undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

14
3,2 sur 5 étoiles
Don Jon [Blu-ray]
Format: Blu-rayModifier
Prix:14,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
« Don Jon » est le premier long-métrage réalisé par Joseph Gordon-Levitt qui se met par ailleurs lui-même en scène dans le rôle-titre.

L'histoire est celle d'un jeune et séduisant, dragueur impénitent du samedi soir, qui a organisé sa vie sur des bases particulièrement artificielles : ses relations amoureuses se limitent au décompte du nombre de filles avec qui il parvient à sortir et aux notes que leur attribuent ses copains ; sa perception de la foi se résume aux décomptes des Notre Père et des Je vous salue Marie que lui inflige son confesseur et qu'il récite en effectuant sa musculation. Malgré sa sincérité et son envie d'être quelqu'un de bien, il ne trouve son unique véritable épanouissement que dans la consommation addictive de porno sur internet, dont il tente de faire un art de vivre aux codes millimétrés. Sur ces bases, le scénario de « Don Jon » du film rebondi sur deux rencontres qui semblent en mesure de changer la vie du héros : Barbara (Scarlet Johansson), une jeune fille apparemment parfaite qui entreprend de reprendre en main la vie de Jon et Esther (Julianne Moore) une femme meurtrie et plus âgée à qui il peut se confier.

Le film, apporte une réflexion assez fine sur un sujet très actuel. La réalisation de Joseph Gordon-Levitt est rythmée et plutôt inventive, sans non plus atteindre des sommets. Le scénario, quant à lui, peine un peu à s'élever mais parvient néanmoins, dans sa dernière partie à prendre une certaine hauteur. L'humour est également au rendez-vous d'une comédie dans l'aire du temps qui a le mérite de parler d'un sujet trop souvent caché sous le tapis. C'est grâce à cet humour que le propos du film est d'ailleurs efficacement audible. Du côté des acteurs, Julianne Moore est vraiment exceptionnelle et Scarlet Johansson est bien dans son personnage. « Don Jon » est en tout cas une première œuvre très encourageant pour Joseph Gordon-Levitt.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 août 2014
Un sujet intéressant et quasiment jamais abordé dans le monde du cinéma (enfin à ma connaissance), j'apprécie le fait qu'aucun personnage ne détienne dans cette histoire la "vérité absolue" sur la façon dont ont doit vivre sa vie.
Même Scarlett, qui parait au premier abord plus saine que le personnage incarné par Joseph Gordon Levitt, dévoile rapidement un bon paquet de névroses qui la rendent au final bien pire que notre accro au porno.

J'ai été un peu surpris par le parti pris d'enlaidir Scarlett via un maquillage digne d'un clown (il faut voir les tartines qu'elle a sur le visage pendant ses scènes, en particulier lorsqu'elle est au cinéma, mais finalement c'est raccord avec le personnage qu'elle incarne.
Le film m'a paru juste dans son traitement, il y a quelques clichés mais rien de dérangeant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 30 janvier 2015
Don Jon est un film court, léger, fun et décomplexé. Bien plus qu'une merveille sombre comme "Shameless" en tous les cas, là on est vraiment dans la comédie mais qui reste un peu indépendante, féroce. Et vraiment très drôle (dans ses dialogues et ses persos), qui sait appuyer là où ça coince pour les hommes ! Le duo vedette Scarjo/Gordon-Levitt est interessant (surtout cette dernière dans un rôle à contre-emploi) et une Julianne Moore parfaite en loup qui sort du bois. Le film est bien réalisé, montage nerveux et aucuns temps morts, bande-son communicative.
Les bonus n'ont aucuns intérêts, techniquement le blu-ray n'a franchement rien de transcendant, le dvd reste je pense suffisant.
Au final rien d'inoubliable mais très sympa, 80 minutes de détente à prendre comme telles !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Je n'étais pas très motivée pour acheter ce film car j'avais vu des commentaires pas très encourageants. Pour ma part, même si certains passages sont osées, je me suis amusée, et ça m'a fait rire. Et je pense qu'il faut prendre ce film au second degré. Et je trouve très intéressant l'interprétation de Scarlett Johansson. Je ne l'avais pas vu dans un tel rôle, et c'est sympa de la voir passer de Black Widow (Avengers, Iron Man 2) à cette fille bimbo, qui n'est pas ce qu'elle semble être. Méfiez-vous des apparences. Je le recommande!!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après avoir longtemps attendu le premier film de Joseph Gordon-Levitt, ce premier exercice est un épisode contraignant pour tout spectateur capable de livrer un avis sur le film. Car malgré une vivacité de tous les instants, Don Jon est un métrage bâtard, extrêmement inégal mais qui n’en reste pas moins sympathique le temps d’un instant.

Avec le pari osé de traiter de l’addiction au porno de manière décomplexée, aux antipodes du Shame de Steve McQueen, un étrange phénomène bouscule Don Jon. De son sujet de départ, qu’il traite autour d’un jeu cyclique, Joseph Gordon-Levitt tombe rapidement dans la nonchalance de son écriture, et plus particulièrement lorsqu’il parle de ses personnages. Outre la veine antipathique et misogyne de son héros qui devient davantage une chance pour le film de traiter avec un regard simplifié son thème et d’aligner les références au paysage télévisuel des années 80 (Tony Danza est excellent en père autoritaire), Don Jon sombre rapidement dans la caricature en oubliant les questions de l’apparence qu’il traitait avec brio dans sa première demi-heure. L’homme qu’est Jon était soumis à un jeu d’apparences qui lui permettait dans son exploration du porno de se libérer des femmes qu’il fréquentait, auxquelles il ne retirait aucun plaisir. Le porno était pour lui un moyen de se libérer, de se laisser à ses fantasmes. Le montage très énergique signé Lauren Zuckerman permet ainsi de faire la bascule entre l’époque que dépeint très brillamment le cinéaste et le rythme brûlant du film et de son héros. Jon vit une existence ancrée dans un quotidien banal et les plaisirs que lui provoquent le porno sont aux antipodes des croyances de sa famille. C’est dans son rapport familial et humain que le jeune metteur en scène parvient à faire mouche. Chacune des scènes autour de la table de la famille crée une folle drôlerie, tout en interrogeant les liens entre le père et le fils, un héritage que le premier veut adresser au second.

Or, quand le film s’adresse à un tout autre public, avare de comédies romantiques, le film semble changer de visage. De la tendre insolence du héros, de son caractère imbuvable, prend place de nouveaux enjeux qui ne rentrent plus dans la structure à l’origine fragile de Don Jon. A vouloir montrer la rédemption de son personnage en cassant un montage fait par ses répétitions, le film de Gordon-Levitt perd en légèreté, ce qu’il gagne en lourdeur dans sa tragédie. Enchaînant les thèmes du deuil et de la renaissance avec le personnage de Julianne Moore, insupportable dans sa posture de nouvelle actrice indé, Don Jon sombre peu à peu vers les tristes rivages d’un récit marqué par les erreurs de ses personnages et donc perd en plaisir immédiat. La rupture entre le spectateur et le film ne se fait donc pas d’un coup net mais il est vrai qu’une fois l’ennui installé par ses situations et que le film n’affiche plus ses ambitions et l’audace de son sujet, il est difficile de trouver le film maîtrisé. Excepté cela, Joseph Gordon-Levitt reste un acteur particulièrement fascinant devant la caméra, capable de déployer une large palette de sa figure comique comme dramatique. Scarlett Johansson, plutôt étonnante dans son rôle de mangeuse d’hommes autoritaire, hisse, à l’image de ses seconds rôles, le film vers le haut. Reste qu’après une heure et demie fait de hauts et de bas, Don Jon laisse un goût trop amer pour pouvoir consommer après la projection le grand plaisir provoqué par sa première partie.

Que penser concrètement de la première incursion de Joseph Gordon-Levitt ? Hormis des fragments d’analyse particulièrement plaisants, Don Jon ne fait que, malheureusement, traiter son sujet à la surface. Entre la comédie romantique bavarde et une chronique sur l’importance des apparences dans notre société réussie, le film de Joseph Gordon-Levitt ne trouve jamais un réel équilibre qui lui permettrait d’être le portrait saisissant de notre époque sur le sujet de l’addiction. Un échec assez cuisant, certes, mais un tout qui ne demeure pas pour autant désagréable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 25 avril 2014
C'est en effet la première incursion de Joseph Gordon Levitt derrère la caméra (outre les courts métrages). Il choisit un sujet léger: la masturbation associée à la pornographie dans un environnement familial traditionnel d'ascendance italienne.

Il fait un choix de maitre en sélectionnant un casting resserré sur deux actrices de premier rang, Julianne Moore et Scarlett Johansson. Film sans prétention mais réservé à un public adulte (il y a plusieurs flash sur des scènes plutot explicites), Don Jon est un carte de visite étonnante pour le prolifique acteur (qui tient également le label Hit Record et une chaine youtube tourné autour de la créativité collaborative).

La comédie prend la forme d'un vaudeville mignon avec son happy end rassurant. Une petite comédie américaine somme toute.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 février 2014
Jon Martello (Joseph Gordon-Levitt) aime l'entrainement physique, sa bagnole, son appart impeccable, draguer les filles, épater les potes et, par dessus tout, la masturbation en regardant du porno sur internet. Les problèmes commenceront quand il va rencontrer la femme idéale (Scarlett Johansson).

Le film aurait pu être glauque ou vulgaire, il en est rien. La réalisation de Gordon-Levitt est dynamique et l'humour est au rendez-vous, dans la mesure où on est pas allergique aux gags basés sur l'effet de répétition. Il ne faut pas avoir peur des clichés non plus, la famille italo-américaine de Martello ne pourrait pas être plus stéréotypée.

Par contre, j'ai moins aimé la dernière partie du film, où Martello rencontre une femme mure, campée par Julianne Moore. On change alors de ton et on nous amène alors vers une fin on ne peut plus prévisible.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 décembre 2014
En voyant Scarlett J. je m'attendais à un bon film, au bout de 30 minutes je me suis demandée ce que je faisais là. Ce film est débile, sans intérêt. je comprend pas autant de pub autour de ce film. 0/20
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 octobre 2014
DVD simple mais design. Livraison rapide et article bien protégé. Parfait ! J'ai déjà vu le film mais rien de tel que de l'avoir en DVD pour se replonger dedans ! : )
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 août 2014
Humm comment dire ? Pour les nanas ouvertes d'esprits et qui souhaitent matter JGL ou pour les mecs qui veulent matter pleins de nanas comme SJ : ok. Sinon pour ma part : juste ravie de revoir Tony Danza (Tony Micelli) en pleine forme. Sinon paser vite votre chemin !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Under the Skin [Blu-ray]
Under the Skin [Blu-ray] de Scarlett Johansson (Blu-ray - 2014)
EUR 20,00

Lovelace [Blu-ray]
Lovelace [Blu-ray] de Amanda Seyfried (Blu-ray - 2014)
EUR 21,37

Jeune & Jolie [Blu-ray]
Jeune & Jolie [Blu-ray] de Marine Vacth (Blu-ray - 2014)
EUR 9,99