Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Code de l'expropriation pour cause d'utilité publique commenté et annoté : Edition 2008 (ancienne édition) [Broché]

René Hostiou


Voir les offres de ces vendeurs.


Il y a une édition plus récente de cet article:
Code de l'expropriation 2014 Code de l'expropriation 2014
EUR 57,00
En stock.

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez toutes les nouveautés à -5% et livrées gratuitement.

Description de l'ouvrage

3 janvier 2008 Codes bleus
Code de l'expropriation

11e édition à jour au 19 octobre 2007


La procédure d'expropriation autorise la puissance publique à acquérir, indépendamment du consentement de leur propriétaire et moyennant le paiement d'une indemnité qui doit être «juste et préalable», les biens immobiliers indispensables à la réalisation de divers objectifs.
À travers le Code de l'expropriation, ce sont les relations, par essence conflictuelles, entre le droit de propriété, «inviolable et sacré», et les exigences propres à l'action publique, qui sont ici directement évoquées.
Touchant à la fois au droit de l'urbanisme et de l'aménagement, au droit des biens, au droit rural, au droit de l'environnement, au droit du contentieux administratif et judiciaire, cet ouvrage s'adresse aux administrations de l'État ainsi qu'aux collectivités locales, aux juridictions administratives et judiciaires, aux professionnels du droit et, de manière générale, à tous ceux qui s'intéressent aux questions foncières et immobilières.

Champ couvert

Cet ouvrage recouvre l'ensemble des sources du droit de l'expropriation. Outre le Code de l'expropriation pour cause d'utilité publique, on y retrouvera différents textes (lois, décrets, circulaires) ainsi que les références aux données jurisprudentielles (Conseil constitutionnel, Conseil d'État, Cour de cassation, Cour européenne des droits de l'homme) indispensables à la compréhension et à l'interprétation de ce droit.

René Hostiou, agrégé des facultés de droit. Professeur émérite de l'université de Nantes.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

CHAPITRE III. - FIXATION ET PAIEMENT DES INDEMNITÉS

Section l. - Juridiction de l'expropriation

Art. L. 13-1 (Ord. 23 oct. 1958). - Les indemnités sont fixées, à défaut d'accord amiable, par un juge de l'expropriation désigné, pour chaque département, parmi les magistrats du siège appartenant à un tribunal de grande instance.

Voir aussi : C. expr., art. R. 134 à R. 13-4.

Fixation judiciaire de l'indemnité. Juge de l'expropriation. À défaut d'accord amiable, l'indemnité d'expropriation est fixée par le juge de l'expropriation {sur la nature législative de ces dispositions, v. Cons. const-, 9 févr. 1965 : JO 23 mars 1965, p. 2312 ; D. 1967, jurispr. p. 405, note L. Hamon). Les voies de recours contre la décision rendue par ce dernier sont l'appel devant la chambre des expropriations de la cour d'appel et le pourvoi en cassation devant la troisième chambre civile de la Cour de cassation (cf. G. Deville et L. Cobert, Le contrôle de h Cour de cassation sur les pouvoirs du juge de l'expropriation, Rapp. C. cass. pour 1996, p, 101).
Le juge de l'expropriation, chargé de rendre l'ordonnance d'expropriation et, à défaut d'accord amiable, de déterminer le montant de l'indemnisation, est un juge unique. Le Parlement avait décidé, par la loi du 26 juillet 1962 modifiant l'article 12 de l'ordonnance du 23 octobre 1958, de remplacer le juge foncier mis en place en 1958 par une chambre de l'expropriation composée d'un magistrat président, d'un fonctionnaire et d'un propriétaire. Le gouvernement n'avait toutefois jamais publié le décret d'application de ce texte et la loi du 10 juillet 1965 créant le juge de l'expropriation est revenue au système prévu par l'ordonnance de 1958. On notera cependant d'une part, que les pressions en faveur d'un retour à une commission collégiale ne semblent pas avoir disparu (v. en ce sens la proposition de loi n° 1246, 2e session 1978-1979, art. 20; Rép. min. : JOAN, 15 mars 1982, p. 1104 ; AJPI 1982. p. 700) et, d'autre part, qu'aux termes des dispositions de l'article 31 du décret du 5 novembre 1936, l'indemnité est fixée, dans les établissements français d'Océanie, par une commission arbitrale d'évaluation (CE, 27 avr. 1994, M. et Mme Richard Brotherson : RFD adm. 1994. n° 3, p. 626).

Biographie de l'auteur

René Hostiou, agrégé des facultés de droit. Professeur émérite de l'université de Nantes.

Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Commentaires en ligne 

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles
ARRAY(0xa7d39054)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?