Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Éblouissant - 4,5 étoiles, 24 novembre 2011
Par 
Lady Lama (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Daughter of Smoke & Bone (Relié)
"Daughter of Smoke and Bone" est un fantasy jeunesse comme on en lit trop peu: très original, avec des personnages captivants, une intrigue mystérieuse et rythmée, une écriture remarquable.

L'intrigue se décompose en trois parties:
- La mise en place de la situation : une splendeur qui vaut bien 6 étoiles
- La rencontre : classique, un généreux 4 étoiles au plus
- L'Autre : un 4 étoiles pour quelque chose de solide à défaut de renversant (j'aurais préféré quelque chose de plus métaphysique)

"Daughter of Smoke and Bone", c'est Karou, 18 ans, étudiante en arts plastiques aux cheveux bleus électriques, aux tatouages innombrables et à la beauté étrange et indéfinissable. Et pour une fois, un livre anglo-saxon ne situe pas l'action aux USA ou en Angleterre. Non, Karou a choisi de s'établir à Prague la romantique, dont l'écrivain arrive très bien à décrire le charme(et ses limites avec les touristes dans tous les coins, comme Paris).

Pour ses camarades et pour sa seule amie, la marionnettiste Zuzanna, Karou est un mystère insondable. On ne lui connaît pas de famille, elle ne parle pas d'un quelconque passé et personne ne sait ce qu'elle va faire quand subitement elle doit s'eclipser pour " une course". Dotée d'une imagination renversante, elle dessine dans ses carnets des croquis de chimères invraisemblables et terrifiantes, telle une femme serpent à la beauté aussi érotique que répugnante.

Mais voilà, Karou n'a pas tant d'imagination que cela. Elle dessine la réalité. D'aussi loin qu'elle s'en souvienne, elle a toujours été élevée dans un magasin étrange, rempli de dents de toutes sortes (plus l'animal est rare ou plus les dents humaines sont saines et mieux c'est), par quatre créatures chimères. Jusqu'à son adolescence, elle n'est jamais sortie. Puis elle a été autorisée à franchir une des deux portes du magasin et a découvert le monde des humains. Jusque là elle n'en voyait que les échos deformés par les pires trafiquants venus dans le magasin vendre des dents. Brimstone, le propriétaire du magasin, une terrifiante et imposante chimère, leur achète des dents bien spéciales contre des vœux (des plus simples comme avoir les cheveux bleus aux plus complexes comme pouvoir voler dans le ciel à volonté). Karou n'a jamais réussi à savoir ce que Brimstone faisait des dents, ni pourquoi lui même ne faisait jamais de vœux et ne lui en accordait que de tous petits par parcimonie, encore moins où menait la mystérieuse seconde porte.

Un jour, un événement va bouleverser sa vie jusque là bien rangée, quoique bohème. Envoyée par Brimstone récupérer d'énièmes dents via la porte magique donnant sur la Terre, sur des pays très différents, elle va tomber sur un être d'une beauté terrifiante et habité d'une rage paraissant inextinguible. Cette rencontre va marquer le début de la reconstruction de Karou, et la fin de mon enchantement (le mot est pesé) en tant que lectrice. Le reste est en effet de la fantasy jeunesse certes très bien réalisée, mais beaucoup plus fade, et qui me fait craindre un peu pour les tomes à venir.

Néanmoins, ce roman se détache fortement de la production actuelle. Je regrette de ne pas l'avoir lu vingt ans plus tôt, il brode une magnifique métaphore sur le malaise de l'adolescence (Karou et ses rébellions, Karou et son sentiment de ne pas "appartenir" au monde...) et sur l'evolution physique subie/choisie à cette époque (via les chimères et leurs choix/non choix). L'auteur, bien qu'utilisant en couple d'amoureux des personnages à la beauté inhumaine, n'hésite pas non plus à en montrer les limites, via le premier petit ami de Karou, un beau dadais mettant toute son énergie et son intelligence à se regarder sans cesse sous le meilleur profil et absorbé par sa petite amie qui lui offre un reflet de sa propre beauté.

Le roman est plein de poésie, de dépaysement. Il est intelligent, surprenant, et propose quelques personnages remarquables. Bref, c'est un roman très recommandable, que j'ai déjà envie de relire pour savourer, à la lueur du mystère devoilé, une nouvelle fois cette sublime première partie.

(lu en anglais)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Daughter of smoke and bones, 16 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Daughter of Smoke and Bone (Daughter of Smoke and Bone Trilogy 1) (Broché)
J'ai connu cet auteur et ce livre car j'en ai eu connaissance en cours d'anglais. livre neuf ,parfait état livré très rapidement malgré les deux jours fériés. Couverture attrayante, livre passionnant. je regrette cependant de n'avoir pas commandé le livre relié qui possède des cartes. j'attends avec impatience le volume II déjà commandé sur Amazone.fr mais malheureusement disponible que fin août. pour ceux qui aiment le fantastique, c'est génial
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Dépasse les limitations de son genre d'origine : Romance Fantasy orientée jeunesse, 18 novembre 2011
Par 
Kallisthène (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Daughter of Smoke & Bone (Relié)
Je suis sur le point d'abandonner définitivement la lecture de toute l'urban fantasy romanesque et/ou jeunesse qui déferle sur le monde libre. La liberté d'origine finissant hélas souvent par se muer en recettes de cuisine copiées par d'innombrables imitateurs.
Il me restait cependant ce livre, lourdement promu outre-atlantique et qui, bien entendu, vient contredire au moins partiellement ce que je viens de dire (surtout éviter des dire des généralités à l'avenir, elles sont forcément fausses !).

Ce qui m'a le plus bluffé au début, c'est la qualité de la langue associée à des personnages vivants et uniques. Écoutez donc:
« It seemed like just another Monday, innocent but for its essential Mondayness, not to mention its Januaryness. It was cold, and it was dark -- in the dead of winter the sun didn't rise until eight -- but it was also lovely. The falling snow and the early hour conspired to paint Prague ghostly, like a tintype photograph, all silver and haze. »

ou la description légère de l'héroïne, Karou :
« Karou was, simply, lovely. Creamy and leggy, with long azure hair and the eyes of a silent-movie star, she moved like a poem and smiled like a sphinx. »

Karou est une jeune fille de 17 ans très excentrique, au cheveux toujours bleus, vivant à Prague et y faisant des études d'art plastique. Armée d'un carnet de croquis, elle croque tout ce qui lui passe devant les yeux de telle façon que même ses professeurs aiment à s'y pencher régulièrement.
Il faut dire que Karou invente des créatures imaginaires avec un réalisme incroyable. Mais Karou a un Gros Secret, Oh un de ces Secrets dont tous les adolescents ont rêvé et qui vous rendront supérieurs à vos pairs mais avec des obligations, hum ?

Hé non, certes les secrets de Karou ont des effets secondaires importants, comme la possession de nombreux petits 'vœux' qui lui permettent une forme limitée de miracles, comme de posséder des cheveux naturellement bleus ou d'élargir démesurément les sourcils d'une rivale.

Le Vrai Secret de Karou (attention futur lecteur, ne t'aventure pas plus loin!), le secret donc de Karou est qu'elle n'a pour toute famille qu'une brochette de Monstres, dépareillés qui plus est. Seule Karou vit dans le monde des Hommes, l'endroit où elle a grandi, et celui où vivent ce qu'on appelle les Chimères ou les Démons, peut se trouver derrière n'importe quelle porte, une fois que la Femme-serpent Issa l'a ouverte.
On rentre alors dans cette endroit sombre et poussiéreux où le mystérieux Brimstone, immense démon cornu aux yeux d'or de crocodile compte et recompte puis classe sans fin les dents, animales ou humaines, que lui apportent des personnages peu recommandables des quatre coins de la planète.

Karou ne sait pas à quoi servent ces dents, Karou ne peut parler de sa famille, elle ne peut que les dessiner et prétendre à une extraordinaire imagination.
Karou est donc bien seule, d'autant plus qu'être son ami(e) revient à se résoudre à ne jamais vraiment la connaître. Pourtant l'auteur parvient à faire exister une belle histoire d'amitié avec une autre étudiante. Quelques scènes très amusantes faisant intervenir un ex-petit copain ultra-collant sont elles aussi très bien réalisées.

Une première partie remarquable donc mais qui en terme de récit se borne à mettre en place la scène avant le drame. Car drame il y a, bien entendu, il implique la rencontre avec un être surnaturel en train de brûler tous les portails de Brimstone et sa rencontre avec Karou dans la ville de Marrakech. C'est hélas là que se noue la différence fondamentale entre une Fantasy et une Romance Fantasy (ou inversement), dans l'attention et le soin apporté à l'univers « autre » créé.

De ce point de vue, finalement extérieur au genre, ce livre est donc beaucoup trop léger, l'explication de l'usage des dents est incohérente avec l'origine invoquée de la magie (la douleur, intéressant ça), l'univers alternatif que Kakou finit par visiter manque singulièrement de subtilité ainsi que le conflit dans lequel elle sera plus impliquée que prévu.

Et alors que les personnages humains sont délicatement décris, les « bêtes » ou les « anges » n'ont droit qu'à des caricatures, même le comportement de Brimstone est étrange, ainsi que celui d'Akiva, le coup de foudre de Kakou, et encore une fois l'amour est confondu avec le désir pour la plastique sans faille du magnifique et ténébreux Akiva. ...
Mais en raison de ses originalités, ce livre devrait faire un carton dans son genre d'origine.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Daughter of Smoke & Bone
Daughter of Smoke & Bone de Laini Taylor (Broché - 5 juin 2012)
EUR 10,16
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit