Le monde selon Monsanto et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 9 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le monde selon Monsanto a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par Allies80
État: D'occasion: Bon
Commentaire: intérieur en bon état
Amazon rachète votre
article EUR 4,54 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Le monde selon Monsanto Broché – 12 mars 2009


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 13,00
EUR 13,00 EUR 8,00

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le monde selon Monsanto + Le livre noir de l'agriculture
Prix pour les deux : EUR 19,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l'une des entreprises les plus controversées de l'histoire industrielle. Depuis sa création en 1901, la firme a accumulé les procès en raison de la toxicité de ses produits (PCB, " agent orange " ou hormones de croissance bovine et laitière), mais elle se présente aujourd'hui comme une entreprise des " sciences de la vie ", convertie aux vertus du développement durable. Grâce à la commercialisation de semences transgéniques, elle prétend vouloir faire reculer les limites des écosystèmes pour le bien de l'humanité. Qu'en est-il exactement ? S'appuyant sur des documents inédits, des témoignages de victimes, de scientifiques ou d'hommes politiques, ce livre reconstitue la genèse d'un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l'administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu le premier semencier du monde. Et il révèle notamment le rôle joué par Monsanto dans le formidable tour de passe-passe qui a permis l'extension planétaire des cultures OGM sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine.

Biographie de l'auteur

Née en 1960, Marie-Monique Robin est lauréate du Prix Albert-Londres (1995). Journaliste et réalisatrice, elle a réalisé de nombreux documentaires, couronnés par une dizaine de prix internationaux, et reportages tournés en Amérique latine, Afrique, Europe et Asie. Elle est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Voleurs d'organes, enquête sur un trafic(Bayard), Les 100 photos du siècle (Le Chêne/Taschen) et Le sixième sens, science et paranormal (Le Chêne). À La Découverte, elle a déjà publié : Escadrons de la mort, l'école française (2004, 2008) et L'École du soupçon (2006)


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 4,54
Vendez Le monde selon Monsanto contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 4,54, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 385 pages
  • Editeur : La Découverte (12 mars 2009)
  • Collection : Essais documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2707157031
  • ISBN-13: 978-2707157034
  • Dimensions du produit: 19 x 1,8 x 12,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (45 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 60.998 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice, est lauréate du Prix Albert-Londres (1995). Elle a réalisé de nombreux documentaires - couronnés par une trentaine de prix internationaux - et reportages tournés en Amérique latine, Afrique, Europe et Asie.
Elle est aussi l'auteure de plusieurs ouvrages, dont Voleurs d'organes, enquête sur un trafic (Bayard), Les 100 photos du siècle (Le Chêne/Taschen) et Le Sixième Sens, science et paranormal (Le Chêne). À La Découverte, elle a déjà publié : Escadrons de la mort, l'école française (2004, 2008), L'École du soupçon (2006) et, en coédition avec Arte-Éditions, le best-seller Le Monde selon Monsanto (2008, 2009).
Photo couleur Arte ©

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

22 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile  Par MayIGiveAnOpinion le 16 novembre 2008
Format: Broché
Ce livre m'a permis d'avoir un panorama plus complet des faits sur les OGM, et sur l'entreprise Monsanto en particulier.
Il est le fruit de quatre années d'enquêtes et voyages a travers la planète, pour recueillir des témoignages, trouver des documents et personnages clés. Je l'ai "dévoré" en moins d'une semaine.

J'ai été sidéré par cette entreprise qui perd toute humanité au profit de la seule recherche de gains financiers. On y montre tous les moyens agressifs utilisés pour cela, avec entre autres des pressions sur les scientifiques et de nombreuses études falsifiées, dont les données brutes sont rarement disponibles sous prétexte du secret commercial.

La liste de toutes les souffrances causées par les produits Monsanto est quelque fois difficile à lire. Quid des OGM et de leurs risques, si l'entreprise a été déjà capable de faire tout cela ?

C'est un livre courageux au regard de toutes les représailles dont Monsanto est capable, et nécessaire pour continuer à répandre les informations sur cette compagnie, et les dangers des OGM qui devraient être étudiés par des gens n'ayant pas d'intérêts commerciaux.

Pour éviter aussi que les agriculteurs européens ne se retrouvent quasiment "vassalisés" comme des paysans du moyen âge, comme certains de leurs homologues américains.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Sylvain le 16 mars 2009
Format: Broché
Un livre à lire absolument. L'utilisation des OGMs en tant que culture commerciale et aliment de masse est totalement injustifiable. Les OGMs doivent rester un sujet de recherche, leur culture doit être rigoureusement encadrée et leur dissémination prévenue. Comment, à moins d'être foncièrement malhonnête, le nier?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
72 internautes sur 76 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lavigne Delville Philippe le 28 mai 2008
Format: Broché
Je suis agronome, travaillant en coopération pour le développement agricole des pays du Sud. Tous ceux qui, ayant un peu de culture biologique et agronomique, suivent cette question des OGM connaissent depuis longtemps les ravages de l'excès de pesticides et les énormes problèmes de contamination des espèces (cultivées, et parfois sauvages) liés aux OGM. Ils connaissent les problèmes de résistance, savent le danger de l'uniformisation génétique, et que des variétés adaptées à des écosystèmes variés ne peuvent être mises au point que sur place. Ils savent depuis 7 ou 8 ans que le gène de résistance aux herbicides introduit dans le colza passent dans les crucifères sauvages et que la contamination génétique est prouvée de longue date, ils savent (articles du Monde de 2003) que les firmes OGM préparent du gazon de golf résistant aux herbicides et que c'est monstrueux (comment imaginer que ça ne passe pas dans les mauvaises herbes voisines... qui sont les mêmes espèces!); ils savent les dégâts causés en Inde et au Paraguay. Sur ces aspects, l'enquête de Marie Monique Robin n'apporte pas grand chose de neuf, mais elle l'explique très bien à un public plus large, ce qui est essentiel.
Là où l'apport est encore plus essentiel, c'est dans la démonstration implacable des mécanismes pour imposer les OGM, les fraudes scientifiques avérées, la manipulation de l'information.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
39 internautes sur 42 ont trouvé ce commentaire utile  Par Luc B. TOP 500 COMMENTATEURS le 2 octobre 2008
Format: Broché
Enquête à charge, effectivement. Peut-on en vouloir à cette journaliste, puisque tel était son sujet de reportage ? Pour se défendre, Monsanto possède une frappe de tir 1000 fois plus puissante, lobbying inclus, je ne me fais aucun souci pour eux !

Sans doute que les OGM permettent de cultiver des plantes plus facilement, en économisant eau et pesticide... Et peut ainsi aider des pays en voie de développement. Ca c'est l'argument classique. De même qu'il y aura toujours des financiers pour croire que le capitalisme effréné génère moins de pauvre... Sans doute n'a-t-on pas encore pu mesurer les effets à long terme des OGM sur les autres organismes. Mais rares sont les labos indépendants qui peuvent se permettre de telles recherches.

Mais le problème de Monsanto se situe aussi dans l'appropriation de la nature, la transformation d'une molécule, le brevetage de cette molécule transformée, qui devient du jour au lendemain propriété de l'entreprise. Il y a 100 ans, il ne serait venu à l'idée de personne de dire que les haricots verts appartiennent à un tel. Le champs oui, mais les haricots en général, non. Et bien aujourd'hui, avec l'appropriation du vivant, Monsanto peut dire : le maïs m'appartient. Donc désormais, il faudra payer, ou j'en interdis la culture. Mais c'est du maïs ??? Non, c'est la molécule n° 879522507, et elle est à moi !
Lire la suite ›
7 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?