undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles16
3,3 sur 5 étoiles
Format: Format KindleModifier
Prix:17,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Changer de modèle: quel beau programme pour notre pays. Comment ne pas être séduit par le titre de l'ouvrage? Les auteurs et les éditeurs ont trouvé une formule "vendeuse", susceptible d'attirer un grand nombre de lecteurs. Car c'est bien d'un changement de modèle dont notre pays a besoin pour sortir de sa léthargie et de son déclin.
Après avoir achevé la lecture de l'ouvrage, l'on est cependant un peu déçu. Certes, on y trouve quelques bonnes idées et sa lecture n'est pas inutile. Mais le livre n'est certainement pas à la hauteur des espérances que son titre laissait envisager.

Les défauts de l'ouvrage sont multiples.
Il reste trop au niveau des idées générales et au surplus des idées générales en macro-économie.
Celà signifie deux défauts: un manque de profondeur et de pragmatisme et une vision généralement réduite à la politique macro-économique sans proposition de changement de modèle global.

1. Le manque de profondeur et de pragmatisme

L'ouvrage reste au niveau des généralités. Il énonce ce qu'il faudrait faire selon ses auteurs, mais ne dit jamais comment le faire. Il y a dans ce livre une tendance générale au "nyaquisme", il n'y a qu'à, qui n'aboutit à rien. Que de rapports ont déjà préconisé en partie ce qui est proposé ici et n'ont rien donné. Pourquoi? Parce qu'il ne suffit pas d'énoncer ce qu'il faudrait faire mais il faut se demander comment le faire. Les auteurs proposent de supprimer les rentes, par exemple le numerus clusus de certaines professions. Ils ciblent pêle-mêle les taxis, les pharmaciens, les opticiens, etc. Mais énoncé ainsi, ce principe est voué à l'échec. Tous ces gens ont acheté le droit d'exercer leur profession, souvent en s'endettant. Il est irréaliste de proclamer qu'il n'y a qu'à supprimer leurs avantages du jour au lendemain. Il faut se demander comment rendre ces réformes possibles. Là-dessus, pas un mot. L'on est encore plus inquiet quand le livre va un peu dans le détail car souvent ce qu'il dit est techniquement faux. Prenons les rares exemples juridiques qui figurent dans l'ouvrage. Ils sont tous techniquement faux: la loi Hamon est saluée comme une panacée alors qu'il s'agit d'un texte pami les plus dirigistes qui ait été édicté depuis plusieurs années qui privilégie l'économie administrée au détriment de l'économie de marché; l'action de groupe est présentée comme une avancée formidable au bénéfice des consommateurs alors qu'une analyse juridique concrète montre qu'il s'agit d'une usine à gaz, de portée très limitée, totalement contraire d'ailleurs au principe de non-discrimination entre Européens (puisqu'elle est réservée aux associations françaises agréées par l'Etat) et organisée de façon totalement inefficiente, le contentieux étant dispersé entre 160 GI non spécialisés: en droit de la concurrence, l'empilement des décisions nécessaires à obtenir une décision définitive d'indemnisation sera compris entre 15 et 20 ans. On peut tout dire, sauf qu'il s'agira d'une procédure efficace. Autre erreur: on y parle du fichier des incidents de crédits alors qu'il ne fait pas partie du texte de la loi entré en vigueur puisque le Conseil constitutionnel l'a invalidé.

2. Des réflexions limitées à la politique économique macro-économique sans réflexion en profondeur sur les causes de la crise du modèle français

On annonce un changement de modèle, mais il s'agit seulement de leçons sur l'intérêt de l'économie de l'offre, avec de multiples compliments égrénés tout au long de l'ouvrage en faveur de la politique économique du gouvernement Hollande .
Mais changer de modèle implique d'avoir une vison beaucoup plus complète de la société. C'est un peu comme si avant la révolution de 1789, on s'était contenté de dire que pour passer de l'Ancien régime au nouveau, les réformes économiques de Turgot auraient été suffisantes.

Donc, au total, même si sa lecture n'est pas inutile, ce livre n'est pas à la hauteur des grandes espérances de son titre.
0Commentaire21 sur 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2014
Si la première partie de l'ouvrage, consacrée à la situation de notre pays, est très intéressante, avec des arguments bien présentés, documentés, par contre la suite, axée sur les remèdes à suivre pour sortir le pays de nos difficultés, est plus faible : il s'agit d'une longue litanie de réformes que tout le monde connaît depuis bien longtemps.
On attendait beaucoup mieux de cette équipe d'économistes.
0Commentaire6 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2014
...par opposition à la gauche populiste, autoritaire et conservatrice.

On connaît les politiques recommandées par la seconde : relance par la dépense publique, grands projets, hausse forcée des salaires, hausse de la fiscalité sur les entreprises, les entrepreneurs et les épargnants, emplois publics et aidés en tous genres, et éventuellement protectionnisme, contrôle des capitaux, euthanasie du rentier et aiguillage de l’épargne vers la dette publique et les investisseurs politiquement bien connectés. En attendant la pluie…

L’économie dirigée à la française aurait démontré son efficacité pendant les « trente glorieuses » : croissance, faible chômage, forte mobilité sociale, budget équilibré, etc.

Le titre du livre fait référence au fait que ceci est en réalité un mauvais modèle, qui a plus ou moins fonctionné dans des circonstances particulières, mais qui n’est pas adapté à la situation actuelle. Après la seconde guerre mondiale, la destruction massive de capital et le retard pris par l’économie française étaient tels qu’il suffisait d’accompagner la migration des emplois de l’agriculture vers l’industrie, copier les industries étrangères et reconstituer le stock de capital détruit par les deux conflits mondiaux. On ne pouvait pas se tromper. Comme l’économie chinoise après 1979.

Mais une fois sorti du rattrapage par imitation, il faut inventer de nouvelles activités : entreprendre, faire des essais et des erreurs, laisser les innovations remplacer les activités obsolètes, arrêter de subventionner les canards boiteux et les mastodontes publics. Tout ceci est nécessaire non seulement pour la croissance économique, mais aussi et surtout pour permettre aux jeunes et aux moins qualifiés d’entrer dans la vie active avec une éducation et des opportunités réelles, au lieu de leur bloquer l’entrée pour protéger les emplois existants.

Le livre énumère les réformes possibles, qui ont toutes fait leurs preuves dans d’autres pays. Les politiques qui les ont menées ont su saisir l’opportunité. Certains ont été récompensés par les électeurs, comme au Canada, et même ceux qui ont payé le prix de l’impopularité en perdant les élections comme Schröder laisseront une trace positive dans l’histoire de leur pays.

Le livre contient un peu trop de chiffres et de graphiques à mon goût (c'est pourquoi je ne mets pas 5 étoiles), mais au moins le lecteur est sûr de trouver la réponse à des questions telles que : comment se situe la France par rapport à d’autres pays en termes de dépenses publiques, de déficit, de chômage, d’égalité des chances, etc. C’est très complet. Il donne aussi une référence à l'aune de laquelle on peut évaluer les lacunes de la "vallsonomics" : rien sur le marché du travail, pas d'ouverture des professions réglementées, rien sur les retraites etc.

On pourra lire aussi "Le socialisme de l'excellence : Combattre les rentes et promouvoir les talents" de Jean-Marc Daniel.
0Commentaire21 sur 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mai 2014
La période de crise et de mutation que nous traversons me pousse à essayer de comprendre quels sont les mécanismes de cette crise. Ce livre m'a permis d'élucider certaines de mes questions mais pas autant que je l'aurais souhaité, car l'écriture reste assez technique pour un béotien comme moi.J'aurais apprécié un lexique explicatif en fin de livre.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre fait une analyse de la situation Française à partir de chiffres clairs montrant la dégradation depuis plus de 20 ans. Ensuite il propose des solutions en remettant en cause les solutions keynésiennes valables dans certaines circonstances (dépression suite à un krach) mais pas pour traiter un problème de fond. Les auteurs proposent leurs solutions et bien sur elles sont certainement discutables mais en tout cas les auteurs eux-mêmes les argumentent. Ce livre donne donc tous les éléments permettant de se faire une opinion.J'en profite pour dire que comparer ce livre avec "la dette depuis 5000 ans" de Graeber est absurde. Ce dernier que j'ai adoré et que je recommande aussi est un livre d'histoire écrit par un anthropologue (de plus anarchiste, ce qui n'enlève rien à son livre mais qu'il est bon que le lecteur sache) n'a strictement rien à voir avec "changer de modèle" On ne compare pas un livre d'histoire anthropologique avec un livre d'économie politique actuel.
Bien sur je ne discuterais pas de leurs solutions, je n'ai pas les compétences requises mais c'est pour moi un ouvrage de réfèrence
0Commentaire8 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 novembre 2015
Un livre qui passe très bien dans les disserts d'économies en prépa ECE, beaucoup de chiffres et d'exemples.
Attention à ne pas tout prendre pour parole d'évangile ;)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au regard du contexte morose, voire anxiogène, que nous traversons depuis trop longtemps, ce livre apporte une salutaire bouffée d'oxygène. Précis dans l'argumentation déployée, riche dans l'information mise en avant, précieux pour les exemples étrangers mobilisés, il offre déjà un incontestable plaisir de lecture. Selon moi, son principal message - qui n'apparaît pas vraiment dans les commentaires d'Amazon - est qu'en dépit de contraintes fortes, notamment induites par le cadre européen, il reste aux États suffisamment de degrés de liberté pour organiser une politique économique plus satisfaisante : plus efficace et plus équitable. En définitive, quoi que beaucoup d'éléments contraires puissent nous dissuader d'une telle idée, il resterait de la place pour le volontarisme politique. Et c'est sur cette base qu'une autre politique de l'éducation, une autre politique fiscale, une réforme de l'État, etc., sont suggérées, l'apport de références étrangères (Finlande, Allemagne, Suède...) servant à conforter l'argumentaire.
Pour autant, les transformations souhaitées forment-elles un nouveau modèle ? Les « nouvelles idées » - pour reprendre le sous-titre de l'ouvrage - développées dans l'ouvrage composent-elles un ensemble réellement original ? On peut en douter. Au fil de l'exposé, c'est bien le modèle libéral social qui est décrit ; un modèle libéral social, dans sa forme, disons, la plus « intelligente », et qui correspond bien, en définitive, au contenu de la Stratégie de Lisbonne : innovation, économie de la connaissance et avancées sociales. Précisément, on pourrait dire a contrario du titre du livre que le point de départ des auteurs et le principe auquel ils restent chevillés, du début à la fin, est de se situer dans le modèle existant ; leur intention : ne pas changer de modèle. La démarche est évidemment légitime : dans un cadre donné, il s'agit de définir et de proposer la mise en oeuvre des politiques économiques les plus pertinentes. Quant à l'absence d'une quelconque contestation du cadre en question (éventuelle remise en cause écologiste de l'économisme, critique de la mondialisation, critique du capitalisme, ou plus directement critique de l'euro et de l'européisme, etc.), c'est là une autre affaire qui aurait peut-être pu, cependant, mériter quelques pages de justification.
Pour finir, je m'arrêterai sur ce qui me semble être une singulière bizarrerie dans l'ouvrage. Pour illustrer l'idée de « dévaluation fiscale » - augmentation de la fiscalité sur les ménages et non sur les entreprises afin d'aider la compétitivité internationale de ces dernières - les auteurs recourent à Keynes prétendant le sortir d'une « interprétation simpliste et/ou dépassée » (p. 52). Ils reproduisent alors cette citation : « (...) les mêmes effets que ceux produits par une dévaluation de la livre sterling d'un certain pourcentage, peuvent être produits en combinant l'introduction d'un tarif sur les importations à celle d'une subvention sur les exportations (...) » (p. 57). Bizarre, en effet, que le choix de cette citation, car loin de vouloir défendre la compétitivité des entreprises et la liberté d'échange, Keynes s'inscrit plutôt ici dans une réelle veine protectionniste. On est en 1931 et deux ans plus tard, l'économiste anglais publiera « L'autosuffisance nationale ». En l'occurrence, un vrai changement de modèle !
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2015
livre fort intéressant qui m'a beaucoup plu
malgré le sujet assez facile à lire
beaucoup devraient s'en inspirer
j'ai appris plein de choses intéressantes
livre inspirant
et théories qui pourraient vraiment être appliquées pour restaurer la situation
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2014
Bien documenté, bien illustré. Beaucoup d'argumentaires, mais pas toujours très bien étayés. Mais on peut facilement retenir les idées forces qui sont déjà connues, comme le disent d'ailleurs, les auteurs.
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2014
Document clairement écrit qui contient une foule d'information en appui de la thèse des auteurs. Ouvrage de référence et de réflexion.
0Commentaire0 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,99 €