undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles29
4,5 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,76 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

PUT... QUELLE CLAQUE ! Ca y est, il leur a repoussé des génitoires, qu'on se le dise ! Après quelques errements qui auront le mérite de montrer qu'un groupe peut étirer son spectre musical de manière très large (avec plus ou moins de succès), LP nous balance une nouvelle facette de son talent, éructant avec une énergie folle les digestions assumées de son passé protéiforme. Rien à voir avec Hybrid Theory & Meteora, rien à voir avec leurs successeurs non plus. Mike Shinoda a présenté The Hunting Party comme un prequel à Hybrid Theory... Et vu le coté percutant de l'objet sonore, j'estime cela être une excellente définition. Tout le monde a poussé les potards à bloc et envoie du pâté GRAVE, comme disent les djeuns. Brad Delson a ressorti les grattes du placard et se venge des années poussiéreuses en envoyant des riffs monstrueux, des rythmiques diaboliques... Bref, il se lâche totalement. Et il n'est pas le seul : Rob Bourdon est également à la fête derrière ses fûts, martelant l'enfer sur terre dés les 1ères mesures d'un Keys to the Kingdom limite punk qui nous prend à la gorge ! Benington et Shinoda assurent les lyrics sur une vaste palette (rapisante juste ce qu'il faut), quant aux beats electro et autres spécificités de Mike S, là encore elles sont bien dosées.

La suite est du même tonneau, truffée en outre de savantes harmoniques guitares / piano, breaks et accélérations... RHHAAA, c'est jouissif ! On retrouve certes la marque de fabrique du groupe, mais les pistes sont totalement brouillées. Seul (l'excellent) Final Masquerade et éventuellement (le monstrueux) All for Nothing ne cassent pas les codes de réussite des hits imparables habituels de LP. Pour le reste, c'est de la nouveauté à tous les étages, qui demandera d'ailleurs un certain nombre d'écoutes pour être décemment apprivoisé. Daron Malakian (SOAD) vient même poser son talent sur le très bon Rebellion aux lyrics excellents. Seule petite déception : l'intervention de Tom Morello (que je vénère) sur l'instrumental Drawbar de 2mn30, aux allures de très bon démarrage de chanson... et qui meurt comme il est né ; donc je suis resté sur ma faim. Mais il faut dire que ce morceau est une jam enregistrée lors d'une visite du guitariste au studio de LP et la piste placée là en hommage à cette belle journée. C'est ce que j'appelle un violent retour gagnant : Linkin Park a frappé très fort sur ce coup-là !
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2014
Assez perplexe sur le niveau d'aggressivité de cet album.
On a bien compris, que l'heure était grave au niveau des comptes, et qu'il fallait se recentrer sur son coeur de cible si on ne voulait pas que le marché lucratif du teenager en colère ne s'échappe au profit des petits nouveaux qui frappent à la porte .

Bon moi j'appelle ca de la rage de salon. Ou de la rage marketing.

Les paroles sont assez ....light, on échappe au "what doesn't kill you..." (ah non c'était dans le single d'avant).
Alors oui c'est toujours sexy au niveau des mélodies et les invités forment un beau macaron sur la pochette. (Le plus étonnant étant Page Hamilton...mais qu'est ce qu'il vient f....là ! et Morello....bon là c'est une blague quand même non ?)

Quitte à tendre le baton, j'aimais beaucoup la période électro....au moins les mecs se faisaient plaisir. Quitte à s'aliener leur clientèle de base. Peut être qu'ils seront un jour réabilités ces albums maudits.

Là j'ai un gros doute. Tout cela sonne très fabriqué et très peu spontanné à mes oreilles. Agréable ....mais fabriqué.

"Greedy for the fame, TV or a name
Media, the game, to me your all the same
You're guilty"

Tout est dit.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2014
linkin park est de retour et ça fait du bien ! cette album marque encore un tournant dans leur évolution ! il est plus hard que les précédents je trouve ! on est quand loin des hybrid theory et meteora mais ça reste un très bon album ! mes titres préférés sont until its gone, all for nothing, wasteland ,mark the graves, final masquade et a line in the sand.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juin 2014
Un album EXCEPTIONNEL !
Très fidèle à l’univers habituel du groupe avec des morceaux mêlants métal, rap et hip hop, l'album se différencie aussi par de nouveaux sons plus radicalement "métal" apportés par le guitariste de System Of A Down et celui de Rage Against The Machine ainsi que quelques influences (volontaires ou non ?) de Muse. A retenir le sublime instrumental "Drawbar", et les tubes en puissance : "Guilty all the same", #"Wastelands", "Until it's gone", "Final Masquerade".
L'album est à écouter de toute urgence.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2014
J'avais déjà écris un premier commentaire, long et assez complet, mais à chaud. Grave erreur. Je me lance donc pour une seconde tentative.

Premièrement, les notes:

1 - Keys to the Kingdom: 9,5 / 10

-- En voilà une belle entrée en matière ! L'une des toutes meilleures chansons de l'album. Les cris de Chester (bien qu'ils puissent à première écoute effrayer les curieux qui auraient décidé de jeter une oreille par là) sont plus que jouissifs. Ce morceau dégage une grande énergie et remet les pendules à l'heure. Après une première partie déchaînée, le pont arrive à point nommé, laissant peu à peu place à un solo, pas forcément très élaboré mais qui s'intègre parfaitement et relance la machine pour un dernier tour de manège qui s'achève sur un feu d'artifice. Une bouffée d'air frais.
Mon ton est peut-être déraisonnablement élogieux mais il me semble vraiment que le groupe nous propose là l'un des meilleurs éléments de sa discographie. --

À noter le "I'm not allowed to say certain things" entre les deux morceaux (je ne suis pas autorisé à dire certaines choses) qui introduit le morceau suivant et fait pour moi partie des éléments clé pour intégrer et digérer cet album.

2 - All For Nothing (feat. Page Hamilton): 7 / 10

-- Comme le désirait Mike Shinoda, cette chanson semble tout droit sortie des années 1990. Tout y participe, le tempo, le jeu de Rob (le batteur), la façon de chanter et de rapper, la guitare évidemment, et même l'enregistrement. Ne connaissant pas Page Hamilton ni Helmet je ne peux faire de parallèle. Certains y trouveront leur compte, d'autres pas. C'est un saut dans le passé intéressant pour de jeunes fans (dont je fais partie) mais sorti à la-dite époque, il ne me semble pas que cela se serait forcément démarqué. Chacun se fera son avis.
Mention spéciale pour les paroles qui, je le pense, dénonce les instincts guerriers et les manipulations de nos chers amis les États-uniens. --

3 - Guilty All the Same (feat. Rakim): 8 / 10

-- C'est la chanson la plus proche du heavy metal à mon sens, et pour le coup elle se démarque facilement de toutes les autres, tant sur cet album que sur les autres. Je la trouve assez réussie ! Mais elle est un peu en marge. Rakim, inconnu dans nos contrés mais paraît-il vu comme une divinité outre-Atlantique, assure le couplet rappé en milieu/fin de chanson pour le prestige et renforce le côté heavy. --

4 - The Summoning --

5 - War: 7,5 / 10

-- Un style pour le moins inattendu. Le début de la chanson me fait penser à du Noir Désir énervé. Un style punk métal d'ado qui se défoule, d'ailleurs souligné par le voix sur-aigüe de Chester au tout début. J'aime beaucoup le cri final, il me fait penser à quelques fameux concerts (comme Live in Texas ou Rock am Ring 2004). Pour le reste, c'est une parenthèse ultra-violente un peu à la façon de Victimized sur Living Things. Pourquoi pas. --

6 - Wastelands: 6,5 / 10

-- Bonne chanson, mais à laquelle il manque un peu de profondeur. Je trouve la voix de Chester poussive, et c'est dommage. C'est du lourd oui, mais... pour résumer, je ne serais pas devenu fan de LP avec cela. Mais certains adorent, d'ailleurs au moment de ce commentaire, c'est la deuxième chanson avec le meilleur ratio "j'aime"/"je n'aime pas" sur Youtube parmi les cinq singles alors.. --

7 - Until it's Gone: 7,5 /10

-- J'ai du mal à ne pas voir cette chanson autrement que comme un single promotionnel. Cela dit, elle n'est pas mauvaise. Il y a un peu de Numb dedans. Et l'émotion qui manque sur certains titres revient un peu. Peut-être qu'en ayant moins trafiqué la voix de Chester, cela serait passé encore mieux. --

8 - Rebellion (feat. Daron Malakian): 9 / 10

-- Un VRAI coup de cœur ! Voilà un morceau sur lequel la touche LP est présente et bien présente ! J'adore cette chanson pour diverse raisons. D'abord la ligne de guitare est inédite, dure mais extra, je ne connais pas bien System of a Down donc je ne peux pas non plus faire de comparaison mais quel apport en tout cas ! D'autre part, les petits effets électroniques, caractéristiques du style LP selon moi, sont présents, mais mieux intégrés que dans Wastelands par exemple. Enfin, le chant et les paroles ne souffrent aucune imperfection. Mike assure vraiment, et transmet beaucoup d'émotion, notamment après le pont (cela me fait penser à la deuxième partie de Blackout). Chester tout autant, et lorsque leur deux voix sont mêlées, c'est vraiment, vraiment, allez un peu de légèreté, KIFFANT ! Quant aux paroles, superbes: "We are the fortunate ones / Who've never faced oppression's gun / We are the fortunate ones / Imitations of Rebellion", comment mieux cristalliser (ce n'est qu'une interprétation) notre condition d'occidentaux pourris gâtés, enfermés dans nos schémas, mais pourtant malheureux et incapables de se rebeller tant notre environnement et les hommes de l'ombre nous contrôle ? Bref. Une réussite.

9 - Mark the Graves: 8,5 / 10

-- Voilà une chanson plus que déroutante. D'un ton plutôt mélancolique lorsque Chester commence à chanter. On peut dire qu'ils sont sortis du schéma de toutes leurs premières chansons (couplet/refrain/couplet/refrain/pont/refrain). On s'y perdrait. Cela dit j'aime beaucoup. --

10 - Drawbard (feat. Tom Morello): -- / 10

-- Au début je trouvais cette interlude étrange, inutile, presque ratée. Avec le temps j'ai appris à l'apprécier. Elle fait office de pause avant un dernier sursaut (mais quel sursaut). --

11 - Final Masquerade: 8.5 / 10

-- Un pur produit LP. Certainement le morceau le plus doux (tout est relatif). C'est l'une des rares de l'album à avoir une dimension intime plutôt que collective. Pas de gros riff endiablé ici, juste la voix de Chester et une ligne de guitare modérée. --

12 - A Line In The Sand: 10 / 10

-- Ou comment finir en beauté. Cette chanson ne mérite probablement pas la note parfaite car elle ne l'est pas, mais j'ai voulu souligné son audace. Elle fluctue sans cesse tout en gardant sa consistance. C'est aussi la chanson la plus sombre de l'album, ici l'espoir n'a plus sa place, on se bat à mort, et de toute façon notre sort est scellé. Les paroles sont parmi les meilleures jamais écrites par le groupe. --

Décidément, ce groupe ne finira jamais de m'impressionner. Mais reprenons plutôt depuis le commencement:
Linkin Park n'est pas un groupe de rock conventionnel. C'est l'étendard d'un rock unique, un rock hybride, évolutif et fluctuant, qui ne se laisse plus enfermer dans aucun schéma (que j'enrage quand j'entends parler de "musique commerciale", rien n'est moins commercial que de sortir un "A Thousand Suns" quand "Hybrid Theory" a dépassé les 20 millions d'exemplaires). Linkin Park c'est un groupe qui jadis a distillé une improbable touche de pop / hip hop dans un métal claudiquant et en manque de ses idoles passées pour démocratiser (avec d'autres groupes toutefois, à un degré moindre) le nu-metal comme personne! Le rock hybride à la sauce LP c'est un rock qui a su malgré les tentations grandir plutôt que de s'embourber dans une rage adolescente certes exaltante mais aux horizons restreints, avec "Minutes to Midnight" dans un premier temps. Puis qui s'est affiné à l'extrême jusqu'à en perdre son identité avec "A Thousand Suns". Mais comprenez-moi bien, comme chez tout être, comme dans toute évolution, qui dit perte d'identité dit reconstruction, d'une autre nouvelle, inédite, unique. C'est à mon sens le point d'exaltation maximale du talent des six gars de Linkin Park et surtout, c'est vrai, du génie de Mike. "A Thousand Suns" a beaucoup divisé, mais indépendamment des avis, il faut se rappeler que certains critiques l'ont comparé à "Kid A" et "The Dark Side of the Moon", soit les pièces majeures de l'Histoire du rock expérimental. Ce n'est pas rien. Je ne reviendrai pas sur "Living Things", difficile successeur d'un chef-d’œuvre artistique, et peut-être un peu en deçà de celui-ci, et encore. Voilà ce qu'est le rock hybride et évolutif de Linkin Park, celui qui déchaîne les passions et polarise les gens entre hystérie et détestation.

Et aujourd'hui vient s'ajouter une nouvelle pierre à l'édifice hors du commun que ces gars ont bâti. On les croyait incapables d'aligner un riff digne de ce nom après A Thousand Suns, perdus dans les méandres de l'électro/dubstep après Living Things et Recharged, et voilà que la petite bande débarque avec son plus violent opus à ce jour.

Certains décrivent The Hunting Party comme un retour aux sources. Mais ce me semble être tout le contraire ! Que reste-t-il d'Hybrid Theory ? La structure des chansons, très basique à l'époque et on peut le comprendre, a tout à fait changé et laisse place à des morceaux dans tous les sens tels "Mark the Graves" et "A Line in the Sand"; les riffs sont bien plus variés et d'une manière générale le jeu de guitare est infiniment plus technique; le jeu de batterie de Rob a considérablement évolué.

Les paroles n'ont plus rien à voir. Certes, HT a réussi la petite prouesse de puiser dans les troubles adolescents des paroles relativement "durables" (comprendre: qui puissent continuer à parler à chacun au delà de cette période de l'adolescence). Mais le tout reste très ego-centré.
Ici, le groupe aborde, parfois directement, souvent sous formes de métaphores diverses, le thème de la guerre, des médias et de la manipulation par les élites, de la futilité de nos actes et de notre existence, du combat à Mort que se livre dans l'ombre le bien et le mal pour l'avenir de l'Humanité. Surenchère ? Extrapolation ? Je ne pense pas. A Thousand Suns avait déjà prouvé une capacité à l'introspection et à la compréhension des sous-phénomènes qui régissent la vie intime et collective des Hommes.

Du côté des points négatifs: pas facile... L'album est violent, lourd, et je l'écouterais certainement moins qu'un autre avant de m'endormir. Mais ce n'est pas une critique à proprement parler. L'émotion pure, un point fort du groupe, est moins présente. Un traitement intellectuel est nécessaire, d'où cette "lourdeur" que je citais plus haut.

Pour conclure ce long monologue: le groupe a dit et répété qu'ils souhaitaient que cet album réveille notre instinct carnivore, qu'ils voulaient donner un bon coup de pied dans la fourmilière et faire réagir un public somnolant, anesthésié par le conformisme/consumérisme (et autres) existentiel et donc musical qui règne actuellement (en Occident). D'aucuns diront qu'il s'agit d'un argument publicitaire pour assurer leur promotion. Peut-être. Mais l'album dit le contraire (et leur disparition progressive des médias mainstream également). Dans tous les cas, je pense tristement que c'est peine perdu et qu'il est probable que cet album ne s'écoute et ne s'apprécie qu'entre initiés. Mais il faut garder espoir.
Quoiqu'il en soit, un très bon album, agressif et sensé, de la part d'un groupe mature et intelligent. Il serait difficile d'affirmer que c'est le meilleur, mais il contient indubitablement certaines des meilleures chansons de leur discographie (à commencer par Keys to the Kingdom et A Line in the Sand).
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
14 ans plus tard linkin park a retrouvé de son ame.

Rob à la batterie a enfin appris le double coup de grosse caisse. C'est un véritable plaisir que de retrouver les hurlements de Chester Bennington. On trouve sur le channel youtube de Rocksound une interview de Chester dévoilant une partie du process d'écrire: le groupe a voulu garder sa facilité mélodique et s'est forcé à un défi technique. Défi salvateur après 14 ans; franchement, il était temps.

et ça s'entend.

Varié (carrément punk par moment et de nouveau indescriptible), sans compromis cette offrande efface les errements impardonnables que le groupe s'est permis depuis hybrid theory. Devenus une figure majeure du rock, les californiens promettent des lives épiques.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2014
Que dire, à part qu'il tourne en boucle depuis le jour de sa sortie, et leur dernier album qui tournait en boucle était météora. Même si j'ai apprécié leurs derniers albums (moins que Météora, mais bon...), celui-ci est un vrai retour aux sources, avec le retour de la bonne gratte de guitare qui manquait tant dans leurs derniers albums. Même si il a son style à lui qui le différencie d'Hybrid Theory et de Météora, c'est dans la continuité de ces 2 albums mais sans faire un copier-coller. À écouter au moins une fois pour se faire son propre avis. Un gros coup de cœur !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2014
Les sons sont peu différents sur certains titres mais encore une fois je ne suis pas déçue .
Franchement j'aime !!!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juillet 2014
Après des albums pop et electro, LP signe un nouvel opus 100% Metal !
La voix de Chester et son chant ont vraiment changé ses 4 dernières années.
On regrette un peu l'abscence de Mike,mais les Featurings et une ou deux chansons en sa présence sont vraiment top.
J'ai redécouvert Linkin Park.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2014
Très bon envoi, très rapide, Cd neuf, comme indiqué ds l' intitulé!!! Merci!!!*

Par contre un peu déçu de ce nouvel opus!!!
A écouter plusieurs fois avant de commencer finalement par aimer leurs nouvelles compositions
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
6,99 €
6,99 €