undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

103
4,0 sur 5 étoiles
Le grand Coeur
Format: Format KindleModifier
Prix:7,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

62 sur 65 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'histoire de jacques Caeur est celle de l'ambiguïté, celle de la fin du moyen-âge, et celle du début de la renaissance, celle de la découverte qui va relativiser celle de la France. Celle de la puissance financière qui va permettre l'unité du royaume, qui va affirmer la puissance de la bourgeoisie devant la tradition de la chevalerie et des princes. Celle de l'ambiguïté de l'amour et des amours. Celle de l'affrontement de la puissance royale avec celle de la finance. C'est l'aventure de Jacques Caeur, racontée avec une richesse de style et d'écriture. Un roman qui nous illustre cette période d'un aeil nouveau.

Il est des livres rares qui mêlent l'histoire avec une écriture flamboyante qui nous entraîne dans le style et la clarté d'une écriture, ce livre en est un des plus beaux exemples. Certes l'histoire est un peu romancée, mais ne l'a-t-elle pas toujours été et pas seulement par les chroniqueurs, n'a-t-elle pas toujours écrite pour magnifier les puissants et l'idéologie dominante. Ce livre nous fait suivre un personnage qui a surement été à l'origine de bien des innovations. Le commerce avec le levant, le positionnement allié avec les Egyptiens, contre les turcs. L'affirmation de la bourgeoisie contre les nobles. La lutte entre la puissance d'un homme contre l'arbitraire des rois et la jalousie. La recherche de l'amour. Un livre que l'on dévore et qui peut permettre d'aimer l'histoire. Et comment ne pas être sensible à la qualité du style, des images et de cette écriture fluide qui nous rend encore plus attachants les personnages qui sont magnifiquement décrits.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Magnifique récit de la vie de Jacques Cœur.
Raconté à la première personne, ce roman donne une bonne image de l'époque de Charles VII et du basculement entre l'époque de la chevalerie et celle de la renaissance, avec l'accueil des artistes étrangers et des marchandises venues de loin. Le héros est sympathique et le livre agréable à lire.
Je suis un peu étonné par les critiques lues sur cette page... A mon avis, ce livre est presque dans la lignée des "Rouge Brésil" ou "l'Abyssin", bien au-dessus des livres plus récents de l'auteur.
Ne boudons pas notre plaisir de découvrir agréablement une grande page de l'histoire de France !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
38 sur 42 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Qu'est-ce que la postérité a retenu de Jacques Cœur (1400-1456) ? L'image d'un homme de pouvoir, d'un financier ambitieux qui, tel un Fouquet avant l'heure, tomba de haut, victime de son arrogante munificence dont le roi Charles VII prit ombrage. Et pour legs, ce magnifique palais à Bourges, symbole de l'homme le plus riche de son temps. Et une devise : "A vaillans cuers riens impossible." Jean-Christophe Rufin a passé son enfance au pied de son palais, envisageant des voyages au long cours, se rêvant une destinée aussi aventureuse que celle de l'argentier du roi. Ne pas s'y tromper, Le Grand Cœur est bien un roman. S'il se base sur des faits historiques avérés, Rufin impose une vision personnelle de Cœur, lui prêtant des sentiments, échafaudant des hypothèses, imaginant des agissements là où la grande Histoire est muette. C'est un livre sur la destinée, les rêves, la dualité, le pouvoir et la passion d'un homme hors normes, à l'intelligence rare et à l'instinct sûr, davantage un organisateur qu'un financier, un créateur de réseau plus qu'un négociant. Sa destinée est celle d'un modeste fils de pelletier qui fréquenta les grandes figures de son temps, Charles VII et le pape Nicolas V, entre autres, dont les portraits dessinés par Rufin sont saisissants. Puis vint la chute, le procès, la prison, la fuite, la peur, autant d'épisodes qui, c'est une évidence, intéressent moins le romancier qui préfère s'attarder sur les songes de son héros. Au cours de sa vie et de ses nombreux périples, Cœur tomba amoureux, toujours selon l'auteur, de deux cités : Florence et Damas. Dans cette dernière, il est à deux doigts de suivre une caravane en partance pour la Chine. Son avenir aurait alors été tout autre et Rufin ne cesse de le montrer les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Licence du romancier. Une dualité qui fait du grand Jacques un homme de la Renaissance dans un Moyen Age finissant. Il participa grandement à la fin de la Guerre de Cent Ans, devint mécène du peintre Fouquet et, surtout, mit en place une stratégie d'échanges à l'échelon mondial, de l'Orient au Soudan, en passant par l'Italie et l'Espagne. Selon Rufin, l'enrichissement n'était pas son but, mais on n'est pas obligé d'adhérer à sa thèse. Cet homme, dépassé par sa réussite, avait des débiteurs parmi les plus puissants, ce qui contribua en grande partie à sa déchéance. Le premier d'entre eux, Charles VII est ambigu, pervers, manipulateur, jouant de sa prétendue faiblesse pour emberlificoter ses interlocuteurs. Il est l'une des figures les plus fascinantes du roman de Rufin. Enfin, la passion amoureuse est le dernier et non le moindre des ingrédients du livre. Agnès Sorel investit la vie de Cœur comme une apparition sublime, son âme soeur, sa moitié d'orange dont la mort lui laissa à jamais une béance dans le ... cœur. Ecrit dans une langue d'un classicisme parfait, le roman de Jean-Christophe Rufin réinvente une période agitée de l'histoire de France, loin des clichés médiévaux, entre ors et ténèbres, créant une intimité et une connivence avec un personnage visionnaire, plus riche d'idées que de biens. Comme lui, le lecteur tombera dans les filets de ce séducteur qui sut broder sans relâche la belle étoffe dont les rêves sont faits.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Jean-Christophe Rufin (1952- ) est un médecin, historien, globe trotteur, écrivain et diplomate français.
Ancien président d'Action contre la faim, il a été ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie.
En 2001, il obtient le Prix Goncourt avec "Rouge Brésil" après avoir obtenu le Prix Interallié, en 1999, pour "Asmara et les causes perdues".
Elu en 2008 à l'Académie française, il en devient alors le plus jeune membre.
"Le grand Coeur" parait en 2012 .

Retiré dans l'île de Chio, où il tente d'échapper à ses ennemis, Jacques Coeur- alias Jean-Christophe Rufin- écrit ici ses Mémoires.
Le destin hors norme d’un fils d’artisan de la ville de Bourges (la ville de Rufin également). Tout d’abord monnayeur, puis marchand avant de devenir également le grand Argentier du roi, il aura compris avant tout le monde que le commerce sert davantage que la guerre les intérêts de tous. un témoignage éclairant sur une époque charnière, à la veille de la Renaissance. Le passage de l’âge médiéval à celui du monde moderne et au fondement de l’économie libérale : l'argent c'est le pouvoir.
Jean-Christophe Rufin est un magnifique conteur. L'écriture est à la fois simple et belle, claire et riche, sensuelle et précise.

Un roman passionnant pour les amoureux de l'Histoire de France et de ses "figures" (même méconnues)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
41 sur 46 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 juillet 2012
Mon avis risque de détoner dans le concert de louanges mais je ne partage pas les critiques dithyrambiques qui ont été faites à propos de ce roman. Bien que j'en sois venue à bout, je m'y suis ennuyée ferme. Certes, la vie de Jacques Coeur mérite d'être mieux connue, mais ses états d'âmes - constamment mis en avant - lassent. Que de circonvolutions ! Certaines pages peuvent être lues en diagonale, voire ne pas être lues du tout, sans que cela nuise à la compréhension de l'histoire. Malgré un récit raconté à la première personne, l'essai historique (sans doute richement documenté) prend le pas sur le genre romanesque (ce qu'avait su éviter avec brio F. Chandernagor dans "L'allée du roi", autre roman historique empruntant la forme du journal intime). L'oeuvre de J-C. Rufin est froide, austère, parfois même pompeuse, jamais palpitante. Il lui manque le souffle épique de l'"Abyssin" ou de "Rouge Brésil" qui faisait s'envoler le lecteur.
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Jean Christophe RUFIN est un grand écrivain , Jacques Coeur, un homme hors du commun, leur rencontre ne pouvait que produire un roman passionnant .
Ce livre relate la vie mouvementée au début du XV° siècle de Jacques Coeur, fils d'artisan qui devint grand commerçant , banquier, armateur, grans argentier de Charles VII qu'il aida dans sa reconquête du pays, fut l'ami intime d'Agnès Sorel et participa très activement aux premiers pas de ce qui allait devenir « la Renaissance ».
Malheureusement, sa réussite exemplaire suscitant jalousies et convoitises au plus haut rang de l'état, notamment de la part du roi Charles VII, après la disparition prématurée de sa protectrice, il se verra condamné, privé de ses biens, emprisonné et ne devra son salut qu'à une évasion qui le conduira à finir ses jours sur une petite île grecque .

D'une façon générale, si vous aimez l'histoire économique , la lecture de ce livre vous permettra de découvrir les balbutiements de ce qui allait devenir au fil des siècles « les échanges internationaux » et qu'aujourd'hui on appelle la mondialisation .
D'autre part, nul doute que près de chez vous, il y ait une maison , un hôtel, un château, une statue portant le nom de Jacques Coeur ; alors, lisez ce livre et vous comprendrez pourquoi.
Enfin, si vous avez de hautes ambitions dans le monde du commerce et de la finance , apprenez à faire la part des choses et inspirez vous de la vie de cet homme hors du commun pour garder en mémoire que l'on ne défie pas impunément les rois .( Si seulement Nicolas FOUQUET avait pu lire ce livre, peut-être serait-il passé à côté de sa triste fin )

Pour finir une petite remarque : Lorsqu'il arrive du côté de Montpellier, sur les bords de la Méditerranée, d'après l'auteur ,Jacques Coeur rencontre des haies de bambou. Or, il n'y a jamais eu de bambous dans cette région jusqu'à la création , par importation, de la bambouseraie d'Anduze, dans le Gard, à la fin du XIX° .
En fait, Jacques Coeur ne peut que rencontrer des roseaux, plante locale très à l'aise dans les sols sablonneux et salés des bords de Méditerranée et utilisée par les agriculteurs en général et les vignerons en particulier pour protéger les cultures des vents « du nord » parfois violents dans le secteur mais surtout des vents « marins » brûlants et dévastateurs pour les jeunes pousses en raison de leur forte teneur en sel .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 août 2014
Mon étoile "je déteste" n'a rien à voir avec le contenu du roman de Jean-Christophe Ruffin (que j'ai trouvé intéressant même si le souffle narratif ne m'a pas emportée comme dans d'autres de ses romans) mais avec l'édition Kindle dans laquelle apparaissent à de très -trop- nombreuses reprises des tirets au milieu des mots (pas en bout de lignes, n'importe où). Une fois, c'est supportable, au bout de la troisième ça me sort du livre et au bout de la vingtième je me dis que le papier a encore de beaux jours devant lui!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 mai 2014
Mais... parce que c'était long et peut-être pour moi, romanesque et pas romanesque. Hum. Je m'explique. L'époque historique choisie par l'auteur est très intéressante, on y bascule du Moyen Âge à la Renaissance (première moitié du 15e siècle), et ma foi, j'y vois là comme les premières pierres de notre monde contemporain: le commerce, la richesse et son ouverture internationale. Les traversées, en galées, étaient encore risquées. J.C.Rufin insiste beaucoup sur le terme échanges dans la bouche de Jacques Coeur, son protagoniste. Son portrait le montre comme un rêveur, avec au départ, son rêve de l'Orient en tant qu'enfant, ses rêves de paix des peuples et de beauté plus tard. Il découvrira la beauté et la finesse dans l'art italien, à Florence (une épisode que j'ai bien aimée). L'autre portrait, celui du roi Charles VII, le dessine comme un homme, en apparence faible, mais dont le masque cache un véritable manipulateur. On y décrit aussi une cour dont les sujets dépendent de la grâce, puis de la disgrâce de ce roi, où règnent la jalousie et les coups bas. Jacques Coeur en deviendra victime. Mais cet homme jalousé pour sa réussite et sa prospérité, en se débarrassant de tous ces biens, retrouvera enfin sa liberté, et aussi sa mort.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
20 sur 23 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 24 avril 2012
Nous voici plongés à la toute fin du moyen âge, au moment où le monde bascule vers la Renaissance. Les hommes de guerre et les grands seigneurs perdent du pouvoir face aux sages "bourgeois", aux financiers et aux marchands. Jacques Coeur fut le plus grand parmi ceux-là!
L'Orient perd son "statut" de terre à conquérir pour devenir, une sorte de partenaire commercial. Nous assistons d'ailleurs à la lente l'élaboration d'une sorte de "multinationale médiévale".
Mais une chose demeure, le réseau d'intrigues autour du roi, le peu sympathique et inquiétant Charles VII qui une fois qu'ils ont tout donné pour lui se débarrasse de ceux qui l'ont construit: Jeanne d'Arc, Agnès Sorel et enfin Jacques Coeur.
Un roman qui nous apprend aussi beaucoup de choses et attise notre curiosité sur cette époque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 septembre 2012
Petite précision : il s'agissait de mon premier Ruffin... Conclusion : il m'a donné envie d'en lire d'autres. En effet, c'est un roman qui m'a maintenu en éveil aussi bien pour le récit d'aventure que pour le tableau historique et le monologue intérieur de Jacques Coeur. Cette période, transition entre le Moyen-age et la Renaissance, est passionnante, et elle est symbolisé dans le livre par le personnage de Jacques Coeur : modernisation de l'Etat, apparition d'une "proto-nation" France, explosion des échanges commerciaux et culturels en Europe, basculement de la politique étrangère de l'Angleterre vers l'Italie, etc...Et puis, la personnalité de Jacques Coeur, ses sentiments, ses emotions, sa sensibilité; sont certes romancés, mais ils servent si bien le récit que l'on peut bien pardonner à l'auteur d'avoir pris cette liberté vis-à-vis de l'Histoire. Par ailleurs, tous les événements sont excates, d'après la postface.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le Bon Dieu sans confession
Le Bon Dieu sans confession de Marilyse Trécourt
EUR 2,99

L'Abyssin
L'Abyssin de Jean-Christophe Rufin
EUR 9,49

Rouge Brésil. Tropique de France
Rouge Brésil. Tropique de France de Jean-Christophe Rufin
EUR 8,99