupides , bêtes et obstinés dans l'erreur. Une mention spéciale à Dwayne JOHNSON en ancien taulard stéroidé qui a rencontré JESUS en prison et la cocaine en liberté...
Le rythme est rapide mais si Michael BAY travaille plus les plans que les séquences il a sagement mis de côté cette fois ci le montage survitaminé de ses précédents TRANSFORMERS.
Tout cela est bien sur tiré d"un fait divers réel (ce qui est rappelé même durant le film) dont les vrais protagonistes nous sont présentés au générique de fin.
un film curieux, oscillant entre la comédie, le polar noir et la critique d'une société où l'apparence est primordiale.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2013
... faites-en un film ! voilà ce que michael Bay (le roi du blockbuster décérébré), habitué à nous abreuver d' images soulantes avec ces vilains robots de synthèse (Transformers), s' est décidé à retranscrire sur écran géant ... et bien lui en a pris ! Car on jubile devant l' interprétation inspirée de mark Wahlberg dans le rôle du meneur de 'gang'... ce gang de body-buildés gourmand du bien d' autrui qui, dépassé par les évènements va sombrer dans une spirale infernale qui se terminera mal !

Ici pas d' effets spéciaux à outrance, Bay filme avec nervosité et brio cette descente aux enfers basée sur des faits réels (bien que quelque peu modifiée par rapport à la véritable histoire). Les acteurs nous livrent une performance décoiffante : Dwayne Johnson en brute chrétienne (sic!), Tony Shalhoub (Monk) stupéfiant dans le rôle de la victime au caractère peu coopératif ... le tout mis en scène avec une certaine dérision et une efficacité comme seuls les ricains savent le faire ! ... et pour une fois, les méchants ne s' en tirent pas avec une petite remontrance (contrairement à tous ces films qui nous montrent des voleurs narguant la police sans jamais se faire arrêter - Fast & Furious - entre autres !)

Enfin bref, si vous voulez passer un bon moment, c' est un film à conseiller mais ... interdit aux - de 12 ans en salles (alors qu' on voit bien pire à la télé !)
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2016
Certains auront peut-être du mal à le croire mais ce No Pain No Gain est basé sur une histoire vraie. Certains personnages sont tellement naïfs et idiots qu'on a parfois l'impression qu'ils en font trop. Mais non, cette histoire a bel et bien eu lieu et ces personnages aussi. Ne vous attendez pas au film le plus abouti qui soit mais si vous aimez le style déjanté et jouissif alors achetez sans hésiter cet excellent film !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2014
Ce film est délirant, surtout quand on sait qu'à la base s'est tiré d'une histoire vraie.
Ne vous attendez pas à de la finesse, mais le trio d'acteurs est explosif.
Je conseille à ceux qui apprécie l'humour lourd et les situations dégantées.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2013
Après les clinquants Transformers 1 et 2, Michael Bay s'attaque à un genre dans lequel on ne l'attendait pas : la comédie. Car oui, No Pain No Gain est bel et bien une comédie qui prend le contre-pied absolu des scénarios auxquels le réalisateur nous avait habitué jusque là. Ne vous attendez donc pas à un déferlement d'action et d'effets pyrotechniques démentiels : au contraire, le scénario s'axe avant tout sur une déconstruction jubilatoire du rêve américain. Comme si Bay, entre deux Transformers (il sera également aux manettes du 4em opus), s'autorisait un écart rafraichissant le temps d'un film.

Doté d'un budget relativement peu élevé (20 millions de dollars, une bagatelle par rapport aux 130 millions de Bad Boys 2), No Pain No Gain s'inspire du Sun Gym Gang, qui sévit aux États-Unis entre 1994 et 1995. Trois compères body-builders décidèrent ainsi de faire fortune en dépouillant de tous ses biens un homme d'affaire véreux. Mais l'appât du gain étant tentant, leur audacieux coup en entrainera d'autres...

Dans le rôle des trois benêts, trois acteurs livrant des performances elles aussi à l'opposé de leurs rôles habituels. Mark Wahlberg interprète le meneur de ce groupe de bras cassés, petit entraineur de salle de fitness qui voue à la culture physique et à l'American Dream une fascination sans failles. Personnage aux biceps plus gros que le cerveau, il débite avec conviction un nombre aberrant de stupidités, avouant par exemple avec fierté à un vendeur sidéré que la consécration de son existence n'aura lieu que lorsqu'il pourra conduire dans son jardin...un tracteur tondeuse ! A ses côtés, Dwayne Johnson, un ancien prisonnier aussi naïf qu'un enfant de chœur (il fait d'ailleurs parti de la Jesus Team !), mais cocaïné jusqu'aux sourcils, et Anthony Mackie, un imbécile impuissant qui rêve de se faire faire une opération du sexe et qui, aussi musclé que vous et moi, participe aux concours de Monsieur Muscle !
Le reste du casting, à l'avenant, comprend l'excellent Tony Shalhoub, homme d'affaire juif adepte de sport en tenue rose et qui deviendra le dindon de la farce, Ed Harris, détective bourré de clichés qui se lancera à la poursuite du trio de compères, et Ken Jeong (le chinois de Very Bad Trip), arnaqueur qui explique aux classes défavorisées lors de conférences survoltées la manière de devenir un « fonceur ».

Ayant en main un tel pitch, Michael Bay s'en donne à cœur joie en envoyant coup de boutoir sur coup de boutoir au rêve américain, qu'il avait pourtant mis en valeur dans la plupart de ses précédents films (rappelez-vous Pearl Harbor et Armageddon...). Au départ surprenant (on ne sait pas de prime abord si on doit prendre cet ovni au premier ou au second degré), No Pain No Gain se transforme vite en un déferlement de situations cocasses et de personnages niais. Certes, l'humour n'est pas toujours finaud, mais tous les acteurs jouant leurs personnages avec une conviction inébranlable -et voulue, on ne peut au final qu'adhérer à l'acidité du propos.
Bay passe donc à la moulinette, avec une férocité qu'on ne lui connaissait pas, la plupart des lieux communs propres à la réussite américaine. Mais d'une manière en permanence bigger than life, accentuant certains clichés pour, à l'opposé, en réduire d'autres en cendre (la traditionnelle réunion de quartier qui apprend aux riverains à se défendre contre toute intrusion vaut à elle seule le détour, tant la séquence est emballée avec cynisme).

Et, pour parachever le tout, le réalisateur de Rock, épaulé par Steve « Avatar » Jablonsky à la musique, film l'ensemble avec le talent qui lui est propre, entre plan séquence parfait, couleurs vives, sens du rythme irréprochable et prises de vue splendides (dont certaines, à l'identique de Bad Boys 2, témoignent visiblement de sa volonté de jouer le contre-jeu dudit blockbuster).

Bref, No Pain No Gain est un réjouissant moment à passer, et laisse l'agréable et insoupçonné sentiment de regarder un clip dédié à l'Amérique qui déraperait soudain, partant vers des sommets de second degré et de dérision.
Pas loin d'être l'un des meilleurs Michael Bay.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)