Le plein emploi de soi-même et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 6,32

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Le plein emploi de soi-même sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Le plein emploi de soi-même [Broché]

Bernard Zekri , Michel-antoine Burnier
3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
Prix : EUR 19,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le vendredi 29 août ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 12,99  
Broché EUR 19,00  

Description de l'ouvrage

10 octobre 2013 RECIT
C’est l’histoire du mec qui a importé le rap en France. Né en Algérie, Zekri abandonne ses études pour devenir un libraire fauché et rebelle à Dijon. De passage aux États-Unis, il rencontre un groupe de musique et produit, par miracle, le disque en France. Peu après, il s’installe à New York où il devient l’un des personnages de la nuit. Là, il rencontre le hip-hop, et la musique qui l’accompagne, le rap, connaît Madonna, Basquiat et bien d’autres avant leur célébrité. Avec un culot monstre, accompagné d’Afrika Bambaataa et sa Zulu Nation, il organise la première tournée de rap en Europe et ça marche. Il devient un important producteur de rap avec le label culte Celluloïd. Dans ce livre, il met en scène une aventure, avec ses périls, ses bagarres et ses découvertes, les boîtes du Bronx, les nouveaux peintres, une vie incroyable dans un New York qui change tous les jours. Il nous raconte la naissance et la gloire du dernier grand courant musical et artistique américain qui a envahi le monde.

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Avenue Matignon, dans le 8e arrondissement de Paris, j'ai garé ma Twingo rouge et cabossée devant le Market, une cantine de chasseurs de tête qui ressemble à une banque. Moi, ce jour-là, j'étais plutôt chassé.
Il pleuvait. Ma chemise, achetée 10 euros sur Internet, prenait l'eau : quand elle est mouillée, une chemise bon marché tourne vite au Sopalin froissé. Je cours sur le trottoir désert sans regarder ces immenses vitrines si chic qu'elles en sont presque vides. Il n'y a que des banques et des galeries. La secrétaire de Matthieu Pigasse, directeur de la banque Lazard, m'a donné rendez-vous : vingt heures tapantes au coin de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. Pigasse, toujours en décalage horaire, arrivera en retard.
Aujourd'hui, les aventuriers modernes, ce ne sont plus les reporters, les globe-trotters, les détectives, mais les banquiers.
Lima, Buenos Aires, Shanghai, Athènes, New York, la grande distribution, le tourisme, l'audiovisuel, le football, Pigasse se promène partout, touche à tout, deale, vend et achète. Il est grand, beau, il a quarante-quatre ans, de l'argent et il aime séduire. Pour dernière passion, sur les traces d'un de ses maîtres banquiers qui possédait le New York Magazine, il a découvert la presse. En 2009, il a acheté Les Inrockuptibles, hebdomadaire de musique, de culture et de moeurs, arbitre d'une élégance d'avant-garde mais déficitaire et plus révéré que lu.
C'est mon patron. Il m'avait convaincu de le suivre et engagé comme directeur de la rédaction. Il voyait déjà Les Inrocks en news culturel et jeune qui eût concurrencé le Nouvel Observateur. Avec l'équipe, nous avons presque doublé les ventes, de 30 000 à 55 000 exemplaires. Faute de relance et d'embauchés, nous plafonnons. Désormais, Pigasse m'ignore : en douze mois, je ne l'ai vu qu'une demi-heure.
C'était déjà à l'hôtel Bristol, sous l'ancien régime, un petit déjeuner avec son copain David Kessler, devenu depuis conseiller du président Hollande, et Louis Dreyfus, devenu président du directoire et directeur de la publication du Monde. Dans la douceur de septembre, nous avions évoqué Les Inrocks qui perdaient toujours de l'argent, la politique qui allait mal et la Grèce qui plongeait. Puis chacun avait rangé son Blackberry comme cela se fait dans le western moderne. Nous avions prévu de nous revoir la semaine suivante. De là, il a disparu.
Où était passé le play-boy qui me faisait écouter le dernier tube ramené d'Argentine et encore ignoré des branchés français ou me débusquait en riant un dimanche soir au journal où, solitaire, je bouclais l'éditorial ?
Dix mois plus tard, ce 12 juillet 2012, après quinze mails infructueux, je l'attends enfin au bar du même Bristol. Je commande un verre de condrieu à 28 euros. Pigasse n'est pas là. Le toujours jeune Arno Klarsfeld, avec sa mèche et son jean déchiré de faux rebelle, traverse le hall au bras d'une ravissante. Je me sens moyen avec ma chemise grande surface. Je me redresse afin qu'elle me boudiné moins.
Voici enfin mon patron de banquier : pressé, impeccable dans son costume Dior, le smartphone collé à l'oreille. Il reste à l'écart de ma table : il termine sa conversation, sans doute son dernier deal de la journée.
J'avais depuis trois mois la tête farcie de rumeurs : après Le Monde, le Huffington Post et la chaîne teVous, Pigasse rachète Libération, Pigasse veut transformer Les Inrocks en supplément de Libé, Pigasse va nommer deux nouveaux directeurs à l'hebdomadaire, Pigasse veut me virer, Pigasse veut me garder, Pigasse veut me caser ailleurs, Pigasse va fermer le journal, Pigasse va investir à nouveau... La rédaction s'angoissait. Je savais tout et rien.

Un mot de l'auteur

Transmettre, laisser la place aux générations qui suivent, leur donner leur chance, la chance de devenir, à leur tour, un jour, des passeurs.

Bernard Zekri

Détails sur le produit

  • Broché: 200 pages
  • Editeur : KERO (10 octobre 2013)
  • Collection : RECIT
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2366580614
  • ISBN-13: 978-2366580617
  • Dimensions du produit: 24 x 15,4 x 2,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 242.046 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne 

5 étoiles
0
4 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
3.0 étoiles sur 5
3.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
3.0 étoiles sur 5 sacre parcours 14 février 2014
Format:Broché|Achat vérifié
j'aime n'est pas le terme adéquate, mais cela m'a plu de connaître le parcours de cet ado que j'ai bien connu et qui n'a pas failli
toute une époque!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?