Commentaires en ligne 


5 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent !
J'ai acheté ce livre car je l'avais vu sélectionné par plusieurs prix de SF (Hugo, Nebula...). La partie SF est en fait très light mais c'est un roman sublime que je conseille vivement. L'écriture est originale et l'histoire merveilleuse et drôle. Notre monde vu par un autiste parait complètement retors, illogique et...
Publié le 11 mars 2005 par Kara

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une perspective précise et émouvante hélas assortie d'une histoire très fade : 3* et demie
-
Le point fort de cette histoire est Lou, un autiste de 35 ans, bien intégré dans une société d'un futur proche.
Le récit alterne son point de vue (à la première personne du singulier) et celui du narrateur, d'une manière fluide et agréable.
La perception intérieure d'une personne...
Publié le 1 février 2012 par Guinea Pig


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent !, 11 mars 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Speed of Dark (Broché)
J'ai acheté ce livre car je l'avais vu sélectionné par plusieurs prix de SF (Hugo, Nebula...). La partie SF est en fait très light mais c'est un roman sublime que je conseille vivement. L'écriture est originale et l'histoire merveilleuse et drôle. Notre monde vu par un autiste parait complètement retors, illogique et compliqué à souhait. Ce livre nous donne une magistrale leçon de tolérance mais aussi une vraie bouffée de bonheur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un éclatant roman sur le droit à la différence, 16 octobre 2011
Par 
Lady Lama (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Speed of Dark (Poche)
"The Speed of Dark" est un livre de SF passionnant que j'ai dévoré en une très grosse matinée.

D'abord, la SF est très subtile et d'autant plus crédible. On sait qu'on est dans le futur, avec quelques siècles d'avance. Mais sinon ni les structures politiques, économiques, religieuses ou sociétales ne semblent avoir bougé. Les personnages continuent de se déplacer en voiture et ont les mêmes loisirs que maintenant. Ce n'est que par petites allusions dans le domaine médical qu'on comprend qu'il y a eu évolution...

Surtout, c'est un roman sur l'homme, qui après tout aurait sa place dans d'autres genres littéraires. Le héros, Lou, est un génie des mathématiques employé dans une gigantesque multinationale. Lou aime aller manger une pizza le midi avec ses collègues, aller à ses séances d'escrime le mercredi, acheter ses légumes le jeudi soir, laver son linge le vendredi soir, sa voiture le samedi, aller à l'église le dimanche. C'est un homme à la vie très organisée. Lou a quelques très bons amis (Tom et Lucia en particulier), et Lou regarde avec les yeux de Chimène la jolie Marjory, qui fait de l'escrime avec lui, et qui le regarde aussi beaucoup. Ah... et Lou est autiste.

L'Etat incite les entreprises, via des incitations fiscales, à intégrer les handicapés, dont les autistes, dans leurs employés. Et les génies comme Lou sont très recherchés. Pensez, ils s'immergent dans leur travail toute la journée sans partager aucune interaction sociale. En plus ils font du bon travail, les ordinateurs ne sont pas encore à la hauteur de leur intellect et de leur créativité.

Dans ce "Speed of Dark" (beau titre bien exploité), on va suivre la vie de Lou en entreprise, où un nouveau chef détestable (le frère de la madame Mangin de Princesse Sarah) ne rêve que se débarasser d'eux, ou du moins de les rendre "normaux" via un traitement expérimental, bon gré mal gré. Et on va aussi suivre Lou dans sa vie quotidienne. Du coup, quand Lou, au pied du mur, doit choisir entre le fait de rester différent ou de devenir potentiellement quelqu'un de "normal", on comprend mieux ce choix déchirant (pour nous) et ce qu'il peut perdre et gagner de chaque côté.

C'est un roman splendide, rédigé par un auteur qui semble profondément aimer le genre humain. Chaque personnage est subtil, ni trop bon (même si parfois... mais çà fait du bien), ni trop mauvais (les deux mauvais principaux le sont tellement qu'ils deviennent des personnages repoussoirs et quasi abstraits). Ainsi le chef direct de Lou, Aldrin, est un mélange de compassion maladroite, de gentillesse dissimulée, de certitudes stéréotypées et de lâcheté certaine (mais face à la même situation, aurions-nous fait mieux?).

La conclusion est particulière, ambiguë et parfaitement réussie (je n'ai toujours pas réussi à me dire si je suis d'accord avec le choix fait ou pas...).

C'est un roman que je conseille à tout public, jeune ou vieux, féminin ou masculin, lecteur de SF ou pas (vue sa touche très très légère).

(lu en anglais)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une perspective précise et émouvante hélas assortie d'une histoire très fade : 3* et demie, 1 février 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Speed of Dark: A Novel (Format Kindle)
-
Le point fort de cette histoire est Lou, un autiste de 35 ans, bien intégré dans une société d'un futur proche.
Le récit alterne son point de vue (à la première personne du singulier) et celui du narrateur, d'une manière fluide et agréable.
La perception intérieure d'une personne différente est exceptionnellement bien rendue. Les efforts faits par Lou pour interagir comme il faut avec les "normaux" sont très touchants, mettant en relief les défauts de l'humanité d'une façon pas toujours très flatteuse pour le lecteur.
Au récit d'un quotidien se mêlent de fréquentes digressions sur la perception du monde par Lou, en particulier la musique, l'escrime et la science, mais aussi toutes les petites choses du monde qui nous entourent. Ces petites touches sont les bienvenues, même si j'imagine qu'elles pourraient aisément lasser certains lecteurs. Il y a en effet une redondance marquée qui, même si elle ne gêne pas vraiment la lecture, m'a paru le plus souvent inutile. Peut-être est-ce lié au talent de l'auteur pour nous faire comprendre son personnage dès les premières pages ? Moins de répétitions m'auraient rendu cette histoire bien plus poignante, bien plus intense.

Le côté SF est quasiment inexistant et ne doit pas être un moteur de lecture de ce livre. Pour les besoins du récit l'auteur plante quelques avancées scientifiques (existence de stations spatiales, traitements neurologiques avancés, thérapeutique coûteuse et donc encore rare contre le vieillissement) mais l'ambiance du livre évoque les années 80. Aucun développement alléchant n'est proposé, ce n'est pas le but de cette histoire. Ainsi les détails d'anticipation servent-ils les besoins de la cause, mais ne sont jamais repris dans un cadre plus général pour nous faire rêver.

Bien que la lecture de ce livre ait été aisée, j'ai trouvé très faible la structure du récit banale et plate - pas du tout à la hauteur du personnage et du travail effectué pour nous le rendre familier et attachant malgré ses différences. L'intrigue est sans intérêt et floue, le côté social est linéaire et répétitif, et la fin est... compréhensible dans le contexte mais clichée à mes yeux.

Sachant que l'auteur a écrit ce livre alors que son enfant souffrait lui-même d'autisme est un facteur important de sympathie et d'intérêt. On comprend bien comment elle a pu rêver d'un monde où les progrès de la science ont réussi à atténuer l'autisme, permettant même à certains des autistes (les variantes dans les degrés de ce trouble ne sont pas éludés, mais au contraire fréquemment évoqués) de mener une vie normale - ou du moins une vie parmi les "normaux". Cette histoire sera peut-être l'occasion pour certains de réfléchir à l'injustice de la notion de normalité, à la faiblesse humaine face aux handicaps, qui provoquent le rejet ou peut-être encore pire - l'évitement. En ce qui me concerne j'ai déjà lu de nombreux livres abordant le sujet d'une manière ou d'une autre, et parfois aussi émouvante qu'ici, même si c'était alors dans un cadre moins faste, voire même très discret, comme dans une romance sans prétention.

Un beau témoignage, mais une histoire qui se laissera aisément oublier...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un excellent roman, 17 mars 2011
Par 
Jean-loup Sabatier - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Speed of Dark (Poche)
Un roman qui a pour héros un autiste de haut niveau. Il travaille pour une multinationale au sein d'une équipe d'autres autistes matheux dans la conception de nouveaux algorithmes et la recherche de 'patterns' dans des données expérimentales médicales et pharmaceutiques. Ce département tente de développer de nouveaux algorithmes sous une nouvelle approche, du fait de la structure neurologique particulière des autistes-matheux, de leurs aptitudes et de leurs handicaps propres.

Ce roman donne une vision décapante du monde vu par les yeux d'un autiste, qui toujours dépasse les faux-semblants et échappe au folklore ambiant pour voir les faits de la manière la plus factuelle qui soit (distinguant par exemple les "leaders naturels" auto-proclamés de son entreprise pour les (***censuré***) qu'ils sont.

Le pitch du roman, est le suivant: il arrive un traitement (nanotech / rétrovirus + traitements médicamenteux) qui pourrait transformer des autistes adultes en "normaux", et l'entreprise exerce de fortes pressions pour qu'ils suivent ce traitement, pour des raisons visiblement pas très claires (raisons d'images? mise au point de ce traitement expérimental sur des cobailles gratuits? En tous cas ça n'est pas très clair... Et la suite de l'intrigue montrera que la motivation est peut être même encore plus trouble qu'elle n'en a l'air).

Le problème, du point du vue du héros, c'est qu'être autiste ça n'est pas seulement un handicap, c'est sa personnalité, c'est (entre autres) sa structure neurologique particulière qui fait qu'il aime ce qu'il aime et qu'il pense ce qu'il pense, et c'est même à cause de (ou grâce à) son syndrome qu'il est très performant dans le travail qui est le sien et qu'il aime faire. Alors, doit-il s'intégrer à tout prix dans une société "normale" en tant que sujet "normal"? Faut il sortir de sa place à part pour être accepté comme pair par des gens et accomplir les mêmes gestes apparemment absurdes et autres rituels inutiles que ses amis normaux? Le prix pourrait en être sa personnalité, son amour pour la musique de Bach et de Schubert (ou en tous cas une transformation de la perception de la musique qu'il aime tant), et plus généralement un changement de perception de toutes les choses qu'il aime faire et des raisons pour lesquelles il aime les faire...

L'écriture d'Elizabeth Moon est agréable et facile à lire, le héros est méthodique, lent, logique, un peu obsessionnel, il avance doucement mais constamment. Les persos centraux sont très bien vu. L'auteuse est très bien renseignée sur les "high functionning autistic disorders" et les "autistes de haut niveau" (i.e. avec le langage), elle décrit très bien les difficultés sur certaines choses de la vie quotidienne, les choses qu'il déteste et pourquoi, ou ce qui l'ennerve et pourquoi, les routines et rituels qu'il entreprend et quel est leur rôle, ou ce qu'il remarque en priorité et qui le fascine et comment et pourquoi il peut s'y absorber pendant des heures. Bref, l'auteuse est très bien renseignée. Elle fait bien sentir le filtre de perception différent qui s'intercale entre la réalité et le héros: là où notre attention serait attirée en priorité sur des visages humains ou des voix humaines ; le filtre de perception du héros traitera en priorité les couleurs, les nombres, les répétitions, les motifs, et les détails. L'attention du personnage principal et ses intérêts sont atypique. C'est souvent un motif de la moquette ou un alignement formé par tels ou tels objets qui sera remarqués en premier par les personnages principaux alors que la voix humaine est perçue comme un simple bruit parmi d'autre sauf si il se concentrent dessus et essaient de décoder les mots, et les visages humains ne sont que des formes parmi d'autres pas très faciles à reconnaître, et surtout pas de loin...

Ce roman me rappelle la réussite de Mark Haddon dans The Curious Incident of the Dog in the Night-time en faisant d'un personnage central autiste une personne crédible et étoffée. (Le roman de Mark Haddon n'est pas de la SF, c'est juste un adolescent Asperger qui découvre des secrets familiaux). Son monde est un futur proche pas très différent du notre mais avec des idées assez bien vues sur le futur de la médecine, de la justice, de la nanotech et de pas mal d'autres sujets perçus à travers la vie quotidienne.

La fin du roman n'est pas aussi intense que ce que je l'avais espéré: un retournement peu attendu et peu expliqué (voire peu crédible) est suivi d'une fin un peu courte. Mais bon, je suppose qu'elle avait déjà dit tout ce qu'elle avait à dire. Et j'ai passé un très bon moment avec ce roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'autisme au futur : très beau, 23 août 2007
Par 
Kallisthène (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Speed of Dark (Poche)
Livre prodigieux. Pourquoi ? Peut-être parce que un des thèmes est l'injustice, mais une injustice d'autant plus intolérable qu'elle s'exerce sur des handicapés dont l'auteur nous fait sentir le désarroi et l'impuissance. Mais c'est aussi de la SF, à l'ancienne, pleine de confiance en l'avenir, ce qui rend cette description ni trop triste ni trop pesante. Parce que dans ce futur proche on vient d'inventer le remède final à l'autisme, au prix du chamboulement de la personnalité du malade. Sauf qu'à force de travail notre société à réussi à intégrer certains autistes dans la société. Ceci est l'histoire d'un choix terrible, rester soi-même avec ses handicaps ou accepter de devenir un autre, meilleur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

The Speed of Dark
The Speed of Dark de Elizabeth Moon (Poche - 28 juin 2005)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 0,01
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit