La malfaçon: Monnaie européenne et souveraineté démocratique et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 20,50
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 11 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La malfaçon, monna... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La malfaçon, monnaie européenne et souveraineté démocratique Broché – 26 mars 2014


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 20,50
EUR 20,50 EUR 18,45

livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La malfaçon, monnaie européenne et souveraineté démocratique + Capitalisme, désir et servitude + La société des affects : Pour un structuralisme des passions
Prix pour les trois: EUR 54,70

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Frédéric Lordon est économiste. Directeur de recherche au CNRS et membre du fameux collectif " les économistes atterrés ", ses travaux visent à rapprocher les sciences économiques de la sociologie. Auteur de nombreux best-sellers, dont D'un retournement l'autre , ou La Société des affects. Pour un structuralisme des passions au Seuil.



Détails sur le produit

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : LES LIENS QUI LIBERENT EDITIONS (26 mars 2014)
  • Collection : LIENS QUI LIBER
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1020900937
  • ASIN: B00F4MSGR8
  • Dimensions du produit: 22 x 2 x 14,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 3.674 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 8 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par cprevost le 18 janvier 2015
Format: Broché Achat vérifié
La lecture de « La malfaçon », avant toutes choses, nous fait énormément de bien. Notre force de désir, notre envie d'agir s'en trouvent étonnamment décuplées. Ordinairement, nos rencontres avec les économistes sont absolument décourageantes. Frédéric Lordon génère avec cet ouvrage un affect joyeux, l'envie de faire quelque chose. A force de recherche, d'intelligence, de courage, de didactisme, livre après livre, l'auteur rend inévidentes nos évidences les plus quotidiennes. Il défixe nos désirs habituels «d'avoir quantité d'choses qui nous donnent envie d'autre chose ». Il fait de nous, «foule sentimentale», des hommes non sous l'emprise de la passion triste de la consommation et du renoncement mais conduit par la raison, la volonté de comprendre et d'avancer. « Admiration... ».

Il est question avec «La malfaçon» de la nature de la dette, de l'Europe et de relance de la croissance car d'elle dépend dans l'immédiat la survie des individus les plus modestes.

On ne parle que de remboursement de la dette et de diminution concomitante des dépenses sociales. De 2007 à 2012, celle de la France est passée de 68,2 à 90,2% du PIB. Celle assignable à la seule finance était de 16,4% du PIB (soit 624 milliards d'Euros). Naturellement, cette dette paie les dégâts de la finance, pas la retraite généralisée à 40 ans ou la consommation frénétique de médicaments.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Diogène le 22 avril 2014
Format: Broché
Ce livre de Frédéric Lordon est salutaire, à l'heure où le Front de Gauche et la gauche critique se refuse toujours à assumer la rupture avec la monnaie unique. Les problèmes de l'euro sont moins analysés sous l'angle de l'économie que du point de vue politique. L'économiste part de l'idée que la monnaie unique a consisté dès le départ à neutraliser la souveraineté des Etats, en excluant les politiques économiques du champ démocratique. Constatant l'impasse du fédéralisme, (obstination monétaire allemande, absence d'un peuple européen, primat des sentiments nationaux), Frédéric Lordon estime que l'alternative aux politiques néolibérales ne peut passer que par une sortie de l'euro et un retour aux politiques économiques nationales. La retour à la souveraineté nationale est la condition nécessaire pour que les peuples européens restent maîtres de leur destin. Avec ce livre, Frédéric Lordon s'attaque surtout à l'internationalisme abstrait d'une partie de la gauche radicale et rejoint des auteurs comme Jacques Sapir, Emmanuel Todd, François Rufin ou Aurélien Bernier, qui s'efforcent de réconcilier la gauche avec l'idée de nation, mais dans une perspective internationaliste.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Paluel Marmont TOP 500 COMMENTATEURS le 18 mai 2014
Format: Broché
4ème de couverture: "L'européisme est devenu le pire ennemi de l'Europe. Ne voulant plus que "l'Europe" intransitivement, c'est-à-dire sans le moindre égard pour ses contenus concrets, prêt s'il le faut à martyriser des peuples entiers, il est devenu une obstination aveugle. Au-delà de ses pires désastres économiques, sa tare congénitale est politique: le déni absolu de toute expression des souverainetés populaires. (...) L'urgence, politique et économique, commande donc de réexaminer de près la sortie de l'euro."

Menée avec le brio qu'exige la défense d'une position a priori paradoxale - et Dieu sait si la doxa est envahissante - la démonstration de F. Lordon allie la précision des analyses techniques et un sens aigu de la formule percutante, conviction et persuasion se liguant pour tenter d"emporter l'adhésion du lecteur.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Louise le 17 avril 2014
Format: Broché
Enfin un livre qui apporte un peu d'oxygène au débat politique et qui traite de la seule question qui mérite d’être posée : comment se fait-il que depuis 20 ans la zone euro soit en pleine crise économique et qu'aucune mesure ne soit prise pour enrayer cette pente pernicieuse.
L'analyse d'une rare acuité de F. Lordon sur la situation actuelle qui non seulement démonte les ressorts de la paralysie européenne mais démontre combien depuis deux décennies, notre continent - verrouillé par une série de traités - à abandonner toute notion de souveraineté et donc de démocratie.
Un livre qui nous pousse à penser différemment...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?