• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les grandes mystification... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Les grandes mystifications de l'histoire Broché – 4 avril 2014

3.7 étoiles sur 5 6 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 16,95
EUR 16,95 EUR 10,98
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,20

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Les grandes mystifications de l'histoire
  • +
  • Les grands mensonges de l'histoire
  • +
  • La face cachée des Etats-Unis : Les dossiers secrets de monsieur X
Prix total: EUR 42,90
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Le 14 juillet n'est pas celui qu'on croit

Une fête nationale doit être en principe un moment privilégié qui rassemble les citoyens dans la célébration de leur patrie. Une manifestation d'unité. Or, paradoxalement, rien n'a plus divisé les Français de la IIIe République que le choix du 14 juillet. C'est même si vrai que le 14 juillet retenu n'est pas celui qu'on croit. En réalité, même si tout le monde s'y trompe, ce jour de fête nationale ne célèbre pas l'anniversaire de la prise de la Bastille mais celui de la fête de la Fédération qui s'est déroulée le 14 juillet 1790. Un artifice, sans doute, mais le choix de cette date symbolique n'a été obtenu qu'en usant de ce stratagème de substitution !

La IIIe République est proclamée le 4 septembre 1870. Mais rares sont ceux qui s'autorisent à lui prédire un long avenir. Trois jours plus tôt, Napoléon III a été fait prisonnier par l'armée allemande avec cent mille soldats. Et bientôt Paris va subir un cruel et interminable siège. Malgré la présence de l'occupant sur le sol national, les Français sont appelés à voter en février 1871. L'Assemblée législative qui sort de ce scrutin est rien moins que républicaine. On y compte quatre cents monarchistes, trente bonapartistes et seulement deux cents partisans de la République. Une nouvelle Restauration royaliste semble donc quasi inévitable. D'autant que la parenthèse de la Commune de Paris effraie les conservateurs. Adolphe Thiers, «chef du pouvoir exécutif de la République française», a beau les rassurer en massacrant et déportant les révolutionnaires, la menace perdure. Le salut vient des royalistes eux-mêmes : ne sachant à quel roi (légitimiste ou orléaniste) se vouer, ils offrent un sursis à la République. D'autant que l'homme qui succède à Thiers à la tête de l'État, le maréchal Mac-Mahon, ne dissimule pas ses convictions monarchistes.
Mais, déjà, dans les cercles républicains de gauche, on brandit le 14 juillet comme un étendard. Les Jules (Favre et Ferry), mais surtout Léon Gambetta, sont les apôtres de cette initiative visant à faire de l'anniversaire de la prise de la Bastille une fête nationale. La grande voix de Victor Hugo, rentré d'exil, leur fait écho.
Gambetta, vibrant orateur, prononce un discours éloquent le 14 juillet 1872 à La Ferté-sous-Jouarre : «Les journées les plus décisives de la Révolution française sont contenues, sont impliquées dans ce premier fait qui les enveloppe : le 14 juillet 1789. Et voilà pourquoi aussi c'est la vraie date révolutionnaire, celle qui a fait tressaillir la France !»
Dans l'autre camp, l'idée inquiète. Le 10 juillet 1872, avant d'être démis, Thiers envoie une circulaire confidentielle aux préfets : «Il est probable que les anniversaires des 14 et 15 juillet serviront de prétexte à des réunions et banquets politiques. Ces manifestations risquent de plus d'en provoquer d'autres opposées et de créer des désordres, (...) Exigez en toute occasion la stricte observance des lois et le maintien du calme nécessaire au pays.»
Cependant, même chez les républicains sincères, la proposition fait débat. D'autres dates pourraient s'imposer : les journées révolutionnaires de juillet 1830, par exemple. Ou encore le 4 mai (proclamation de la IIe République en 1848. Et pourquoi pas le 20 juin 1789 (le serment du Jeu de paume), le 20 septembre 1792 (Valmy), le 4 août 1789 (l'abolition des privilèges) ou le 10 août 1792 (la suspension de Louis XVI) ? Provocateur, Henri de Rochefort propose même le 21 janvier 1793 (l'exécution du roi).

Présentation de l'éditeur

Si l’on en croit Homère, la première mystification historique est sans doute due à Ulysse qui, grâce à son célèbre cheval, a pu introduire dans Troie ses guerriers. Mais l’Histoire pullule d’autres manœuvres d’intoxication. Le président Johnson a par exemple inventé une prétendue attaque contre un navire américain pour justifier ses bombardements sur le Nord-Viêt-Nam. Les Nazis ont incendié le Reichstag pour mieux accuser les Juifs. L’existence même de Jeanne d’Arc ne résulte-t-elle pas d’une manipulation destinée à redonner confiance au malheureux Charles VII ? Quant aux glorieux « Taxis de la Marne », ils n’ont servi à transporter sur la Marne que quelques poignées de soldats. Potemkine, favori et amant de la Grande Catherine de Russie, a-t-il vraiment fait construire de toutes pièces des villages-fantômes pour complaire à sa souveraine ?… Et Roland, héros de la fameuse chanson a-t-il vraiment existé ? Et que penser de tous ces inventeurs, Edison, Bich, Franklin, etc. qui se sont appropriés la découverte d’autres chercheurs ? Ont-ils mystifié leurs contemporains ? Il faut aussi évoquer Churchill, de Gaulle, Mao, qui ont usé de machiavéliques mensonges pour conquérir le cœur de leurs compatriotes ou pour conforter leur pouvoir… Même les héros authentiques ont leur part d’ombre : Gagarine, le premier homme à affronter l’espace, n’a jamais été filmé en vol. Et son exploit a ensuite été reproduit en studio. Pour la plus grande gloire de l’URSS !

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Commentaires en ligne

3.7 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Ludwig Jean Sébastien TOP 100 COMMENTATEURS le 15 août 2014
Format: Broché
La fête du 14 juillet ne célèbre pas la prise de La Bastille de 1789, mais le souvenir de la fête de la Fédération de 1790... Une vaste opération d'intoxication menée par les services secrets britanniques est à l'origine de la folle escapade de Rudolf Hess en mai 1941... De jeune Tunisiennes auraient été enrôlées pour accomplir un djihad sexuel auprès des islamistes en Syrie. Info ou intox ?... Depuis 2003, personne n'a encore trouvé trace des armes de destruction massive stockées en Irak par Saddam Hussein... Jeanne d'Arc n'a jamais été bergère et n'a jamais gardé de moutons... Roland, le neveu de Charlemagne a sans doute été tué par des Vascons (Basques) et non par des Sarrazins et peut-être ailleurs qu'au col de Roncevaux... Le masque de fer n'aurait été qu'un valet coupable de l'empoisonnement de son maître et non le frère jumeau de Louis XIV... Les soldats transportés par les taxis de la Marne n'ont été pour rien dans la victoire du même nom... Guillaume Tell n'a jamais existé. Benjamin Franklin n'a pas inventé le paratonnerre pas plus qu'Edison la lampe à incandescence ni le baron Bich le stylo à bille...
Tels sont quelques-unes des révélations de ce livre qui prend l'Histoire par le petit bout de la lorgnette, celui des aménagements, des mythes, des idées reçues, des forgeries et autres mystifications enseignés aux écoliers. Au total, 38 faits ou évènements qui ne furent pas exactement ce qu'on en a raconté pour toutes sortes de raisons dont celle de la propagande politique n'est pas la moindre.
Lire la suite ›
1 commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
On ne retrouve pas le plaisir radiophonique des histoires de l'Histoire. L'écriture est ennuyeuse et les mystères tout relatifs. Dommage.
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Très bon rappel de la façon dont on écrit l'histoire pour la mémoire des descendants ou comment on la manipule pour paraitre plus véridique.
Une vision romanesque de l'histoire de France n'est pas pour me déplaire, j'adore lire des romans qu'ils soient historiques ou autres.
C'est beaucoup plus agréable que la vérité toute nue.
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?